J’ai des cycles irréguliers

On a appris qu’un cycle durait 28 jours. Problème, chez vous, ça oscille plutôt entre 21 et 35. Pas de panique, les troubles des règles sont fréquents et vous n’êtes pas un robot : seuls les cycles artificiels sous pilule sont parfaitement réguliers.

J’ai des cycles irréguliers
© -

On considère qu’un cycle est régulier quand il dure 28 jours, plus ou moins 4 jours. Au-delà, on parle de cycles irréguliers, avec deux causes majeures : les troubles nutritionnels et le syndrome des ovaires polykystiques.

Les troubles nutritionnels 

40% des femmes qui ont des règles irrégulières seraient concernées. Quand l’apport est insuffisant, on a à l’extrême l’anorexie mentale (les troubles des règles précèdent souvent l’amaigrissement), puis la dysorexie (quand on mange mal) et une nouvelle forme, l’orthorexie (quand on est névrosée et qu’on ne mange que ce qui faut quand il faut, ce qui n’est pas bon pour la santé mentale et hormonale). La raison est simple : lorsqu’il manque quelque chose à l’organisme, celui-ci se recentre sur ce qui est vital (cœur, cerveau, intestins) et les règles, témoins du fonctionnement de la reproduction s’arrêtent : on a des troubles ovulatoires, des aménorrhées (absence de règles) etc...

Ces troubles apparaissent aussi en cas d’apport nutritionnel en excès (obésité, boulimie).

Le syndrome des ovaires polykystiques (OPK)

Relativement fréquente, cette anomalie du fonctionnement ovarien passe souvent inaperçue. Les règles irrégulières sont souvent associées à de l’acné, une hyperpilosité et un surpoids. Si on ne le traite pas, deux risques : avoir des difficultés à tomber enceinte et prendre du poids.

Les autres causes :

Les sportives intenses souffrent souvent de troubles des règles, voire d’aménorrhées.

- Une dépression ou un choc psychologique important conduisent plutôt à un arrêt des règles qu’à des cycles irréguliers.

-  La prise de médicaments, en particulier les psychotropes (anti-dépresseurs et autres) peuvent induire des irrégularités ou des arrêts de règles.

-  Plus rares : un excès de prolactine (l’hormone qui sert à donner du lait quand on vient d’accoucher), certaines maladies thyroïdiennes ou une ménopause précoce.