Amour : notre vie sentimentale serait influencée par celle de nos parents Amour : notre vie sentimentale serait influencée par celle de nos parents

News

Amour : notre vie sentimentale serait influencée par celle de nos parents par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Dimanche 18 Novembre 2018

Pas facile de se détacher de son schéma familial, même en amour. Une récente étude américaine démontre que la vie sentimentale de nos parents pèse lourdement sur la nôtre. Précisions.

Aujourd’hui, il n’est pas rare de croiser des familles recomposées et des parents célibataires à la sortie des écoles. C’est même devenu très fréquent. Et pourtant, pour les enfants issus de ces familles, pas question de reproduire le même modèle. Ils veulent construire un foyer solide loin de tout divorce et autres remariages. Mais la réalité est tout autre. Une étude américaine menée par des chercheurs de l’université de l’Ohio, et réalisée sur un échantillon de plus de 7 000 personnes, vient de prouver que notre vie amoureuse était largement influencée par celle de nos parents. Ainsi, les enfants dont les parents sont divorcés ont moins de chances d’avoir une vie sentimentale stable. Plus précis encore, ceux dont les parents se sont remariés au moins une fois, auront eux aussi plusieurs partenaires au cours de leurs vies et seront plutôt réticents au mariage. 

Selon Claire Kamp Dush, professeure de sciences humaines de l’université de l’Ohio et auteure de cette étude, l’explication repose sur deux facteurs. Le premier est génétique. En effet, bien que nous clamions souvent le contraire, nous héritons souvent du caractère de l’un de nos parents, de la personnalité de l’autre… Pire : nous avons tendance à reproduire notre schéma familial au sein de notre propre foyer et ce, sans même nous en rendre compte. Les chercheurs parlent ici de mimétisme involontaire. Une sorte d’héritage… dont on se passerait volontiers. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus