Aux États-Unis, les couples hétérosexuels se rencontrent majoritairement sur Internet Aux États-Unis, les couples hétérosexuels se rencontrent majoritairement sur Internet

Love etc.

Aux États-Unis, les couples hétérosexuels se rencontrent majoritairement sur Internet par Antoine Ferreira-Mendes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Vendredi 19 Juillet 2019

C’est dorénavant par les applications de dating qu’on tente de trouver son bae. Selon une étude, aux États-Unis, ce mode de rencontre tend à devenir la norme.

Selon une étude menée par deux chercheurs de l’université de Stanford et du Nouveau Mexique, dévoilée en juillet 2019, draguer sur les appli de rencontre serait la norme chez les couples hétérosexuels outre-Atlantique. Sur les 3510 couples hétérosexuels interrogés, en 2017, 39% s’étaient rencontrés en ligne. En 1995, ils n’étaient que 2%. Quant aux autres modes de rencontre plus "traditionnels", par le biais d’intermédiaires physiques comme les amis, la famille ou les collègues, ils sont en total déclin. Exception pour les bars et restaurants qui ont permis à 27% des couples interrogés de se rencontrer en 2017, et qui n'étaient que 19% en 1995. Même les rencontres à l'école ne tiennent plus : 5% seulement des couples sondés se sont rencontrés en primaire ou au collège, et 4% au lycée, soit deux fois moins qu'en 1995. Mais quand on mesure l’importance des réseaux sociaux aujourd’hui et qu'on tente d'énumérer les applications de dating, les chiffres n'ont finalement rien de surprenant.

Le virtuel, premier intermédiaire ?
D’après l’étude, depuis la fin de la seconde guerre mondiale et jusqu’en 2013, aux États-Unis, les couples hétérosexuels se formaient avant tout par le biais d’un ami commun. Aujourd'hui, Internet serait donc plus fiable qu’un ami, du moins, promet de devenir le meilleur intermédiaire pour un date réussi. Les applications nous connaissent davantage, avec des tests de personnalité par exemple, ou encore, des algorithmes garantissant de nous présenter des profils au plus proche de nos attentes. Fait indéniable, on balaye beaucoup plus de profils sur une appli qu'on claque de bises dans la "vraie vie". L’amour par écrans interposés semble ordinaire aux États-Unis, nul doute que ce phénomène de société définisse les relations amoureuses d’ici peu de temps en France.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires