On connaît l’heure idéale pour concevoir un enfant On connaît l’heure idéale pour concevoir un enfant

News

On connaît l’heure idéale pour concevoir un enfant par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 19 Juillet 2018

D’après des scientifiques de l’Hôpital universitaire de Zurich, il existerait un moment idéal pour augmenter ces chances de procréer. Un indice : il va falloir allumer son réveil !

Certaines grands-mères conseillent de lever les jambes après l’amour pour augmenter les chances de procréer, d’autres suggèrent certaines positions pendant l’amour, et certainement issues du "Mamisutra" car inconnues au bataillon. Et pourtant, d’après une étude très sérieuse de l’hôpital universitaire de Zurich, il y aurait bien un moyen de mettre tous les astres de notre côté pour faire un enfant. Faire l'amour au bon moment de la journée et de l'année.
En étudiant 12 200 échantillons de sperme prélevé sur plus 7 000 hommes âgés de 25 à 40 ans et qui consultaient pour des difficultés à concevoir, les scientifiques suisses se sont rendu compte que la qualité de la semence masculine n’était pas forcément constante. Tout est passé au crible : nombre de spermatozoïdes, mobilité, volume, pour découvrir que la concentration de sperme est à son apogée à 7h30 le matin. La vitesse de déplacement des têtards, quant à elle, est au top un petit peu plus tard, entre 8h31 et 10h.
L’étude n’a pas seulement déterminé une heure idéale, mais également une saison propice à la procréation. Et sans surprise, c’est pendant la saison des amours, au printemps, entre mars et mai que le sperme est de meilleure qualité. Au contraire, les scientifiques ont noté que l’été n’était pas forcément la période idéale pour les spermatozoïdes, qui pourraient souffrir de la chaleur, mais c'est sans gravité.

Au-delà d’être assez risible, cette étude pourrait véritablement apporter des réponses aux recherches sur la stérilité et aux personnes qui ont du mal à procréer.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus