Sexe : l’éjaculation précoce a été un motif de rupture pour un tiers des femmes Sexe : l’éjaculation précoce a été un motif de rupture pour un tiers des femmes

News

Sexe : l’éjaculation précoce a été un motif de rupture pour un tiers des femmes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 9 Octobre 2019

Selon un sondage réalisé par l’Ifop, les problèmes d’éjaculation précoce de leur partenaire serait un motif de rupture pour 29% des femmes.

Le sexe. Vaste sujet. Surtout lorsqu’il s’agit de sexualité masculine qui comporte mille fois moins de tabous que la sexualité féminine. Il en existe tout de même un gros : celui autour de l’éjaculation précoce. Et c’est sur ce thème que s’est penché l’Ifop pour la plateforme en ligne Charles, dans un sondage dont les résultats sont tombés ce mardi 8 octobre et auquel 1957 hommes de 18 à 69 ans ont répondu.

Y-a-t-il de quoi entretenir un tabou lorsque 71% des hommes interrogés reconnaissent avoir éjaculé trop tôt au cours des 12 derniers mois, soit une écrasante majorité ? Grande question. Et que signifie "trop tôt" ? Pour 31% d’entre eux, ce serait avant la pénétration, tandis que pour 59% cela correspondrait au moment de la pénétration voire peu après. Bref, l’éjaculation précoce est un phénomène qui arrive à tous les hommes et qui est si mal vue qu’elle en devient une source d’anxiété. Selon le sondage, 63% des hommes admettraient en effet avoir déjà été préoccupés par leur capacité à jouir avant l’orgasme. Ils sont d’ailleurs 11% à déjà avoir utilisé un médicament qui leur aurait permis de retarder l’éjaculation. Soit autant (10%) que ceux qui auraient pris des drogues pour cultiver cet effet. Une angoisse qui se mesure encore plus dès que l’on sait qu’environ la moitié des hommes auraient déjà pratiqué la masturbation préventive avant un rendez-vous amoureux, afin d’éviter les mauvaises surprises au moment de passer à l’acte. 

Qu’y a-t-il derrière ces angoisses ? La peur de ne pas être au niveau et certainement celle de se faire larguer. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, nombre de femmes voient dans l’éjaculation précoce une véritable raison de rompre. En effet, 29% des femmes utilisent cette pathologie comme motif de rupture, tandis qu’ils ne sont que 15% des hommes. De quoi faire naître davantage d’insécurité chez ces derniers qui multiplient alors les ruses au lit. 98% des hommes diraient ralentir pour éviter de jouir trop rapidement, tandis que 79% préfèreraient carrément se retirer lorsqu’ils sentent la sauce monter. 66% de ces derniers penseraient finalement à autre chose. Et s’il était temps de pratiquer la bienveillance au lit et surtout … envers soi-même ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires