Confinement : peut-on décemment larguer  quelqu’un sur Zoom ? Confinement : peut-on décemment larguer  quelqu’un sur Zoom ?

Love etc.

Confinement : peut-on décemment larguer quelqu’un sur Zoom ? par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 4 Mai 2020

Le texto, c’est toujours non, le post-it, aussi, la note vocale, n’en parlons pas. Mais la vidéo ? La question mérite d’être posée : peut-on larguer son ou sa partenaire sur Zoom et continuer de se regarder dans la glace ?

La journaliste et productrice américaine Julia Moser s’est demandé sur Twitter : "Suis-je la première personne à m’être fait larguer sur Zoom ?". Suite à la cascade de commentaires d’utilisateurs ayant vécu la même chose, The Guardian s’est empressé d’en faire un concept : le "zumping", contraction de dumping (se faire larguer) et Zoom, l’application de visioconférence qui a sauvé le peu de lien qu’il restait entre vous et vos collègues d’open space. Être victime de "zumping", c’est donc se faire larguer par Zoom (mais ça marche aussi avec Skype, House Party ou Messenger). Option réservée aux goujats et serial-killer de chatons en temps normal, le confinement nous force à reconsidérer ce qui constitue une rupture "propre".

Déjà, croire qu’il existe une bonne façon de se séparer, un setting idéal, c’est comme croire que Donald Trump a simplement mangé beaucoup de carottes : mignon, mais naïf. Quelle que soit la forme, quels que soient les mots, une rupture, ça fait mal, même pour celui ou celle qui quitte l’autre. Au risque de passer pour un boomer, une rupture se fait en face à face et IRL (à moins que votre histoire soit vieille d’une semaine, et encore). Pas seulement pour soulager sa conscience mais aussi parce que votre histoire, même brève, mérite mieux qu’un vulgaire texto rédigé aux toilettes ou qu’une conversation vidéo entrecoupée de wi-fi qui saute et de signal "batterie faible".


Ceci étant dit, en confinement comment larguer telle une personne de bon goût ? Il y a bien l’option de se retrouver dans la queue du supermarché ou au rayon condiments, mais qui a envie de mettre son cœur à nu sur fond de moutarde à l’ancienne ? La personne romantique (et irresponsable) en nous pourrait également vous conseiller le banc public en loucedé, mais on nous rappelle dans l’oreillette que c’est tous ensemble que nous gagnerons la guerre contre le Covid-19. Donc non, faites taire cette voix qui vous vous donne envie de braver le confinement. En fait, ce que l’on a envie de vous conseiller, c’est de reporter cette décision. Non seulement parce que se séparer dans ces conditions pue autant la lose que le gel hydroalcoolique mais aussi parce que le confinement n’est pas le meilleur moment pour prendre ce genre de décision.

Là encore, tout dépend de la nature et de la durée de votre relation. Mais s’il s’agit d’une relation sérieuse, il y a tout à parier que le climat anxiogène actuel vous empêche d’y voir totalement clair. L’isolement social soumet nos nerfs à une telle épreuve que même le couple le plus amoureux de la terre traverse des moments où chacun préfèrerait se couper le bras plutôt que d’entendre la voix de son.sa partenaire. "Quand c’est le moment, c’est le moment" nous répondrez-vous peut-être. Allons bon. Mais réfléchissez bien avant de prendre une décision que vous êtes susceptible de regretter plus tard. Si vous êtes fermement décidé.e, on vous conseille plutôt FaceTime. Zoom risque de planter au moment où vous lui direz "C’est pas toi, c’est moi".

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires