Chirurgie mammaire : on en est où exactement ?

On vous en dit un peu plus la mammoplastie d'aujourd'hui, histoire d'y voir un peu plus clair sur cette pratique largement ébranlée par le scandale des prothèses frauduleuses PIP.

Chirurgie mammaire
© Getty -

L'augmentation mammaire

Depuis l'affaire PIP, les prothèses, on oublie ?
Il est clair que l'affaire des prothèses PIP a remis en question l'usage des implants mammaires au gel de silicone, surtout quand on sait que certains chirurgiens comme le docteur Christian Marinetti, président d'une clinique marseillaise de chirurgie esthétique (voir vidéo) avait averti dès 2008 les autorités sanitaires du danger de ce produit qui comptait parmi les moins chers du marché. "Cette affaire a eu l'effet d'un véritable séisme dans le monde de la chirurgie plastique", affirme le Dr Xavier Latouche, chirurgien-plasticien dans le 7ème arrondissement de Paris, qui lui a toujours refusé de poser des prothèses PIP. "Ce scandale pourrait effectivement changer les mentalités. Je pense sincèrement que l'avenir n'est pas à la prothèse. Il n'est pas question de bannir totalement cette pratique, mais de la limiter le plus possible dans l'avenir. Avec les nouvelles technologies apparues récemment en France comme la lipoplastie (voir ci-après), il est possible de ne plus avoir recours systématiquement aux implants pour bénéficier d'une augmentation mammaire", poursuit le Dr Latouche.

Quelles alternatives avons-nous à la pose de prothèses ?
Il y a encore quelques mois, l'injection d'acide hyaluronique ou Macrolane dans les seins apparaissait comme la solution idéale pour les femmes désireuses d'augmenter leur tour de poitrine d'un bonnet sans passer sur le billard ni exploser leur budget. Seulement voilà, depuis le 23 août 2011, le Macrolane est interdit en France à cause "des risques de perturbation des clichés d'imagerie et de difficultés de palpation des seins lors d'examens cliniques qu'ils occasionnent", d'après l'Afssaps, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé.