Sexe : 5 choses qu’on a apprises en lisant "Connais-toi toi même : guide d’auto-exploration du sexe féminin" Sexe : 5 choses qu’on a apprises en lisant "Connais-toi toi même : guide d’auto-exploration du sexe féminin"

Sexologie

5 choses qu’on a apprises en lisant "Connais-toi toi même : guide d’auto-exploration du sexe féminin" par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Jeudi 6 Juin 2019

Dans son livre "Connais-toi toi même : guide d’auto-exploration du sexe féminin", la journaliste et auteure Clarence Edgard-Rosa propose aux femmes d’explorer leur "continent noir".

"La connaissance, c’est le pouvoir". C’est le crédo de Clarence Edgard-Rosa, journaliste et déjà auteure de Les gros mots, abécédaire joyeusement moderne du féminisme (éd. HugoDoc). Dans son nouveau livre, elle revient sur un pan méconnu de l’histoire du féminisme, le "self-help", né aux Etats-Unis dans les années 1970. Des petits groupes de femmes se réunissaient pour des ateliers d’auto-exploration, encadrées par des militantes et des professionnelles de santé. L’objectif ? S’approprier les savoirs gynécologiques pour s’affranchir du pouvoir des médecins, auto-proclamés grands gourous des vulves humides et des utérus antéversés. Cinquante ans plus tard, à l’heure des débats sur les violences gynécologiques, Clarence Edgard-Rosa rappelle que connaitre son corps, c’est être capable de faire de meilleurs choix en termes de contraception, de sexualité mais aussi de repérer les signes d’un dysfonctionnement. Dans les pages de son livre, la trentenaire guide les femmes pas à pas dans l’auto-exploration de leur anatomie la plus intime : seins, vulve, vagin, périnée, col de l’utérus, ovaires.. tout y passe. Quarante pages plus tard, voilà ce qu’on a appris.

#1 Le vagin n’est pas un trou béant
Dans l’imaginaire collectif, le vagin est rond et à peu près toujours ouvert (à recevoir un pénis, merci le patriarcat). A y regarder de plus près, il est plutôt fermé, pas si facile d’accès. Au toucher, on a plus la sensation de mettre un doigt dans une pâte Play-Doh fendue en son centre que de s’introduire aisément dans un rouleau de papier toilette (cet instant de poésie vous est gracieusement offert par la rédaction de Glamour.fr).


#2 On peut sentir ses ovaires
Le charmant bourrelet qui borde notre ceinture abdominale a voulu nous faire croire le contraire mais sachez qu’en plaçant vos mains en triangle sur votre bas ventre, vous pouvez sentir avec la pulpe de vos doigts une vibration qui indique la présence des ovaires. On ne s’était pas autant concentrées depuis notre dernier prélèvement d’urines, mais ça marche. Et cela prouve que la trompe de Fallope n’est pas loin. Ce qui est toujours utile.

#3 Vos fluides vous parlent
Certaines lisent dans les feuilles de thé, d’autres le fond de leur culotte. Les sécrétions vaginales changent en effet de couleur et de texture en fonction du moment du cycle. En les observant, on apprend à anticiper ses règles par exemple mais aussi à pouvoir détecter une anomalie. Vous avez régulièrement des pertes translucides ou blanches ? Si vous vous réveillez avec des sécrétions maronnasses qui sentent les toilettes sèches en fin de festival, c’est peut-être le moment de consulter...

#4 Le périnée, c’est le nouveau clito
Si le mot sonne rééducation post-partum et descente d’organes (glurp), le périnée est aussi une zone que vous pouvez utiliser pour maximiser vos sensations lors d’un rapport sexuel. En le contractant, vous chassez le sang présent dans les piliers du clitoris pour l’envoyer directement vers sa partie érectile.

#5 La gynécologie est un vrai métier
C’est en rencontrant votre sexe régulièrement que vous serez à même de constater des changements comme la couleur du col de l’utérus. C’est ce qui vous permettra d’expliquer précisément vos symptômes à un.e gynéco (qui n’ira jamais vérifier l’élasticité de votre glaire cervicale de ses propres mains). Connaître son anatomie est une prise de pouvoir sur son propre corps. Mais ce savoir ne fera pas pour autant de vous des professionnelles capables de réaliser un frotti (ce qui risque de pincer très fort).

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires