7 activités du quotidien qui mènent à la dispute 7 activités du quotidien qui mènent à la dispute

Love etc.

7 activités de couple qui mènent inévitablement à la dispute

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Vendredi 11 Janvier 2019

On connait tous un petit couple heureux qui fait “tout à deux”. Bien que l’on soit d’accord que certaines activités sont meilleures quand elles sont partagées, on est lucide. Voici donc sept situations du quotidien à éviter si vous ne voulez pas vous quitter.

1. Une descente en canoë
La situation
 : “Nous sommes partis entre amis faire une descente en canoë. Nous étions quatre couples et l’un d’entre nous a plaisanté qu’au moins un couple ne finirait pas la descente indemne. Il n’aura fallu que 5 minutes pour qu’Émilie fonde en larmes, quitte l’embarcation er remette son couple en question”.
La phrase de trop : “C’est dingue ça ! Tu sais pas pagayer !
Le facteur aggravant : il y en a plusieurs, hélas. Vous êtes mouillés, votre smartphone est au fond du bidon étanche et il y a du courant. Bingo. 

via GIPHY

2. Un long trajet en voiture
La situation
 : “Nous avions six heures de voiture à faire. C’est long six heures avec un pilote qui confond sa droite et sa gauche. Le voyage s’est terminé pour moi sur une aire d’autoroute, à bout de nerf. Lui a continué la route. Il a fini par revenir me chercher, mais s'est perdu, forcément.”
La phrase de trop : “Non mais l’autre gauche !
Le facteur aggravant : vous êtes dans la Beauce, votre téléphone ne se souvient même pas d'avoir un jour capté.

via GIPHY

3. Un après-midi chez Ikea
La situation
 : “C’était un dimanche et nous avions besoin d’une commode. Ikea était ouvert, on ne s’est pas méfié. On est devenu un cliché de sketch absolument pitoyable. Elle n’arrêtait pas de chercher le meuble qui ressemblait à du "Habitat" mais deux fois moins cher. Résultat on s’est engueulé et on a fini avec quatre cactus et deux hot-dogs”.
La phrase de trop : “Je te dis que ça passe !
Le facteur aggravant : la honte que les autres vous entendent. Ne vous inquiétez pas, ils vivent la même chose ou presque.

via GIPHY

4. Le premier week-end
La situation
 : “Nous étions super excités de passer un week-end à Barcelone, notre première virée en couple ! Nous ne nous disputions jamais dans le quotidien. Or le premier jour de notre périple quand il a fallu savoir ce que nous allions manger, où et quand. La crise est arrivée. Il ne levait pas la tête de son téléphone, comme d'habitude il attendait que je décide de tout... Le temps qu'on se dispute, tout était quasiment fermé...
La phrase de trop : “Bah, comme tu veux
Le facteur aggravant : s’engueuler ce n’est jamais drôle mais en plein état d’hypoglycémie c’est très dangereux.

via GIPHY

5. Boire un verre avec le patron de l’autre
La situation :
Marie-Ange nous a rejoint pour boire un verre. J’étais avec mon patron et nous étions à la veille des entretiens de fin d’année. Le fameux entretien où l’on espère une petite augmentation… Elle n’a pas arrêté de se plaindre qu’on avait ci et ça à payer. Tout mon être n’était que gêne. Plus jamais.
La phrase de trop : “Tu pars en vacances ? Oh la chance, c’est pas à nous que ça arrivera…"
Le facteur aggravant : vous avez un sac à main hors de prix accroché au bras. Ça fait désordre. 

via GIPHY

6. Allez à un festival de musique en plein air
La situation
 : “Nous sommes arrivés en début d’après-midi avec quelques amis. Une heure et un aller-retour toilettes / bar et nous nous étions perdus. Tous. Pour se retrouver finalement à 22 heures. J'en ai énormément voulu à Thomas.
La phrase de trop : “Mais enfin j’ai pas bougé du point de ralliement !
Le facteur aggravant : vous n’étiez pas au bon point de ralliement.

via GIPHY

7. Faire du bricolage
La situation
 : “Nous étions en train de fixer des étagères dans notre nouvel appartement. Tout allait très bien jusqu’à ce que Rémi décide de m’imposer son machisme – lui qui ne l'ai pas d'habitude – en m’arrachant littéralement le tournevis des mains. Je n'ai pas supportée, j'ai failli lui mettre une claque.
La phrase de trop : “laisse-moi faire
Le facteur aggravant : tous. Malheureusement. 

via GIPHY

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires