Etude : les Françaises peinent à atteindre l’orgasme

Les Françaises auraient...

Les Françaises auraient moins d'orgasmes que les autres

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Selon une étude réalisée par l’Ifop, les Françaises sont les femmes qui ont le plus de mal à atteindre le 7ème ciel. Des résultats qui donnent envie de quitter le pays.

Ce 21 décembre 2015, c’est la journée mondiale de l’orgasme. L’occasion de mettre en avant le rapport de l’Ifop publié le 18 décembre dernier, sur ce doux plaisir que les Françaises ne connaissent apparemment pas assez. ###twitter###Selon l’étude menée par l’Ifop, les Françaises ont des difficultés à atteindre l’orgasme comparé aux femmes d'autres pays. Ayant interrogé près de 8 000 femmes de huit nationalités différentes (pays d’Europe et Amérique du Nord), l’Ifop montre que 49 % des françaises admettent avoir du mal à s’épanouir sexuellement, ce qui correspond à près de 1 sur 2. Un résultat très élevé comparé à nos voisines des Pays-Bas qui ne sont que 28 %. Autres chiffres peu valorisant pour la sexualité des Français : 25 % des femmes n’ont pas eu d’orgasmes lors de leur dernier rapport, 31 % avouent simuler "assez régulièrement" tandis que 8 % des Françaises n’ont jamais atteint l'orgasme. Alors pourquoi l'Hexagone obtient-il de si mauvais résultats ? L’explication principale avancée par l’étude est le type de sexualité pratiquée dans les couples en France qui serait trop "phallocentrée". En effet, les Français pratiqueraient la pénétration à 82 % contre 60 à 74 % dans les autres pays, pour que paradoxalement, seule 24 % jouissent de cette manière. De plus, les positions les plus courantes sont aussi celles qui sont les moins favorables à l’orgasme. Outre l’aspect purement sexuellement, l’Ifop révèle aussi que "les taux élevés d’activité, de célibat ou de consommation de médicaments observés dans la population féminine hexagonale ne créent pas les conditions physiques ou psychologiques les plus favorables à un épanouissement sexuel".

Anaelle Jalef

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus