Pourquoi on est en désamour avec les applis de rencontre ? Pourquoi on est en désamour avec les applis de rencontre ?

Love etc.

Pourquoi on est en désamour avec les applis de rencontre ? par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Vendredi 28 Septembre 2018

A cause de Tinder, Bumble, AdopteUnMec ou encore Meetic, la magie de l’amour spontané, voire du coup de foudre semble avoir disparu pour toujours. Six ans après l’apparition de Tinder, certains désertent ces applis par lassitude, s’ils s’y sont frottés. Alors, comment trouver l’amour en 2018, quand on en a marre de swiper ?

Tapez "Comment trouver l’amour ?" dans votre moteur de recherche, vous tomberez sur mille conseils d’agents matrimoniaux (oui, ça existe encore), sur des articles comme celui-ci, mais surtout, sur une liste quasi-infinie d’applis de rencontres. Oui, depuis 2012, swiper de droite à gauche sur Tinder est devenu le moyen le plus "simple" de trouver quelqu’un quand on est célibataire. Mais jusque-là, rien de neuf sous le soleil. Pourtant, au gré des conversations avec mes amis et mes matches sur OkCupid (Tinder version intello, du moins, c’est ce que j’essaie de me faire croire pour écrire cet article), je n’ai de cesse d’entendre leur déception mais surtout leur lassitude vis-à-vis de toutes ces applis. Sur le principe, si les uns cherchent davantage de spontanéité, les autres déplorent le fait d’être noyés au milieu d’un océan de prétendants et de prétendantes et de n’être qu’un choix par défaut, quand on prend la peine de leur répondre. Et au final, en gardant cet état d’esprit, ils ne trouvent pas ce qu’ils veulent et désinstallent très vite leur appli. Normal, ils ont perdu leur idéal de "l’amour romantique" en chemin et on ne va pas les blâmer. Mais alors, six ans après sa création, va-t-on (enfin) réussir à se débarrasser de Tinder et retrouver l’habitude de se rencontrer ?

Parce qu’en plus de faire des sentiments un commerce banal, ce qu’on a surtout oublié avec les applications de rencontre c’est le rapport humain. Elles fonctionnent de la même manière qu’Uber ou que quelque appli de livraison : à la demande. Bien entendu, si on recherche un plan cul, une relation fondée sur le sexe, pourquoi pas. Il y a même 9% des couples d’aujourd’hui qui se sont rencontrés grâce à ses applis, tout n’est donc pas à jeter. Mais 9% c’est peu, comparé aux 80% d’inscrits qui espéraient y trouver l’amour. Et il faut s’armer de courage dans cette parade "amoureuse" virtuelle et accepter les règles sordides de ce jeu. Il n'est pas rare de se faire ghoster après un rendez-vous où l’on s’est dépêché de se confier, comme si le temps nous était compté. Pourtant, on ne peut pas en vouloir à la personne qui décide de ne pas donner nouvelles car elle ne nous doit rien. Et pourtant, si ça nous arrivait avec l’ami d’un ami, on ne trouverait pas ça respectueux. Enfin, imaginez-vous au milieu du rayon madeleines de Monop’, si quelqu’un vous proposait une partie de sexe endiablé avant même de vous dire bonjour et de se présenter. Oui, ce serait du harcèlement sexuel. Bref, toutes les règles des relations entre humains ne s’appliquent plus sur les applis.

Et c'est dommage, parce que toutes ces règles sont nécessaires dans le jeu de la séduction si l'on rêve du coup de foudre comme celui de Hugh Grant et Julia Roberts à Notting Hill. Et même si l’on pense que tout a changé à cause des applis, c’est faux. D’après un petit sondage effectué auprès de mes followers sur Instagram, il n'y a pas de secret, on se rencontre toujours dans la vraie vie. Il faut juste sortir de chez soi. Ils se sont tous connus pendant leurs études, dans le cadre de leur travail, par des amis communs, en pratiquant une activité ou en faisant du bénévolat. Alors même si la tentation d’aller swiper sur les applis pour chercher l’amour est grande, peut-être pourrions-nous nous référer à cet adage, qui est toujours furieusement d’actualité en 2018 : pour trouver l’amour, le vrai, il suffit simplement de ne pas le chercher... et de sortir de son lit. Eux, ça leur a réussi. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus