Charge mentale bienveillante : pourquoi laisser les femmes décider est aussi un problème Charge mentale bienveillante : pourquoi laisser les femmes décider est aussi un problème

Love etc.

Charge mentale bienveillante : pourquoi laisser les femmes décider est aussi un problème par Elia Manuzio

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Lundi 4 Mars 2019

L’enfer est pavé de bonnes intentions. Laisser les femmes décider pour leur "faire plaisir", c’est doubler une charge mentale qui pèse déjà bien lourd sur leurs épaules.

Si vous êtes une femme en couple hétérosexuel, vous connaissez forcément la "charge mentale". Grâce à la bédéaste Emma, le concept a fait une percée spectaculaire dans les conversations de comptoirs comme dans les débats féministes. C’est la prise de rendez-vous chez le pédiatre pour votre rejeton, l’organisation des vacances, la liste des courses (et les courses), la planification des repas... Selon une enquête menée par O2 Care Services et Ipsos (2018), huit femmes sur dix seraient concernées et 20% des Français.es disent en souffrir de manière trop importante.

Parfois conscients du phénomène, certains hommes tentent des choses. Ils lancent une machine (sans la vider), veulent aider à faire cuire les oeufs (quand vous avez déjà la poêle à la main), proposent des vacances (sans checker les Airbnb). Au final, aucun poste de responsabilité n’est assumé de A à Z. Vous voulez un burger, on vous sert un steak, un bun et trois feuilles de salade pas fraîches. C’est ce qu’on pourrait appeler la "charge mentale bienveillante". Pas besoin d’avoir des enfants et une gestion tayloriste des machines à laver le linge pour l’expérimenter. Souvent, elle prend la forme d’un simple "Comme tu veux".

Lui : Ça te dit de dîner au resto ce soir ?
Vous : Oui super. Où veux tu aller ?
Lui : Comme tu veux !

En fait, ils essaient de se rattraper, sans vraiment comprendre le fond du problème. Dire "comme tu veux", c’est sympa. Mais c’est encore une fois laisser les femmes se démerder : passer en revue les potentiels restaurants, appeler pour faire une réservation, décider de l’heure de la réservation, s’assurer que cela colle avec le planning de tout le monde. C’est une pression supplémentaire (d’ailleurs, est-ce que le resto sera bon ?) et un temps précieux passé à… Planifier la soirée. En réalité, ce "comme tu veux" n’est rien de plus qu’une occasion de se défaire gentiment de la corvée tout en ayant l’air d’avoir pris une initiative. Malin.

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous

Le vrai engagement, c’est de plonger dans la relation, de prendre le risque d’une confrontation, de dire ce qu’on pense.

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous
Pour Muriel Mounoury, thérapeute de couple, le mécanisme est plus insidieux encore, même s’il ne touche pas exclusivement les femmes : "Cela peut effectivement être une volonté de bien faire  - ‘’Je t’aime de façon inconditionnelle donc j’ai envie de te faire plaisir et ton choix sera le mien’’ - mais cela peut également marquer une résistance – ‘’Je suis sûr que tu n’accepteras pas mes choix donc pour éviter la confrontation je préfère te laisser prendre la décision’’". Un signe de désengagement qui créé également un déséquilibre dans la répartition de la charge émotionnelle au sein du couple. "Dire ‘’comme tu veux’’ est un engagement de surface, poursuit-elle. Cela laisse à un seul des deux partenaires la responsabilité de la couleur de la relation et de sa construction. Le vrai engagement, c’est de plonger dans la relation, de prendre le risque d’une confrontation, de dire ce qu’on pense". Comme quoi, les couples qui ne se disputent jamais, c’est toujours suspect.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires