Fruitz : voici l'appli de rencontres cash et directe qui séduit les célibataires en 2020 Fruitz : voici l'appli de rencontres cash et directe qui séduit les célibataires en 2020

Love etc.

Fruitz : voici l'appli de rencontres cash et directe qui séduit les célibataires en 2020 par Bethsabée Krivoshey

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 7 Janvier 2020

“T’es pas sur Fruitz ?” est la phrase a plus en vogue en ce début 2020. Et pour cause…

Quiconque a traîné sur Tinder ces derniers temps (voire ces dernières années) ne peut s’empêcher un effroyable constat : y’a plus rien à pécho là-bas. C’est que Tinder date : on connaît toutes. Depuis, des couples Tinder, des mariages Tinder et même : des bébés Tinder sont nés. Bref, Tinder a fait son petit bout de chemin. Merci bien mon brave, mais depuis, on sent bien qu’il ne reste sur le réseau que la lie du panier à rencards. #sorrynotsorry

On avait presque abandonné l’idée d’une appli de rencontre ; après Adopte, ou encore Happn “où il y a davantage de CSP+” murmurait-on dans les chaumières, il n’y avait clairement plus rien à se mettre sous la dent dans la galerie de visages qui s’affichait. Ô tristesse, ô désespoir, plus aucune envie de swipper droite.

Jusqu’à Fruitz. Fruitz – que vous prononcerez comme vous voudrez, vous aurez toujours l’air d’une francophone qui s’essaye à l’accent américain – existe depuis 2017, mais c’est seulement depuis six mois que les branchés se l’arrachent – et les plus de 20 ans, accessoirement. Car Fruitz tape dans le mille : l’appli s’attaque à la racine du but d’une application de rencontres : t’es là pour quoi ? Quand avant, il fallait au choix un bon chat, un bon date, ou un bon silence radio après un coup qui s’avérait d’un soir pour sonder les intentions de l’autre, chez Fruitz, on choisit son fruit, qui dévoile tout de nous (ou presque) :
Cerise : pour trouver sa moitié #sérieux
Raisin : pour un verre de vin sans se prendre la grappe #PasDeCoupDunSoir
Pastèque : pour des câlins récurrents sans pépins #SexFriends
Pêche : pour une envie de pêcher avec toi #CeSoir

Et toi, t’es sur Fruitz ?”, je m’attarde à demander à la fête du Nouvel An. “Bien sûr !” s’exclament en coeur les filles célibataires les plus canons de la soirée. Plutôt bon signe ? Certaines pourtant s’en blasent un peu : “J’étais à fond au début, mais j’ai pris mes distances, je n’y vais plus trop… Sauf quand j’ai vraiment un coup de déprime, ou quand ça fait trop longtemps que j’ai rien eu sous la dent”, me confie Manon, 32 ans. “C’est ouf !” s’extasie Fabrice, 40 ans, célibataire endurci adepte de Fruitz. “Tu te rends compte : il y a des nanas qui mettent “pêche” direct. Cash. Sans prise de tête ! Bon, elles ne répondent pas toujours, j’imagine qu’elles reçoivent 300 messages à la minute…

Il est frappant, à quel point ça fait gagner du temps. Dès l’inscription, il suffit de décider quel fruit nous botte le plus, et la messe est dite – cela donnera forcément un ton précis à la conversation qui s’ensuit. Car Fruitz a aussi l’avantage de nous mâcher le travail (ou les mots) en mettant à disposition des questions à choisir obligatoirement avant d’aborder notre “match” : selon son fruit de prédilection, l’accroche varie de “Crois-tu en l’âme soeur” à “Îles grecques ou Tanzanie ?” en passant par “Tu préfères des préliminaires courts ou longs ?” et autres questions existentielles.  

 Et voilà, la conversation est lancée ! Ou pas. En tous cas, ça aide les plus timides et ça favorise les plus motivés : avec une version premium (payante), on a droit à davantage de choix dans les questions – celles qui ont des petites étoiles, histoire de paraître un peu moins con dès le départ…

Disons-le tout de go : ça faisait longtemps qu’on n’avait pas autant swippé droite. En ce début d’année, ça fait du bien, et surtout, le fruit qu’on se choisit est sans engagement : on peut très facilement passer de “raisin” à “pêche”, ou de “pêche” à “cerise” sans se faire juger – ni rendre des comptes. Et c’est résolument cool, ça : vouloir un coup d’un soir le lundi et l’âme soeur le mardi, sans qu’on ait trop à s’en expliquer. Bah quoi ? On est moderne, ou on ne l’est pas (surtout si on tombe… sur Brad Pitt).

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires