Sexe : des scientifiques auraient compris à quoi sert le clitoris Sexe : des scientifiques auraient compris à quoi sert le clitoris

News

Sexe : des scientifiques auraient compris à quoi sert le clitoris

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Samedi 5 Octobre 2019

Des scientifiques britanniques ont fait des recherches sur le système reproducteur des lapines pour comprendre celui des femmes. Ils auraient ainsi découvert le secret qui plane autour du clitoris.

A quoi sert l’orgasme féminin ? Aujourd’hui, scientifiquement parlant, on dit que l’orgasme permettrait de faciliter la reproduction. Grâce aux contractions du vagin, le sperme arriverait plus aisément dans le col de l’utérus, puis jusqu’à l’ovaire. Cependant, selon des chercheurs britanniques, l’orgasme féminin serait encore plus complexe que cela et aurait été, il y a des années (soit 50 millions), à l’origine des ovulations chez la femme. Il s’agirait en fait d’un héritage d’une longue lignée d’animaux chez qui l’ovulation se déclenche uniquement pendant la copulation, grâce à un clitoris interne au système reproducteur. Avant (bien avant), orgasme rimait donc avec concevoir un bébé. Un imaginaire que l’on a du mal à saisir aujourd’hui.

Ce que les chercheurs de l’Université de Yale et de Cincinnati, dans l’Ohio, essaient de comprendre, c’est la raison pour laquelle l’orgasme n’a plus ce rôle et surtout, pourquoi la femme a-t-elle continué d’en avoir pendant tout ce temps. Pour arriver à leur conclusion, les scientifiques ont donc pratiqué des tests sur des lapins. La lapine a, en effet, un clitoris situé à l’intérieur de son appareil reproductif, qui lui permet de déclencher l’ovulation pendant qu’elle copule. Pas de cycle menstruel pour les animaux aux grandes oreilles mais l’organe idéal pour comparer avec la femme et mesurer le "plaisir" de l’animal. (Rappelons également que le clitoris de la femme ne se trouve pas à l’intérieur.)
Pour se faire, certaines d’entre elles ont donc reçu une dose de Prozac, molécule connue pour déclencher des troubles de l’orgasme, lorsque d’autres n’ont rien ingéré. Elles ont ensuite toutes eu des rapports sexuels avec un lapin nommé Franck (information importante) et les résultats sont sans appel. L’appareil reproducteur des lapines sous Prozac ne fonctionnait pas. 

Que conclure grâce à cette information ? Les hormones, comme celle du plaisir, plus connue sous le nom d’ocytocine, et plus largement, l’orgasme, auraient des fonctionnalités comme l’immunologie ou la gestion du stress. Et cela expliquerait la raison pour laquelle notre clitoris se serait déplacé à l’extérieur de notre appareil reproducteur : il n’aurait de rôle que celui de notre plaisir et n’aurait définitivement plus aucun impact sur notre reproduction. On n’en a jamais douté, mais voilà qu’aujourd’hui c’est confirmé.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires