Couple : "Divorcer à 30 ans a été la meilleure décision de ma vie" Couple : "Divorcer à 30 ans a été la meilleure décision de ma vie"

Love etc.

Témoignage : "divorcer à 30 ans a été la meilleure décision de ma vie" par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Lundi 18 Février 2019

Après deux enfants et sept années d’un mariage qui ne l’a jamais rendue heureuse, Estelle a pris la décision d’y mettre fin. Pour le meilleur cette fois. La jeune trentenaire divorcée nous a raconté ce choix.

"J’avais 16 ans, il en avait 27. Je le trouvais hautain, il me trouvait conne. Pourtant, l’été de mes 18 ans, un soir, bourrée, je l’ai embrassé. J’étais déjà avec quelqu’un avec qui je n’étais pas heureuse, mais je n’arrivais pas à le quitter. Lui n’arrivait pas à se remettre de sa rupture, c’est ce qui nous a rapprochés. Il était plus âgé, avait une situation stable, un côté intello qui me plaisait. A cette époque-là, je voulais partir de chez moi, m’éloigner d’une mère qui avait toujours pris les décisions à ma place. Il m’offrait la clé de mon indépendance. Les débuts ont été idylliques et au bout de deux ans, il m’a demandée en mariage, je n’étais pas sûre de moi alors j’ai refusé. A partir de là, on a eu des passages à vide, mais aucun de nous n’était prêt à prendre le risque de la vraie rupture. La sécurité me faisait rester, je me disais que tout serait parfait même si je sentais bien qu’il me rendait parfois malheureuse : il était très solitaire, pas très tendre et il semblait ne pas avoir besoin du soutien que je voulais lui offrir.

A mes 23 ans, il a refait sa demande. J’avais envie d’avoir des enfants jeunes et je savais qu’avec les hommes de mon âge ça n’aurait pas été possible. Et puis tout le monde adorait Pierre, ma famille, mes amis, ma mère : il était formidable, beau, brillant, drôle. Alors j’ai dit oui, heureuse à l’idée de préparer notre mariage. L’été précédant la cérémonie, un ami m’a demandé si j’étais sûre de moi. Il était le seul à se soucier de ce que je ressentais vraiment quand tout le monde trouvait ça génial et pensait à ma place. Cet été là, je suis tombée amoureuse de ce confident. J’ai dit à Pierre que j’avais des doutes mais la date approchait. On avait déjà trop investi, mentalement et financièrement, je ne me voyais pas tout annuler (ce que j’aurais dû faire maintenant que je connais le prix d’un divorce). Alors on y est allés, tout en sachant que ça partait mal.

Le jour J dans ma robe blanche, j’étais heureuse parce que je savais que je m’engageais dans une vie confortable. Un an après, j’accouchais de ma fille. Après la naissance, j’ai commencé à me sentir très seule et délaissée. On était épuisés par les courtes nuits et très rapidement, comme il travaillait beaucoup, il a décidé qu’on ferait chambre à part. On s’épanouissait à travers notre fille mais notre couple passait au second plan. Je suis retombée enceinte neuf mois plus tard, cela a été une joyeuse surprise. On a décidé de s’installer en province dans une grande maison avec notre famille. Je voulais nous réparer, qu’on réapprenne à faire l’amour, qu’il me voit à nouveau comme une femme. Après la naissance de notre fils, on s’est retrouvés sous l’eau. Pendant six mois, je me suis sentie totalement abandonnée. J’étais seule dans ma belle maison avec mes beaux enfants, je ne connaissais personne en ville et Pierre faisait des allers et retours à Paris sans arrêt.
J’ai essayé de l’alerter, de lui dire que je n’allais pas bien, on a même vu une thérapeute de couple. Avec elle, j’ai réalisé qu’il ne m’avait jamais donné la tendresse dont j’avais besoin et qu’il ne me la donnerait jamais. Lui n’avait pas l’air de prendre la mesure du fossé qui se créait entre nous.

Suite à cette thérapie, on a prévu de rentrer à Paris et de se donner une dernière chance. C’était un nouveau projet qui nous servait de béquille, comme à chaque fois. Tout le monde jubilait pour nous : nos enfants étaient merveilleux, notre appartement superbe. Un jour, on est allés au mariage d’un couple d’amis. C’est là qu’a eu lieu le déclic.
J’ai vu des gens qui s’aimaient vraiment et je me suis dit qu’on n’était pas ces personnes là. Je l’ai quitté dans la foulée. C’était en 2017, je mettais fin à sept ans de mariage. Retrouver ma liberté une semaine sur deux alors que je me sentais prisonnière de mon couple et de mes enfants, c’était incroyable. Mais sentimentalement, je ne savais pas où j’allais. J’avais 31 ans, deux enfants, je pensais que si je n’étais pas capable de plaire à mon mari, je ne plairai à personne.

Une copine m’a inscrite sur Tinder. Je me suis rendue compte que c’était tout l’inverse. J’enchainais les matchs, les dates, les mecs, je vivais des choses folles et différentes. J’ai commencé à comprendre que quand je me suis mariée, je n’avais pas l’expérience pour savoir ce qui me correspondait à moi, Estelle, et pas à ma mère ou a mon éducation. Tinder, c’est vraiment une formation accélérée. Ça m’a permis d’être confrontée à tous types d’hommes, de faire des meilleurs choix, et de rencontrer Lucas. Il m’a donné en quatre mois ce que Pierre n’avait pas réussi à me donner en douze ans. Il fait attention à moi, il me dit que je suis belle.

Pendant mon mariage, mes amies m’avaient alertée : 'Tu n’as plus d’humour, tu es éteinte'. Là, j’ai l’impression de retrouver mon 'moi' ado. J’ai changé en couple mais aussi vis à vis de mes enfants. Quand on est aimée, on a plus d’amour à donner aux autres. Il m’a redonné envie de faire des choses avec mes enfants, de partager des repas avec eux, de cuisiner. Moi, je suis une nouvelle personne, je suis plus organisée, je cartonne au boulot. J’ai essayé pendant des années de comprendre pourquoi j’étais malheureuse avec tout ce que j’avais. J’avais juste tout, mais pas ce dont j’avais profondément besoin".

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires