Actuellement en kiosque !

GL cover mag Décembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Une fille, un job : Tiffany et ses BD

Tiffany et ses BD

A seulement 28 ans, Tiffany est déjà une super woman : galeriste, libraire, éditrice et illustratrice. On l'a rencontrée au Pied de Biche, le lieu que la nerd assumée a créé il y a un petit peu plus d'un an. Rencontre.

Peux-tu me décrire ton boulot, ton lieu?
J'ai ouvert la galerie-librairie Le Pied de Biche il y a tout juste un an et depuis, j'y suis tous les jours ou presque. Du coup, j'ai fait en sorte que ce soit un endroit qui donne envie de rentrer, pour les clients, et d'y rester, pour moi ! La déco est un mélange de meubles 50's chinés à droite à gauche et de trouvailles plus brutes, comme les caisses de bois dans lesquelles sont rangées les BD. La librairie propose un choix à la fois exigeant et grand public de BD, romans graphiques, imports et d’ouvrages collectors… ainsi que des vinyles, objets et accessoires qui sont toujours l’œuvre de créateurs talentueux que je suis fière de présenter et de défendre au Pied de Biche.

Tu as aussi une maison d'édition ?
Oui, j'ai aussi fondé les éditions du Pied de Biche et publié deux livres : La femme-ciseaux, recueil de nouvelles de Michel Villar illustré par Alex Adieu, paru en septembre 2010 et M.A.L,une BD collective parue en décembre 2010. Je compte lancer prochainement une série de comics trimestriels auxquels participeraient les auteurs que je défends (Kael, Klub, Aurelie pollet, Louisebeth Pacman ...) et moi-même, Tyranny.... Ce n'est pas un boulot que j'ai mais trois : galeriste, libraire et éditrice avec une unique vocation, être le porte voix d’une jeune création foisonnante et passionnante.

Quelles études as-tu faites ?
J'ai fait des études de traduction, je suis trilingue français-anglais-arabe. J'ai été traductrice pendant quelques temps mais ce travail étant souvent très mal payé, j'ai décidé de me lancer dans un projet qui me correspondait vraiment.

Comment as tu eu l'idée de te lancer là dedans ?
Il n'y avait pas vraiment de lieu à Paris dans lequel je me retrouvais vraiment, avec plein de BD indés françaises et étrangères, et qui soit plus qu'une simple librairie. Mon livre de chevet est le Guide de survie en territoire zombie de Max Brooks, et j'avais en tête cette arme hyper efficace en cas d'invasion Zombie : le pied de biche. C'était le point de départ de mon projet: s'insinuer dans la faille et forcer l'ouverture.
J'avais envie de créer un endroit vivant et ouvert où l'on trouve aussi bien les dernières parutions BD que des livres inventifs et drôles, des jouets fous importés des US et des créations. Je suis passionnée de bd, de culture alternative, je suis une nerd assumée... Je fais partager cela à mes clients.
J'ai appris sur le tas comment fonctionnent une librairie, une galerie, une maison d'édition et je trouve que je m'en sors pas mal !

Quand tu étais petite, tu voulais faire quoi plus tard ?
Super-héros bien sûr ! Et j'y suis presque...

T'as dit quoi à ton banquier, ta mère, ton mec?
J'ai dit : "alleeeez, s'il te plaîîîît !"
C'est mon grand frère et mes parents qui ont cru en mon projet, heureusement parce que si j'avais dû compter sur la banque, j'en serais probablement encore à traduire des sous-titres de mauvais TV shows.

Ta première création, ton premier lieu c'était quoi ?
Mon nom d'artiste est Tyranny (en hommage à Tyr, ma ville de naissance au Liban) et j'ai exposé dans plusieurs endroits à Paris (La Maison des Métallos , Le Cabaret Sauvage, L'art de rien, la Galerie Chappe,...). J'ai créé le Pied de Biche pour avoir un lieu d'expo comme j'en rêvais, et du coup, j'expose mes dessins en septembre prochain.

Quel est ton statut ?
Le Pied de Biche est une S.A.S et je suis la présidente (parce que je me la raconte...)

Il faut un gros budget pour se lancer dans ce genre de projet ?
Il faut un capital de départ pour acheter le fonds de livres, louer le local commercial, l'aménager: ce sont des gros frais de départ.

Quelles sont les étapes administratives ?
Il faut trouver un avocat, monter les statuts auprès de la Chambre du commerce, ouvrir un compte de société, investir un capital, signer un bail, et enfin, prier pour que ça marche.

Et après ça, ça se passe comment la recherche d'un lieu ?
C'est long, une fois que toutes les conditions financières sont réunies, l'étape finale est super importante puisqu'il faut conjuguer un loyer raisonnable et un emplacement idéal. Je voulais être dans le 11e, c'est central sans avoir le côté bourgeois du Marais, qui ne correspond pas à ma clientèle. J'ai trouvé la rue de Charonne, c'est en perpétuel développement, c'est à la fois jeune et familial, branché mais pas trop. Il y a une vraie dynamique de quartier qui est importante pour moi.

Comment tu t'organises ? Tu bosses seules ou tu as formé une équipe ?
Je fais 99% du boulot toute seule pour être franche. Mais j'ai la chance d'être entourée d'amis doués qui m'ont bien aidée, Louis Sourdille a fait le logo, Emilie Hanoka la déco... Sinon au quotidien, j'ai un webmaster, qui gère le site sur lequel on trouve notamment un large choix de livres et de goodies. J'ai aussi une attachée de presse parce que ça fait sérieux et parce qu'elle est d'un grand soutien ! Tous ces gens sont pour la plupart des amis d'amis, c'est super de travailler avec des gens qu'on aime !

Et pour le moment, tu arrives à te rémunérer ?
Pour l'instant non, mais j'espère que j'y arriverai d'ici un an, sinon ça risque d'être très difficile... C'est un investissement à long terme bien sûr, pour l'instant je ne fais qu'utiliser mon bénéfice pour acheter des livres et des goodies et je n'en verrai les fruits que plus tard.

Raconte nous une journée type.
Le lundi est le seul jour où Le Pied de Biche est fermé, j'en profite en général pour aller chercher mes commandes de bouquins. A 11h j'ouvre la boutique, je m'occupe des affaires courantes (commandes auprès des éditeurs français et étrangers, compta etc. ),  j'avale un paquet de fraises Tagada et un petit cornichon pour la forme. Je m'attaque ensuite aux mails de propositions d'artistes qui veulent exposer, je zone les dernières nouveautés,  je réponds à ma mère qui m'appelle déjà pour la 3e fois de la journée...

J'appelle mon attachée de presse pour lui expliquer que l'artiste qui expose la semaine prochaine ne m'a toujours pas envoyé de visuels, je rappelle l'artiste en question pour lui dire de vraiment envoyer les images cette fois, je contacte mon sérigraphe préféré pour faire refaire des sacs Pied de Biche. Je teste les bubble-gums en forme de saucisse cocktails à la fraise, la boîte y passe en entier. Je décide de repasser une commande de goodies à mon fournisseur secret car je suis en rupture de stock de portefeuille-bacon.

Après tout ça je m'accorde une pause saucisson en lisant le dernier Daniel Clowes Mister Wonderful, j'appelle ma mère pour lui dire que je vais avoir un papier dans Glamour et elle est drôlement fière. Entre toutes ces activités, j'ai converti une mère de famille à la série Walking Dead, j'ai convaincu deux copines de repartir avec la version originale de Ghost World pour améliorer leur anglais en se cultivant, j'ai fait la connaissance d'un collectionneur qui ne s'intéresse qu'aux œuvres faites par des femmes et qui veut m'acheter des dessins. Et puis il est 20h, je réponds à ma mère que la journée a été bonne et qu'il faut maintenant que je la laisse pour aller boire l'apéro.

Et maintenant quel est ton projet ?
Continuer à développer le fonds de livres, les expos et les événements et aussi la maison d'édition. J'ai plein d'idées de BD, mais l'édition est vraiment le secteur le plus risqué, j'y vais donc doucement.

Ta plus grande galère dans l'histoire / ton gros coup de bol ?
Le montage financier a été une grosse galère.  Les rencontres que je fais avec des illustrateurs que j'admire et qui aiment Le Pied de Biche,  je ne sais pas si c'est un coup de bol, mais je suis toujours heureuse de ces retours positifs qui annoncent des collaborations passionnantes.

Tu te vois comment dans 10 ans ?
Avec une frange un peu plus longue et des petits frères du Pied de Biche à Berlin et New York.

Le Pied de Biche
86 rue de Charonne
75011 Paris

LIRE LA SUITE
Nora Hamzawi
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.