Sexe : comment annoncer à son partenaire qu’on a une IST ? Sexe : comment annoncer à son partenaire qu’on a une IST ?

Love etc.

Sexe : comment annoncer à son partenaire qu’on a une IST ? par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Lundi 28 Janvier 2019

Vous préférez : annoncer à votre partenaire que vous avez une IST ou regarder l'intégrale de "Derrick" ? En voilà un dilemme cornélien. Pour vous aider, retrouvez ici cinq manières d’annoncer à votre partenaire que vous avez une chlamydia ou un herpès, sans que personne ne panique.

Un million de personnes dans le monde contracterait chaque jour une infection sexuellement transmissible (IST). Vous ne pensiez jamais faire partie de cette loterie, pourtant vous voilà à la sortie du cabinet de votre médecin, une prescription à la main pour soigner une vilaine chlamydia… Voyez le positif : vous savez ce que vous avez, et vous pouvez le traiter. Cette infection, comme d’autres, peut être soignée rapidement par une prise de médicaments. Néanmoins, il en existe, comme le VIH, qui sont encore incurables. Et si, dans les pays développés, on ne meurt plus d’une IST aujourd’hui lorsqu’elle est détectée à temps, c’est-à-dire rapidement, il est important de faire des tests de dépistage réguliers et surtout, de se protéger avec un préservatif féminin ou masculin.
Mais vous voilà, à vous demander comment informer celles et ceux avec qui vous avez eu un rapport pour qu’ils aillent se faire dépister - et traiter -  rapidement. Vous ressentez de la honte ? De l’embarras ? N’en ayez pas : vous essayez de réduire la propagation de cette infection, et de leur sauver ainsi la mise. Pas convaincu.e ? Pas de panique, voilà 5 manières ludiques et délicates de dire à votre partenaire et aux ancien.ne.s que vous avez une IST. 
Rappel : Les infections peuvent se transmettre par voies vaginales, anales, orales mais aussi lors de cunnilingus, fellations, anulingus et lors de contacts sexe contre sexe sans pénétration. Utiliser des préservatifs est le seul moyen de les éviter, mais ils ne protègent pas de toutes les IST. La pilule, le stérilet, le diaphragme ou encore l’implant sont des moyens de contraception, ils ne protègent pas non plus des IST

#1 Bingewatchez à deux ou conseillez-lui la série Lovesick 
Disponible sur Netflix, cette géniale série britannique est parfaite pour faire passer le message. Dylan (joué par Johnny Flynn) apprend qu’il est atteint d’une chlamydia et doit voir toutes ses exs pour leur annoncer la douloureuse. Et si le jeune homme passe par bien des épreuves, Lovesick est avant tout une série tendre sur les relations amoureuses, jamais caricaturale et qui permet de dédramatiser la situation. 

Qu’est-ce qu’une chlamydia ? Il s’agit d’une bactérie dont les symptômes apparaissent habituellement une à six semaines après la contamination. Ils peuvent cependant mettre davantage de temps à apparaître. C’est l'IST la plus répandue chez les femmes de moins de 25 ans. Chez elles, les symptômes sont les suivants : pertes vaginales jaunâtres et parfois odorantes, brûlures à la miction, saignements en dehors des règles, douleurs pendant les rapports et au bas ventre. Si elle n’est pas soignée à temps, elle peut endommager l’utérus, les ovaires et les trompes de Fallope, provoquant ainsi une infertilité ou des grossesses extra-utérines. Chez l’homme, les symptômes sont les suivants : douleur dans le scrotum, écoulements blanchâtres ou jaunâtres, douleurs à la miction, démangeaisons au niveau du pénis … A long terme, si la bactérie atteint les testicules, il y a également un risque de stérilité.
Elle se soigne avec un antibiotique.


 

#2 Envoyez une image de la bactérie au microscope par MMS
Si vous n'avez plus trop de contacts avec votre ancien partenaire (et que vous ne voulez pas forcément le/la revoir, misez sur un langage plein d'humour avec une "sexpic" détournée. Ajoutez un petit mot : "Coucou, voilà une photo de mon intimité de très près... en train de se faire bouffer par une blennorragie gonoccocique. Je te conseille d'aller chez le médecin, vérifier que tu n’as pas la même chose ! Bisous." Ça passe… Crème.

Qu’est-ce qu’une blennorragie gonoccocique ? Un nom très moche pour une bactérie très moche. On l’appelle aussi infection à gonocoque ou familièrement "chaude-pisse" car elle provoque des brûlures mais aussi des écoulements jaunes par l’anus, la verge ou le vagin et de fortes douleurs dans le bas ventre. Elle peut aussi entraîner de graves complications : en cas d’infection du sang par la bactérie, les symptômes, pour la femme et l’homme sont les suivants : fièvre, lésions ou rush cutanés et arthrite. Elle se soigne avec un antibiotique.

#3 Faites-lui livrer une plante par la poste
Choisissez de préférence un cactus de forme phallique. Agrémentez-le d'une note "Joyeux Noël ! J’ai un herpès génital/une mycose. Voilà à quoi va ressembler ton pénis si tu ne vas pas te faire dépister rapidement. Je t’embrasse." Si c’est pour une femme, on adapte le message : "Bon anniversaire ! J’ai une mycose/un herpès et si toi aussi ça te pique comme ce cactus, pense à consulter !" Oui, on aime ce qui est imagé, et votre (ex)partenaire pourra de cette manière agrémenter la collection de plantes tropicales qui vit dans son salon. 

Qu’est-ce qu’un herpès génital ? Il s’agit d’une infection chronique : une fois contracté, on la garde toute sa vie. Tout comme ce qu’on appelle communément "bouton de fièvre", le virus de l’herpès génital s’exprime par des lésions au niveau de la peau ou des muqueuses des parties génitales. Ces lésions sont appelées vésicules et le virus se transmet plus facilement au début d’une crise, lorsque celles-ci sont apparentes. Elles ressemblent à des petites boutons ronds et s’accompagnent souvent de fièvre ou de maux de tête, et de douleurs dans le bas ventre. Pas de panique, vous ne passerez pas votre vie avec ces boutons sur et autour de votre sexe, ils apparaissent généralement en cas de fatigue intense ou de baisse d'endurance du système immunitaire. Pensez à vous protéger, car l'herpès génital peut quand même se transmettre sans symptôme apparent. 
Qu’est-ce qu’une mycose ? Si elle n’est pas reconnue comme une IST, elle peut néanmoins se transmettre. Restez attentifs à une poussée de champignons inattendue, mais pas de stress : elle se soigne en un rien de temps avec des ovules à insérer dans le vagin ou des crèmes locales.

#4 Organisez une sortie romantique
On ne vous parle pas d’annoncer à votre partenaire que vous avez une IST lors d’un pique-nique. Quoique, ça peut être une idée. Mais, se faire dépister en couple est aussi une manière de faire glisser sa relation dans quelque chose de sérieux. Même si ça peut paraître étrange, une sortie au planning familial, ou chez le médecin, est aussi une marque de confiance. C’est quelque chose que vous devez de toute façon traiter au même moment pour éviter de contracter l’infection une fois guéri.e. Ne dit-on pas que les mauvaises expériences resserrent les liens entre les gens ?
Sinon, au lieu d’aller voir une expo ou un bon film, allez vous faire vacciner ensemble contre l’Hépatite B et/ou le Papillomavirus.

Qu’est-ce que l’Hépatite B ? C’est une maladie sexuellement transmissible qui attaque le foie. Dans la plupart des cas, elle est éliminée naturellement par le corps. Mais elle peut aussi devenir chronique : à terme, elle endommage l’organe et vous avez davantage de risques de contracter une cirrhose ou un cancer du foie.
Qu’est-ce que le Papillomavirus ? Il se présente sous forme de petites verrues génitales appelées condylomes. Si son nom sonne doux à l’oreille, c’est pourtant lui qui peut déclencher un cancer du col de l’utérus s’il n’est pas traité correctement. 

#5 Arrachez le pansement, et allez-y cash
Blagues à part, soyons francs : il n’y a pas de bonne manière d’annoncer à quelqu’un que l’on est porteur du VIH, ou d’une quelconque infection sexuellement transmissible. Le VIH est une pathologie que l’on porte toute sa vie et qui est très sérieuse. Organisez donc un moment intime, chez vous, ou dans un endroit calme afin de discuter ensemble, et que vous puissiez répondre aux interrogations de votre (ex)partenaire. Il est possible de bloquer l’évolution de la maladie, et de vivre presque normalement. Aujourd’hui, une personne séropositive ne transmet pas le VIH quand elle est sous traitement, avec une charge virale indétectable. Pour les partenaires, il existe des traitements pré et post-exposition à risque qui diminuent énormément les probabilités de contracter le virus notamment la PrEP qui permet de prévenir les dangers d’un rapport à risque… 

Qu’est-ce que le VIH ? D’après le site de AIDES, VIH est acronyme de Virus de l’Immunodéficience Humaine. Il se transmet par voie sexuelle, sanguine et de la mère à l’enfant et s’attaque au système immunitaire, qu’il détruit progressivement. Il ne faut pas le confondre avec le sida. En effet, on compte quatre phases au VIH : la primo-infection, pendant laquelle le VIH s’empare du corps et qui dure quelques semaines, la phase asymptomatique, pendant 2 à 5 ans où aucun symptôme particulier n’est à déclarer, le virus attaque progressivement le système immunitaire. Elle est suivie de la phase d’accélération, pendant laquelle le virus épuise les défenses immunitaires. Enfin, c’est "seulement" au moment où le système immunitaire ne peut plus se défendre et qu’il laisse s’installer des maladies dites "opportunistes" qu’on peut dire d’une personne séropositive qu’elle est atteinte du sida

Avertissement : Toutes les IST n'ont pas de symptômes visibles, il faut donc penser à consulter et à se faire dépister si on a un doute après un rapport à risque. Si nous avons la chance, en France, d’avoir accès à des traitements pour soigner des IST ou ralentir leur effet, ce n’est pas une raison d’être négligent, on meurt encore du VIH/Sida dans le pays aujourd'hui. Pour éviter de contracter une IST ou de la transmettre, faites des dépistages régulièrement. Ayez donc le réflexe : un dépistage par an pour les hétérosexuels et un tous les trois mois pour les homosexuels. 
Enfin, n’oubliez jamais que vous avez le droit de dire "non" à quelqu’un.e qui souhaite coucher sans protection et ce, même s’il.elle vous assure que tout va bien.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires