Copyright Splendor Films

News

Monogames par peur des MST ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Lundi 18 Avril 2016

D’après une étude canadienne, la monogamie serait apparue en même temps que le développement des MST. A bas les arguments moraux et religieux, cette fois-ci c’est la science qui explique la fin de la polygamie.

Alors que depuis des années on nous rabâche que "la polygamie, c’est mal", une étude canadienne vient mettre à mal les théories religieuses et morales liées à cette affirmation. Et si nous étions monogames par simple peur des MST ? C’est ce que Chris Bauch, chercheur à l’Université de Waterloo au Canada et responsable de cette étude veut nous faire comprendre. Dans la revue Nature Communications, il explique que la polygamie a connu un frein avec l’émergence des infections sexuellement transmissibles. La monogamie s’est peu à peu imposée comme norme dans les sociétés car les MST progressaient rapidement, faisant baisser le taux de fécondité. On assistait alors à une stigmatisation de la polygamie et sa répression

Ce qu’il faut vraiment retenir c’est que "cette étude montre comment des événements naturels, tels que la propagation des maladies contagieuses, peuvent fortement influencer le développement de normes sociales et nos jugements", explique Chris Bauch. Autrement dit, la nature influence la norme sociale. Mais rassurez-vous, la fin du mariage n’est pas pour maintenant. On peut donc toujours rêver de fidélité, de robes de mariées et de princes charmants. Au singulier. 

Léa Lestage

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus