Sexe : les adeptes de SM auraient plus de plaisir que ceux qui ne le pratiquent pas Sexe : les adeptes de SM auraient plus de plaisir que ceux qui ne le pratiquent pas

News

Sexe : les adeptes de SM auraient plus de plaisir que ceux qui ne le pratiquent pas

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 22 Mars 2019

Selon une étude, le sexe serait meilleur lorsqu'on pratique le BDSM (bondage et discipline, domination et soumission, sadomasochisme). Prêt.e.s à sortir le harnais ?

Il semblerait que Christian Grey ait raison depuis le début. Selon une étude italienne publiée le 16 mars 2019 dans la revue scientifique The Journal of Sexual Medicine, les adeptes du BDSM (bondage et discipline, domination et soumission, sadomasochisme) sont plus épanouis dans leurs relations sexuelles que les autres. "Les switchers, ceux qui passent du rôle de dominant à celui de dominé, sont le plus souvent satisfaits au lit", explique Filippo M. Nimbi, directeur de l’étude. Ils représentent 30% des adeptes, selon l’enquête. Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont comparé les résultats d’un questionnaire en ligne auquel 266 pratiquants BDSM et 200 qui n’appartiennent pas à la communauté ont répondu. 

Le docteur Nimbi estime que les recherches sur les pratiques BDSM sont importantes pour écarter la stigmatisation qui entoure le BDSM : "Le message principal que nous voulions transmettre est que le BDSM n’est pas une pathologie et n’a rien à voir avec des problèmes psychologiques". Selon le DSM5, le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l'Association Américaine de Psychiatrie, qui est une référence en la matière, les pratiques BDSM sont simplement considérées comme des pratiques sexuelles sortant de la norme. En mai 2013 déjà, une étude américaine démontrait que les adeptes de pratiques BDSM seraient plus détendus que le reste de la population. Compte tenu de ces constatations, il serait peut-être temps d’envisager des façons plus originales de faire l’amour ? Dans le respect et le consentement, évidemment.

 

O.M

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires