Pourquoi le power couple est un concept ringard Pourquoi le power couple est un concept ringard

Love etc.

Pourquoi le power couple est un concept ringard par Lucile Quillet

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Vendredi 31 Août 2018

On nous le vend comme le meilleur business plan. En réalité, le power couple reste un mythe qui sert rarement les femmes.

#1 C’est un mythe qui n’existe que dans Gala
Vous vous rêvez en Beyoncé et Jay-Z, mentons levés et billets volants dans les airs par milliers. Sauf que vous bossez dans une agence de voyages et votre mec, dans le recyclage des seringues à prélèvements. En général, son sens de l’humour vous fout la honte en public et ses dîners boulot qui partent en débat sur les nouvelles normes européennes vous endorment. Simples mortels, n’ayez aucun regret : l’appellation glamour “power couple” est surtout un énième vernis du storytelling qu’on vous sort à toutes les sauces pour marquer encore plus l’écart béant entre vous et les puissants de ce monde.

#2 La courte échelle, où les mecs passent en premier
Le concept du couple qui partage réseaux, jeux d’influence et renvois d’ascenseur suit une mécanique identique : d’abord, Monsieur grimpe les marches, Madame attend pour prendre la relève. Ça a marché côté fiction dans House of Cards pour Claire Underwood. Moins bien dans le monde réel pour Hillary Clinton. En vrai, la femme du power couple est cette partenaire idéale qui met son expertise au service de l’ascension de l’homme… quitte à se retirer dans l’ombre si besoin. Ainsi, Anne Sinclair a levé le pied sur les programmes politiques après son mariage avec DSK. Tout comme Audrey Pulvar après l’officialisation de sa relation avec Arnaud Montebourg. Autre secteur, même schéma : chez les Guetta, c’était David la superstar, et non Cathy. En revanche, les rares fois où Madame est passée devant, on parle de règlements de comptes conjugaux. #GoSegolène

#3 Les femmes peuvent aussi être puissantes seules
Le problème de ce concept ? Sous-entendre qu’être en couple (et dans la plupart des modèles médiatisés, avec un homme) faciliterait votre ascension professionnelle. Pas follement moderne pour 2018. D’autant que les exemples de femmes s’étant accomplies seule sont légion. Et ce n’est pas Cher, une fois sans Ringo, ou Tina Turner, sans Ike, qui vous diront le contraire. On préfère des icônes et business women qui existent par elles-mêmes comme Rihanna. Laquelle affirmait en 2015 au New York Times : “Les hommes ont besoin d'attention. Ils ont besoin de cette nourriture, de cette caresse de l’ego (...) Je le donne à mon travail. Mais, je ne le donnerai pas à un homme maintenant."

#4 Le retour de bâton du couple-partenariat
Pour certains, mêler amour et affaires implique un vrai contrat entre les deux associés-amants (la “féministe” Beyoncé toucherait ainsi un million par année de mariage et cinq par enfant donné à Seigneur Jay-Z, selon Business Insider). Résultat : les couples ayant capitalisé sur leur tandem deviennent prisonniers de leur business model. Si l’alliance se brise, leur mérite sera soudainement questionné et le prénom de leur ex, éternellement rappelé. Chaque rumeur sur le possible divorce de David et Victoria Beckham s’accompagne toujours de cette précision : un butin de plus de 500 millions de livres à partager. Alors, les “PC” pragmatiques réfléchissent deux fois plus avant de larguer les amarres. Et ça, c’est bien l’antithèse du pouvoir.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus