IST : La syphilis n’a jamais été aussi présente en Europe que ces dernières années IST : La syphilis n’a jamais été aussi présente en Europe que ces dernières années

News

IST : la syphilis n’a jamais été aussi présente en Europe que ces dernières années

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Samedi 13 Juillet 2019

Selon un rapport du Centre Européen de prévention et de contrôle des maladies, le nombre de cas de syphilis dans l’UE a atteint des sommets sans précédents ces dix dernières années.

C’est alarmant. Selon un rapport du Centre Européen de Prévention et de Contrôle des Maladies (ECDC) publié ce vendredi 12 juillet 2019, la syphilis est de retour en force en Europe. Une première depuis le début des années 2000 pour cette IST qui, d’après l’étude, se répand davantage que les nouveaux cas de VIH. Pour une maladie que l’on pensait quasiment disparue, on évaluerait en effet le nombre de cas déclarés à 260 000, dans trente pays d’Europe, entre 2007 et 2017. Pour cette dernière année, plus de 33 000 malades ont été dépistés. En Angleterre par exemple, les cas auraient augmenté de 5% en seulement un an, faisant du pays l’un des plus touchés par cette maladie, accompagné de l'Islande, l’Allemagne, l’Irlande et Malte. 

Toujours d’après les experts, cette IST concernerait plus d’hommes que de femmes. Pour près de deux tiers des cas dont l’orientation sexuelle était connue, il s’agissait d’hommes homosexuels. Les hommes et femmes hétéros représenteraient respectivement 23% et 15% des cas. Selon Andrew Amato-Gauci, expert de l’ECDC sur les IST, cette hausse pourrait venir d’une "diminution de la peur" face au VIH, qui entraînerait un comportement sexuel à risque et l’oubli du préservatif
A tort. Car le préservatif est le seul moyen de lutter contre les IST. Et si la syphilis se soigne aujourd’hui avec des antibiotiques lorsqu’elle est dépistée à temps, elle peut entraîner de graves complications et la mort.

Comment la reconnaître ?
Elle se déclare en trois étapes. La première, où l’on observe des plaies au niveau du vagin, du pénis, de l’anus ou même de la bouche. Durant la deuxième étape d’infection, on peut voir apparaître des petites taches rouges sur les mains et les pieds, et avoir des symptômes s’apparentant à la grippe. Dans certains cas, on ressent également de la fatigue, des maux de tête, des douleurs articulaires, de la fièvre et des avoir les ganglions gonflés. Dans le pire des cas, des petites verrues peuvent se former au niveau des parties génitales, de l’anus et dans la bouche. 
Enfin, si elle n’est pas traitée à ce stade, la syphilis finit par endommager le coeur, le cerveau, les organes, les os, les yeux et le système nerveux et peut être fatale. 

Pour ne pas attraper la syphilis ou autres infections sexuellement transmissibles, il ne faut pas oublier d’utiliser des préservatifs et autres digues buccales en cas de rapport à risque. Tant que l'on n’a pas eu un dépistage récent attestant de sa bonne santé, et que son.sa partenaire non plus, on ne prend aucun risque... On y pense en ces périodes de vacances. 

A.L

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires