Le 28 décembre 2017, la pilule fêtera ses 50 ans

News

50 ans après, la pilule fait-elle toujours l'unanimité chez les Françaises ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Jeudi 9 Février 2017

Ce jeudi, le Sénat rend hommage au "papa de la pilule" Lucien Neuwirth. Oui mesdames, c’est bien un homme qui fit voter la loi sur la légalisation de la contraception. Mais 50 ans après, qu'en est-il de la relation entre les Françaises et leur pilule ?

Le 28 décembre 1967, la contraception orale devint légale... Si elle reste le moyen de contraception le plus utilisé en France (près de 33% des Françaises l’utilisent), la pilule est pourtant de plus en plus sujette au désamour des femmes. La cause ? Des effets néfastes que l’on commence à reconnaître et les risques d’AVC accrus avec les pilules de 3ème et 4ème génération. Devenue vigilante, la gente féminine se détourne alors de ce trop-plein d’hormones, pour s’orienter vers des stérilets, deuxième contraceptif le plus utilisé selon l’Ined, ou encore les implants. Les Françaises et la pilule, une histoire de "je t’aime moi non plus"…

On assiste aussi au grand retour des méthodes de contraception dites "naturelles", comprenez celles qui suivent le cycle de la femme et promulguent l’abstinence pendant la période d’ovulation. Près d’une femme sur dix y a recours selon une étude de l’Ined. Il faut cependant rappeler que cette pratique reste très pointée du doigt pour son manque de fiabilité.

Depuis ce mercredi, petit timbre à l’effigie de Lucien Neuwirth est mis en vente dans les postes, comme un souvenir du droit des femmes à vivre librement leur sexualité, depuis 50 ans maintenant. "Lucien Neuwirth a pris beaucoup de risques pour défendre une position qui était extrêmement novatrice à l'époque : ne pas considérer les femmes uniquement par leur fécondité. C'est le principe fondateur de l'égalité entre les femmes et les hommes" a expliqué Chantal Jouanno, présidente de la Délégation aux droits des femmes du Senat, au micro de France Inter. Sans le savoir, Neuwirth posait des jalons pour la loi Veil et a ouvert la voie aux combats de plusieurs générations.

Maylis Casse

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus