Actuellement en kiosque !

GL cover mag Novembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin

Cinq choses à savoir avant de lancer son business mode

Betty, créatrice de la marque Body Betty Marie Courroy, fondatrice de Modetrotter Marilyn Feltz, cofondatrice de la marque Marilyn Fieltz Marion Malabre, co-créatrice de l 5

Vivre de sa passion pour la mode ? Un rêve pour plus d'une fashionista. Mais avant de se lancer dans cette aventure périlleuse, voici les conseils avisés d'expertes.

LIRE LA SUITE
1 /5

Betty, créatrice de la marque Body Betty

Betty, créatrice de la marque Body Betty

Avoir du réseau est indispensable

"Dans la mode plus qu'ailleurs, il est important d'avoir des contacts. On peut s'en sortir sans, mais c'est beaucoup plus compliqué. Comme on produit en petite quantité au début, les gens vous font une fleur et n'ont aucune rétribution. Etant chef de produit chez Ba&sh, j'ai la chance de bien connaître ce milieu et d'avoir des amis photographes, mannequins, etc. Mais plus que le réseau, avoir le soutien de ses proches est primordial, autant pour sauter le pas que pour la conception du projet. Cela m'a vraiment déchargé que mon copain conçoive le site ou que mes amis soient toujours prêts à me dépanner quand il faut récupérer une pièce dans un atelier."

Voir le site Body Betty

2 /5

Marie Courroy, fondatrice de Modetrotter

Marie Courroy, fondatrice de Modetrotter

La solitude est pesante

"Pendant deux ans, j'ai mené ma boîte toute seule sans même une stagiaire. Le fait de devoir assumer les bonnes et les mauvaises nouvelles en solo, de ne pas pouvoir faire de ping-pong intellectuel, m'a vraiment manqué. Je ne conseillerais pas spécialement de débuter avec des associés - j'ai trop d'exemples autour de moi de partenariats qui ont été compliqués -, mais c'est indispensable d'avoir des oreilles attentives autour de soi, voire un mentor. Mon conseil principal ? Prenez un bureau partagé. J'ai longtemps occupé les mêmes locaux que les filles d'Oh My Cream et j'ai adoré cette émulation générale, ces moments où on se racontait nos galères autour d'un verre."

Voir le site Modetrotter

3 /5

Marilyn Feltz, cofondatrice de la marque Marilyn Fieltz

Marilyn Feltz, cofondatrice de la marque Marilyn Fieltz

Il faut soigner son image de marque

"Pour nous faire connaître au début, nous avions envoyé à la presse des catalogues élaborés avec une amie photographe. C’était une erreur de débutant : personne ne nous connaissait et donc, personne ne nous a répondu. On a alors compris l’importance de se façonner une image, de proposer un vrai univers et de raconter une histoire. Les réseaux sociaux nous ont vraiment aidés à affirmer cette singularité. Instagram est devenu mon moodboard : le lieu où je poste à la fois des dessins, des photos de pièces de notre collection, des étapes de fabrication. Les internautes ont ainsi conscience qu’il s’agit d’un produit artisanal, et peuvent entrer en lien direct avec nous. Cela nous a permis de construire une communauté : certaines filles ont une dizaine de tenues et postent des photos de leurs looks, incitant d'autres à suivre le même exemple." 

Voir le site Marilyn Feltz

4 /5

Marion Malabre, co-créatrice de l'application Clothery

Marion Malabre, co-créatrice de l'application Clothery

Lancer une appli n'est pas un jeu d'enfant

"Tout le monde veut créer son application sans être vraiment conscient du challenge. Il faut avoir des fonds importants pour développer l'aspect technologique, mais surtout une vraie valeur ajoutée pour se différencier dans un marché ultra-concurentiel. Cela ne sert à rien de copier un modèle déjà existant, mais on peut décliner l'idée en y apportant son regard et des nouvelles fonctionnalités. Par exemple, s'il existe déjà des applis comme Clothery, certaines n'ont pas évolué depuis deux ans et n'ont pas de contenu éditorial. Mes associés (Adeline et Arnaud) et moi, on apporte à la fois un côté ludique et informatif." 

Télécharger l'appli Clothery

 

5 /5

Charlotte Natier (à droite), co-créatrice du vide dressing Kids Market

Charlotte Natier (à droite), co-créatrice du vide dressing Kids Market

Vous ne regretterez pas d'avoir sauté le pas

"Si j'avais un conseil à donner, ce serait de battre le fer tant qu'il est encore chaud. Combien de gens ont des dizaines d'idées, mais n'en croncretisent aucune ? Il faut aller au bout et surpasser sa peur de l'échec. Pour autant, ne vous lancez pas à l'aveugle : avant de monter Kids Market, nous avions comparé l'offre et la demande, observé ce que faisaient nos concurrents et analysé les comportements d'achat. L'idée de base a aussi pas mal évolué : d'une ligne de vêtements, on est passées à un vide-dressing pour enfants. Pourquoi ? En tant que mamans, nous avions une certaine expertise sur le sujet."

Voir le site Kids Market

Norine Raja
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.