Le best-of des expressions cannoises

A Cannes, on se parle vite et mal mais on se comprend. Au bout de quelques heures sur place, on remarquera qu'on s’habitue à employer tous les mêmes expressions sans même y refléchir, la fatigue aidant. Florilège.

Terrasse Cannes
© Instagram/@ddargaud -

"C’est l’enfer !" : Cannes marche beaucoup à l’humiliation. Il faut montrer patte blanche cent fois par jour et baisser la tête quand on nous le demande. Quel que soit l’importance de l’évènement auquel on assiste, il faut toujours ce moment où on l'on nous rappelle  qu'il y a les gens qui décident et les autres. Moment désagréable qui ne dure jamais moins de trente minutes, et souvent plus d’une heure. Une fois que le calvaire est passé et que le champagne est gratuit, le moment est venu de se plaindre.
Exemple : "Y'avait au moins deux heures de queue à l'open bar du concert privé de Rihanna. J'te jure, Cannes, c’est l’enfer."

"On est quel jour là ?" : À force de vivre comme un patachon, de voir des films, de manger des pizzas, de travailler sur quelques articles pour raconter sa vie et de se coucher très tôt (le matin) après avoir salué quelques vedettes histoire de décompresser, on devient un peu maboule. Ouvrir une porte ou descendre un escalier relève alors de l’exploit. Du coup, comme des enfants fous, on perd vite nos repères temporels et on pose toujours les mêmes questions.
Exemple : "Hier soir, j’étais au Baron jusqu’à 6 heures, et j’ai enchaîné sur une projection à 8h du film d'Alain Resnais. Cannes c’est l’enfer. Du coup on est quel jour là?"

"Et toi, t’as fait quoi hier ?" : Se dit par défi quand on pense avoir pulvérisé son interlocuteur sous la somme de choses incroyables accomplies avant même que n’ait eu lieu la discussion.
Exemple : "Hier, j’ai dîné avec De Niro et on a joué à la Playsation. Et toi, t’as fait quoi ?"

"T’as vu le Carax ?" : Se dit quand on pense avoir une théorie sur le film qu’on souhaite vendre à un copain critique ciné croisé dans la rue, pour ensuite vérifier sur son blog s’il n’y a pas eu de recopiage.

"Euh... T’as vu le Carax? " : Quand on n’a pas vu un film qui a fait sensation et qu’on cherche à se constituer un avis pertinent au plus vite, pour se l’approprier sans vergogne et le diffuser auprès de ceux qu’on imagine inférieur à soi.

"T’as des nouvelles de France ?" : Coupés du monde, les festivaliers ne savent plus rien de l’actualité. Il pourrait se passer n’importe quoi dans le monde que la Croisette n’arrêterait pas de tourner sur elle-même. À l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, nous ne savons rien d’autre que les horaires de projections, les endroits où ont lieu les fêtes et les adresses de pizzas moyennes.

Autres expressions couramment employées à Cannes cette année :
-Phrase construite sur le modèle : "J'ai vu + nom propre + avec Jean-Roch"
- "Y'a jamais les prix dans ces magasins..."
-"Et toi t'es du coin? -Ben non je viens de Paris, comme tout le monde"
-"Bon je te laisse. Je vais essayer de déjeuner gratos"
-"A Cannes, les gens sont moches de l'intérieur"...