Actuellement en kiosque !

GL cover mag Novembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Une fille, un job : Gabrielle et ses bijoux fantaisie

Gabrielle Musubi s

A 30 ans, Gabrielle Hoarau-Kozo a gardé son âme de petite fille et joue à la créatrice de bijoux pour sa marque "Musubi s'amuse". Rencontre coquette entre nœuds et bonbons.

Peux-tu me décrire ton boulot ?
Je suis la créatrice de Musubi s'amuse depuis un an et demi, mais la marque a été réellement officialisée grâce au lancement de mon site il y a quelques mois. Avant cela je me suis servie uniquement de Facebook, de mon blog et du bouche-à-oreille.

Comment décrirais-tu ta marque ?
C'est une marque de bijoux et accessoires "fantaisie" où le petit nœud est star car je le décline de plusieurs manières et dans tous les styles.
Mes bijoux s'adressent à toutes les femmes qui sont glamour et féminines avec une âme d'enfant.  Musubi s'amuse c'est  suroutun univers girly rétro et glam qui s'inspire autant de Brigitte Bardot que de Grace Kelly.

Quelles études as-tu faites ?
J'ai eu un parcours assez changeant. Je me suis retrouvée à faire des études de com', mais voyant très vite que ce n'était pas mon truc je me suis tournée rapidement vers quelque chose de plus artistique et qui me correspondait beaucoup mieux ! Je me suis donc lancée dans des études de décoration.

Et avant de créer ta marque tu faisais quoi ?
Je travaillais dans la mode en tant que styliste sur des shootings et je bossais pour le magazine Trax, où j'avais une rubrique mode avec une photographe qui s'appelait "Les nuits de Musubi & yeah!".

Comment as-tu eu l'idée de lancer ta ligne de bijoux ?
J'ai commencé à créer mes propres bijoux pour m'amuser. A chaque fois que je les portais, je recevais des compliments de la part de mon entourage, qui me demandait où les trouver. Quand ils ont su que j'étais la créatrice, ils m'ont passé commande et m'ont encouragé à me lancer "pour de vrai". A ce moment là, certaines de mes amies créaient leurs marques, et je me suis dit : pourquoi pas moi ?

Quand tu étais petite, tu voulais faire quoi ?
Princesse ou chanteuse de rock... mais je me suis vite rendue compte que ça n'allait pas être possible !

Tu as dit quoi à ton banquier ?
Je lui ai demandé s'il était possible d'augmenter mon découvert.

Alors, ta première création c'était quoi ?
Ma première création était une bague en feutrine rose avec au milieu un vieux bouton vintage de grand-mère. Aujourd'hui c'est devenu une création incontournable dans ma marque.

Et maintenant quel est ton statut ?
Je suis auto-entrepreneur, je trouve ça plus sécurisant que le fait de gérer une réelle entreprise. C'est un statut qui est simple à acquérir, on peut même le faire en ligne, même si au final, ça n'évite pas la pile de dossiers administratifs à remplir...

Faut-il un gros budget pour se lancer dans ce genre de projet ?
Je pense que c'est mieux, mais moi je n'en avais aucun, du coup c'est vrai que financièrement c'est plus difficile. 

Peux-tu me donner une échelle de prix de tes bijoux ? 
Les prix sont relativement abordables : de 8 € à 40 €. Les modèles uniques et les modèles personnalisés sont plus chers selon le matériel utilisé...

Avec quelles matières aimes-tu travailler ?
Mes bijoux sont tous créés avec des matières premières : rubans, galons, feutrine, paillettes, tulle ou chaîne. J'aime travailler les matières premières et les détourner. J'adore chiner des vieilles dentelles, des vieux boutons pour en faire des modèles uniques.

Tu arrives à te rémunérer ?
Pour l'instant non, je réinvestis en permanence dans les différentes matières et tissus. Evidemment ça prend du temps pour que tout se mette en place. Il faut être patient.

Raconte nous une journée type.
J'accompagne mon fils à l'école, et je me mets à bosser quand je rentre. Comme je n'ai pas encore d'atelier, je fabrique mes bijoux de chez moi tout en regardant des émissions sur la mode. Je peux aussi me déplacer pour acheter le matériel manquant. Entre midi et deux, je cale des rendez-vous puis dans l'après-midi j'expérimente toujours des nouveaux bijoux avec des matières que je chine un peu partout.

Et maintenant quel est ton projet ?
Continuer à créer de nouveaux bijoux. J'avais ramené plein de tissus et dentelles que j'avais chiné à New-York récemment, la prochaine collection sera en partie faite de matières que je vais chiner en Asie bientôt. Je prépare également une ligne de bijoux pour enfants.

Ton gros coup de bol ?
Faire les bonnes rencontres au bon moment. Depuis peu, j'ai rencontré au hasard d'une soirée ma collaboratrice qui s'occupe de toute la partie presse et commerciale . Elle adorait ce que je faisais elle m'a proposé de m'aider à développer le coté com' dans lequel, il faut le dire, je suis totalement nulle.

Tu te vois comment dans 10 ans ?
J'ai du mal à me projeter, je me laisse porter car j'adore les surprises !

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de Musubi s'amuse.

LIRE LA SUITE
Nora Hamzawi
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.