“Tell me what you want” : le livre qui en dit long sur votre sexualité “Tell me what you want” : le livre qui en dit long sur votre sexualité

News

“Tell me what you want” : le livre qui en dit long sur votre sexualité par Marine Decremps

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Mercredi 7 Novembre 2018

Pour son dernier livre, le spécialiste américain des questions sur la sexualité, Justin J. Lehmiller, a mené une étude sur plus de 4000 personnes. Il en a sorti le top des fantasmes mais aussi les préférences sexuelles selon le caractère. Instructif.

En matière de sexe, le nouvel ouvrage du chercheur et spécialiste des questions de sexualité Justin J. Lehmiller est un puits sans fond d’information. Sur vous mais aussi sur les autres. Pour son ouvrage “Tell Me What You Want” – littéralement “Dites-moi ce que vous voulez” publié aux éditions Da Capo, il a interrogé 4175 personnes pendant deux ans. Les participants âgés de 18 à 87 ans ont répondu à 369 questions en ligne. Fantasmes, nombre de partenaires, lieux de prédilection, jeux érotiques, tout y passe !
Qu’apprend-on ? On trouve par exemple le top 6 des fantasmes avec en pole position le triolisme. Ensuite vient le BDSM avec 65% des personnes interrogées qui ont répondu rêver être attachées ou fessées. En troisième position, l’exhibitionnisme séduit. Le bureau, l’ascenseur ou le parc pour être plus précis. 79% des hommes et 62% des femmes seraient pour le couple ouvert, mettant cette préférence à la quatrième position des fantasmes du panel. Le cinquième fantasme est classique : les interrogés désirent un couple harmonieux. Enfin, Justin J. Lehmiller dévoile que le sixième fantasme est l’homosexualité : 56% des femmes aimeraient coucher avec une autre femme et 29% des hommes seraient tentés par l’homosexualité.

Dis-moi qui tu es je te dirais ce que tu aimes
Nos fantasmes semblent riches en enseignements sur notre moi profond et la phase de notre vie dans laquelle nous nous trouvons”. En effet pour le spécialiste, notre personnalité en dit long sur nos fantasmes. Si vous êtes appliqué, consciencieux, vous vous souciez du détail. Cela profite-t-il à votre partenaire ? Pas si sûr car selon Justin J. Lehmiller vous vous contenteriez de rapports sexuels “conventionnels”. “Leur capacité à faire attention à tout se retrouve dans leurs fantasmes, par exemple avec une plus grande attention au cadre. Elles sont aussi plus sensibles à la norme, moins tentées par exemple par le sadomasochisme ou les pratiques moins socialement acceptées”, a remarqué le spécialiste.
Si vous êtes émotive, voici ce que le professeur a remarqué : “Les personnes plus vulnérables et sujettes à la névrose se montraient plus tournées vers l’amour et la passion, peut-être parce que la présence d’un désir mutuel les mettait à l’aise, leur permettant de se détendre et de profiter pleinement. Les rapports à plusieurs ou plus inventifs les excitaient beaucoup moins : c’est sans doute lié à leur aspect imprévisible, qui peut se révéler angoissant."

Peut-être serez-vous surpris des conclusions de Justin J. Lehmiller si vous êtes introverti. “Les introvertis semblaient plus attirés par les activités à caractère tabou, indique-t-il avant d’ajouter : C’est peut-être parce qu’ils ont plus de difficultés à définir clairement à quel type de rapports ils aspirent dans la sphère intime, ce qui nourrit leur tendance à voir se créer des envies plus inhabituelles.” Et les extravertis ? Sans surprise cette fois-ci mais finalement plus sages que les timides, dans ce panel ils “étaient en moyenne plus tentés par les rapports à trois et autres formes de sexe à plusieurs, ainsi que diverses pratiques non monogames consensuelles, comme l’échangisme et les relations polyamoureuses.”
Être gentil dans la vie c’est bien et au lit vous êtes même généreux. “Dans leurs envies érotiques, l’idée du plaisir partagé est récurrente : ces personnes tiennent vraiment à voir leur partenaire épanoui et à ce que toute pratique soit pleinement acceptée par les deux parties. Elles sont également bien moins excitées par le sexe sans amour et l’exploration des interdits.” Enfin, si vous êtes intrépide, on ne vous apprend sûrement rien si on vous dit que vous n’avez pas froid aux yeux. “Les gens les plus ouverts d’esprit, d’une nature curieuse et imaginative, sont aussi les plus flexibles dans leur rapport à l’érotisme. Ils peuvent être attirés par toutes sortes de pratiques, des plus habituelles aux plus osées. Cette tendance à essayer des choses nouvelles au quotidien se retrouve aussi dans leur imaginaire sexuel.”

Le chercheur a également identifié que les sensibilités politiques avaient des répercutions sur la sexualité. Les républicains aimeraient les relations hors mariage voire les orgies. Les démocrates, quant à eux, auraient des penchants pour le BDSM. Voilà, vous savez tout.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus