J'ai tout le temps des cystites

Vous pensez que ce désagrément bien agaçant est une malédiction de la nature impossible à éradiquer ? Détrompez-vous : grâce à quelques astuces, les cystites, ça s'évite.

Cystites
© Getty -

C'est quoi exactement une cystite ? Une cystite est une infection limitée à la partie basse de la voie urinaire et qui n'implique pas de fièvre. Elles sont très fréquentes chez les femmes à cause de la petite taille de l'urètre féminine, qui implique que les microbes accèdent plus facilement aux zones sensibles. Si l'infection remonte, on ne parle alors plus de cystite, mais de pyélonéphrite (infection rénale qui se manifeste par des douleurs dans le bas du dos), déjà plus grave et à traiter très rapidement.

Comment ça se manifeste ? On ressent en général l'envie d'aller uriner beaucoup plus fréquemment qu'à l'ordinaire (sauf qu'une fois aux toilettes, on ne fait que quelques gouttes qui peuvent nous brûler) et on a une sensation d'inconfort au niveau de l'urètre et du bas ventre. Si la cystite est bien installée, il est possible qu'il y ait quelques petits saignements. Du coup, on la traite aussi rapidement avant que les germes ne remontent dans les reins.

Comment ça s'attrape ? Si une anomalie morphologique ou la présence de calculs rénaux (qui favorisent la prolifération des bactéries) peuvent être à l'origine de cystites, la plupart du temps, ce sont plein de petites mauvaises habitudes qui en sont la cause (et non un manque d'hygiène, on se rassure) : le fait de ne pas uriner après un rapport sexuel, le manque d'hydratation dans la journée, le fait de se retenir trop longtemps d'aller aux toilettes ou encore les pantalons trop serrés...
Il existe ainsi pas mal d'astuces pour éviter ou même contrer ce type d'infection dès qu'on sent une gène : on boit beaucoup d'eau, histoire de bien nettoyer sa vessie, et c'est encore mieux si c'est de l'extrait ou du jus de cranberry, cette petite baie connue pour diminuer l'adhésivité des microbes aux muqueuses. On urine aussi impérativement après chaque rapport sexuel, et on s'essuie de l'avant vers l'arrière s'il vous plait. Si l'on est vraiment sensible et que l'on fait des cystites à répétition, certains gynécologues peuvent même conseiller de se laver après chaque rapport. Enfin, on évite les tampons, connus pour être des milieux de culture parfaits... Mais bien évidemment, en cas de trop fortes fréquences, on consulte son gynéco/urologue qui pourra apporter une solution adaptée.

Merci au Dr Pierre Vely, gynécologue.