La Haute Autorité de santé propose d’étendre le vaccin contre les papillomavirus aux garçons La Haute Autorité de santé propose d’étendre le vaccin contre les papillomavirus aux garçons

News

La Haute Autorité de santé propose d’étendre le vaccin contre les papillomavirus aux garçons

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Jeudi 31 Octobre 2019

Dans le but de freiner la transmission des papillomavirus, la Haute Autorité de santé recommande d’élargir la vaccination plus seulement aux filles mais également aux jeunes garçons.

Aujourd’hui, en France la vaccination contre les papillomavirus humains, infection sexuellement transmissible notamment associée à des cancers du col de l’utérus n’est recommandée et remboursée que pour les jeunes filles âgées entre 11 et 14 ans ou entre 15 et 19 ans pour le rattrapage. 
Pourtant les papillomavirus ne développent pas des cancers uniquement chez les femmes mais également chez les hommes que ce soit au niveau du pénis, de l’anus ou de la gorge. Comme le rapporte le Huffpost, chaque année environ 1750 nouveaux cas de cancers causés par des papillomavirus sont à déplorer chez les hommes. Ce chiffre est certes nettement inférieur à celui des femmes chez qui on compte 4580 nouveaux cas par an, mais il mérite quand même d’être pris en considération. 

S’il est déjà recommandé aux hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes de se faire vacciner contre les HPV jusqu’à l’âge de 26 ans, la Haute Autorité de santé (HAS) préconise désormais d’étendre la vaccination à tous les jeunes garçons également. L’objectif étant de trouver des moyens afin de freiner la transmission du virus et eventuellement réussir à y mettre fin. Le projet d’avis publié le mercredi 30 octobre 2019 indique : "la HAS recommande l'élargissement de la vaccination anti-HPV pour tous les garçons de 11 à 14 ans, avec un rattrapage possible pour tous les adolescents et jeunes adultes de 15 à 19 ans". Celui-ci sera soumis à une consultation publique pendant 4 semaines. 

Dans d’autres pays comme les Etats-Unis, il est déjà recommandé à tous les préadolescents de se faire vacciner contre les HPV avant de s’y retrouver exposés. 
D’autant plus que comme le souligne la HAS dans son rapport la limitation de la vaccination aux filles et aux hommes gays pose également des problèmes en terme d’éthique : "la vaccination contre les HPV limitée aux filles et aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes pose des question d'éthique, d'égalité d'accès à la vaccination et de stigmatisation liée à l'orientation sexuelle et au non-respect de la vie privée"
La HAS invite également tous les acteurs concernés par la politique vaccinale à déposer leurs avis sur le projet en vue d’aboutir à une "recommandation finale"
 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires