Facebook : pourquoi son application de rencontres sera un flop total Facebook : pourquoi son application de rencontres sera un flop total

News

Facebook : pourquoi l'application de rencontres du réseau social sera un flop total ? par Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Mercredi 2 Mai 2018

Trouver l’amour grâce à Facebook sera bientôt possible. Mark Zuckerberg a révélé que le réseau social pourrait aussi faire office d’application de rencontres pour ceux qui désirent une relation durable. On y croît moyen. Voici pourquoi.

Mark Zuckerberg se lance dans le marché de l’amour. Le mardi 1er mai 2018, le PDG de Facebook a annoncé que son réseau social (qui se remet tout juste du scandale de Cambridge Analytica) aura une nouvelle fonction : celle d’un site de rencontres. Les utilisateurs de la plateforme pourront se créer un profil de rencontre, parallèlement à celui qu’ils ont déjà sur la plateforme sociale. Une fonctionnalité, peut-être gratuite, réservée aux personnes souhaitant "construire des relations authentiques et durables [et] pas seulement des plans d’un soir", comme l’a précisé Mark Zuckerberg, en soulignant que sur les 2 milliards de Facebookiens, 200  millions se déclaraient officiellement célibataires sur leurs profils (bonjour, la divulgation de données perso).

Mais le projet "Lovebook" du PDG risquerait très vite de se transformer en "F*ckbook" : Tinder, Match et compagnie (qui se sont effondrés en bourse, peu de temps après l’annonce) ont commencé avec le même but. Celui de trouver la perle rare. Même avec un peu d’optimisme et de volonté, on tombe plus souvent sur des relous en manque que sur l’amour de notre vie. La science a même trouvé plus d’inconvénients que d’avantages à l’utilisation des sites de rencontres. En plus de nous réduire à de vulgaires produits d’étalage, selon une étude APS (Association for Psychological Science), cette dernière nous pousserait même à avoir des attentes invraisemblables de notre premier rencard. Pire encore : l'enquête révèle même que les algorithmes de compatibilité ne seraient pas efficaces. Et on ne parlera pas des histoires de rendez-vous Tinder qui tournent mal, que l’on voit souvent passer sur la Toile. En d'autres termes : c’était bien tenté, mais non merci, Mark.

 

 

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus