Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Cinq choses à savoir avant de quitter son job

Etes-vous vraiment prête à sauter le pas ?

C’est décidé, vous avez besoin d’un nouveau boulot, de nouveaux collègues, d’un nouveau cadre de travail. Mais est-ce vraiment le bon moment pour partir ? Avant d’organiser votre pot de départ, voici quelques conseils qui vous seront utiles.

L’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs

Animée par une envie de changement, vous avez écumé les annonces en ligne et posté un message de détresse sur votre mur Facebook ? Avant de faire une erreur que vous pourriez regretter (le marché de l'emploi n’est pas franchement dynamique), posez-vous cette question toute simple : pourquoi avez-vous envie de partir ? Car, si certains problèmes vous paraissent insurmontables, une attitude proactive peut faire des merveilles. Demander de nouvelles responsabilités, par exemple, ou proposer un projet qui vous inspire sont autant de moyens de redonner un sens à son travail. Jennifer Aniston et Brad Pitt étaient encore ensemble la dernière fois où vous avez été augmentée ? Il est temps de tenter le tout pour le tout : lister des arguments clairs démontrant les responsabilités prises au fil des années, ne pas lâcher même si cela implique des mois de négociations. Une façon imparable de savoir ce que vous valez vraiment aux yeux de l’entreprise… et de ne pas perdre au change.

Etre déjà en poste est un atout

Si la perspective de tout plaquer est ultra-tentante, gare à la gueule de bois post-démission. Même passer des journées en pyjama à binge watcher des séries perd de son charme à la longue. D’autant que vous aurez plus de chances (et de motivation) à trouver un nouveau job, si vous êtes déjà en poste. Comme en amour, le fait d’être pris vous rend plus désirable aux yeux des recruteurs et renvoie une image de stabilité. Après tout, personne n’a envie d’embaucher une salariée qui change de job aussi souvent que Kylie Jenner de perruque. L’autre avantage ? Vous ne serez pas obligée d’accepter une offre minable parce que vos amis refusent de financer votre vie sociale. Inconsciemment, le fait d’avoir un plan de secours vous donnera davantage d’assurance en entretien. En d’autres mots : aucune chance de transpirer le désespoir.

La discrétion est votre meilleure alliée

Une fois votre job trouvé, encore faut-il annoncer la délicate nouvelle à votre boss. Un seul mot d’ordre ? Ménager les susceptibilités en expliquant avec tact et rationalité les raisons de votre départ.  Le besoin de monter en grade, d’avoir de nouveaux défis, par exemple, est assez compréhensible. Quoi qu’il arrive, il doit être le premier prévenu de votre départ, et non, l’apprendre par des bruits de couloir. Il est normal de vouloir partager sa joie (ou son soulagement) avec ses collègues proches mais il faudra assumer si certaines ne tiennent pas leur langue. Et surtout, ne posez pas votre démission avant d’avoir signé un contrat en bonne et due forme. Auquel cas, bonjour l’ambiance si votre ex-future entreprise fait machine arrière.

Partir en de bons termes est primordial

Claquer la porte est le meilleur des pieds de nez à une cheffe tyrannique, réplique de Meryl Streep dans Le Diable s’habille en Prada (les fringues Chanel en moins).  L’occasion parfaite de vider enfin votre sac, pourquoi pas, dans une vidéo virale qui ferait de vous une star du web. De deux choses l’une, le jour où vous donnerez enfin votre démission, tout cela sera déjà un lointain souvenir. Si vous restez dans le même milieu professionnel, cette mauvaise réputation vous collera à la peau, notamment quand vos futurs employeurs vérifieront vos références. Alors, on remballe ses rancoeurs et on invite l’ensemble de son équipe à un pot de départ (oui, même le fayot de service). En revanche, faites gaffe à ne pas faire trop de confidences sous le coup de l’alcool. L’histoire de la nana qui a dézingué l’ensemble de sa boîte après trois verres de vin risque de rester dans les annales… Et de devenir une légende urbaine transmise à chaque génération de stagiaires.  

Vous n’êtes pas partie avant d’être vraiment partie

A mesure que le jour J approche, votre motivation descend en flèches ? Ne croyez pas que personne ne vous voit faire une micro-sieste derrière l’ordinateur, même si vous êtes passée maître dans l’art de piquer un somme les yeux ouverts. Ou que l’ensemble de l’équipe ne déplore pas, devant la machine à café, votre manque d’enthousiasme et de coopération. Ce serait dommage de compromettre vos chances d’être débauchée par votre boîte dans le futur, ou par une collègue qui aurait pris du galon ailleurs. L’aspect networking n’est jamais à négliger, que vous soyez dans les locaux ou en dehors.  

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.