"Crowdfunding" : ma meilleure banque, c'est vous !

Simple effet de mode ou vraie alternative aux banques frappées par la crise ? Popularisé par "Ulule" et "Kiss Kiss Bank Bank", le crowdfunding fait des petits de plus en plus spécialisés.

Crowdfunding : ma meilleure banque, c'est vous !
© DR/Victoire de Changy - Gladys Marivat

Que feriez-vous à un banquier qui vous dit "je ne finance pas les projets auxquels je crois, mais les projets dont la rentabilité est garantie" ? Selon nous, il y a deux options. Ou bien, vous retournez son bureau et allez râler sur la crise avec les petites vieilles assises sur le banc en bas de chez vous. Ou bien, vous décidez que votre banquier est un dinosaure dépressif et vous claquez la porte. Quand c'est arrivé à Alicia Birr, manager de créateur qui avait besoin de monter une boutique en ligne, elle a fait ce qu'on devrait toutes faire ; chercher la solution sur Internet.

Certes, la crise, cette fameuse, a rendu les banquiers radins, les boîtes de production et les labels frileux. Mais, il existe des alternatives moins radicales, comme le crowdfunding. Depuis trois ans, tout le monde en parle. Des sites comme "Ulule", "Kiss Kiss Bank Bank", "Tous Coprod" pour le cinéma ou "AlloProd" et "My Major Compagny" pour la musique, permettent d’être financé par le public, en échange d’une contrepartie de votre choix. Moins connu, "Friends Clear" propose d’investir dans un projet d’entreprise et promet jusqu’à 4,5% de taux de rémunération.

Au-delà des success story affichées en première page des sites, peut-on récolter suffisamment d'argent pour réaliser un long-métrage ? Ou doit-on y voir qu’un simple coup de pouce pour se lancer ? Alicia Birr, Iris et Clara, deux jeunes réalisatrices et la chanteuse Luciole nous racontent comment le crowdfunding a boosté leurs projets.