• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

"La fois où j'ai eu gain de cause"

"La fois où j "La fois où j Comment j Comment j 6

Quand on sent qu'on est en train de se faire berner, faire entendre son point de vue est souvent la meilleure attitude à adopter. La preuve avec ces 6 témoignages de filles glamour qui n'ont pas eu froid aux yeux.

LIRE LA SUITE
1 /6

"La fois où j'ai eu gain de cause"

"La fois où j'ai eu gain de cause"

Au resto

"Ce soir-là, je rentre du travail épuisée et sans aucune envie de cuisiner. Je décide d'aller avec mon père chercher des sushis à emporter au resto japonais en bas de chez nous. Je commande le menu H : sushis, soupe et salade. Pas bien compliqué. Après avoir payé, je me suis mise de côté pour attendre ma commande, dans le restaurant quasi-vide. Au bout de 20 minutes, toujours rien. Je  commence à m'impatienter. Une demi-heure plus tard, de plus en plus affamée, je finis par interpeller le serveur avec fermeté, mais je n'obtiens pas de réponse. Mon père décide alors de parler au responsable de salle. Furieux, il exige une explication. Celui-ci réplique, l'air zen : "Patience !". Excédée, je me mets à hurler aussi. Au bout de cinq minutes, le responsable revient de la cuisine avec nos sushis et nous rembourse la totalité de la note pour s'excuser ! Comme quoi élever la voix de temps en temps ça paye".

2 /6

"La fois où j'ai eu gain de cause"

"La fois où j'ai eu gain de cause"

Au café

"Une bonne copine à moi était de passage à Paris. Après une longue promenade au milieu des monuments de la rive gauche, nous décidons de nous reposer dans un joli café du quartier. On s'assoit. Comme elle ne parle pas français, Livia commande en anglais. Le serveur prend l'air ennuyé, il ne comprend pas l'anglais. je prends alors la parole et commande deux cafés crème avec mon plus bel accent français...
Au bout de vingt minutes d'attente, le serveur revient avec deux expressos. Je lui fait remarquer que nous avions commandé deux cafés crème. Il repart irrité et revient en nous disant : "voilà pour le lait". Très gênée de ce service désagréable vis-à-vis de mon amie, je prends les deux expressos, je les pose avec élégance sur le comptoir en disant : « Ce n'est pas ce que nous avions commandé. ». D'un pas ferme, nous quittons alors le café sans dire aurevoir,  laissant derrière nous deux cafés froids et le serveur malpoli. Ce n'est pas une méthode révolutionnaire, mais ça a le mérite de soulager !"

3 /6

Comment j'ai eu gain de cause!

Comment j'ai eu gain de cause!

Dans une boutique de luxe

"Deux jours avant la remise de mon diplôme de fin d'études, je me rends dans une boutique de luxe tenue par un de mes amis pour acheter les chaussures qui vont avec la tenue que j'ai prévu pour le jour J. Fière de mon achat, je rentre chez moi. Mais le soir même, pour un dîner en famille, je les essaye, fait deux pas et là... paf ! Le talon se décolle ! Folle furieuse, je rapporte dès le lendemain les chaussures à la vendeuse en lui précisant qu'il me les faut absolument pour le lendemain matin. Elle ose alors me répondre : « Ce n'est pas de ma faute si vous n'êtes pas capable de porter des talons. Je ne peux rien faire pour vous. » Rouge de colère, je lui rétorque : « Vu le prix que j'ai payé, elles devraient résister à tout. Et puis de toute façon le problème ne se pose pas puisque le responsable est un de mes meilleurs amis ! » Je lui montre alors la facture sur laquelle il y a la petite réduction faite par son chef. Miracle. En un instant, elle accepte de me faire une réparation temporaire et me précise qu'après la cérémonie elle enverra mes chaussures en réparation. La morale de cette histoire ? Il n'y en a pas, si ce n'est qu'avoir des amis bien placés, ça aide toujours".

4 /6

Comment j'ai eu gain de cause!

Comment j'ai eu gain de cause!

Lors d'un examen

"J'avais un examen très important à travailler pour le lendemain. C'était un oral de sciences politiques. J'avais travaillé jusqu'à 4 heures du matin puis m'étais effondrée de fatigue sans pouvoir finir un chapitre que j'avais à revoir.
Un peu anxieuse, je me rends à mon oral à 8 heures du matin, la boule au ventre et craignant de tomber sur le sujet sur lequel j'ai fait l'impasse. C'est le moment. Je rentre dans la salle et là, je me rends compte que l'examinateur est celui que tout le monde redoute pour sa sévérité. Il m'impose un sujet, qui est évidemment le seul que je n'ai pas revu ! Affolée, je vais m'asseoir et me crois condamnée. Quand soudain, je reprends confiance en moi : je me lève, m'approche du professeur et je lui demande s'il est possible de changer de sujet. De toute façon, je n'aurais pas pu traiter le premier...
Il accepte, mais émet une condition : je serai notée sur 14 à la place de 20... J'hésite mais j'accepte.
Il me donne le nouveau sujet. C'est mon sujet rêvé ! Je le traite en moins de 10 minutes. Je m'assieds alors en face de lui, commence à parler, tout défile, je connais tout. Je réponds parfaitement aux questions de l'entretien. Pourtant, l'examinateur reste froid. Je suis inquiète. Après quelques minutes de silences, il m'annonce enfin : "C'est excellent, vous méritez bien mieux que 14". Impressionné par ma connaissance du sujet, il m'avait mis 19. Pas mal pour un oral mal barré, non ?"

5 /6

"La fois où j'ai eu gain de cause"

"La fois où j'ai eu gain de cause"

A l'aéroport

"Pour les grandes vacances, j'avais décidé de faire un long voyage (Nouméa-Sydney, puis Sydney-Singapour et Singapour-Londres et enfin Londres-Paris). A l'arrivée à l'aéroport Charles de Gaulle, bien exténuée, pas de bagage à l'horizon. Je vais bien sûr me plaindre à l'aéroport, puis à la compagnie. Rien. Mes bagages se sont purement et simplement évaporés. La compagnie me rembourse alors 800 cent euros pour racheter le nécessaire si mon bagage ne réapparait pas. Au bout d'un mois, toujours pas de valise.
Puis la rentrée scolaire a lieu : je n'ai toujours pas récupéré mes papiers, carnet de santé, manuels scolaires, médicaments et petites affaires. Je craque et décide donc d'aller dépenser mes sous... je passe une après midi entière à racheter tout ce qui me fait plaisir : un sac de voyage, des fringues, du parfum, du maquillage... je claque tout !
Au bout d'un mois et demi, la compagnie m'agence que la valise est de retour. Aïe, dois-je tout rembourser ? Et le préjudice alors ? Après une conversation un peu houleuse, la compagnie décide qu'étant une bonne cliente, je n'ai rien à rembourser. Sympa !"

6 /6

"La fois où j'ai eu gain de cause"

"La fois où j'ai eu gain de cause"

Dans une boutique de vêtements

"Il y a deux mois, lors d'une virée shopping à Sydney, j'ai un coup de foudre pour une robe magnifique. Je décide de l'acheter sur le champ. Ironie du sort, le lendemain, ma meilleure amie vient me voir... elle porte exactement la même robe ! Mais j'apprend qu'elle l'a achetée 100 $ de moins que moi. Furieuse, d'autant plus qu'on l'avait achetée toutes les deux dans la même boutique, je retourne immédiatement voir la vendeuse pour faire une réclamation. Comme par hasard, celle-ci n'est pas là. C'est donc la responsable qui m'accueille. Je lui explique le problème : elle se justifie en me disant que la robe devait être en solde. Seulement à la vue de mon ticket, elle  à l'évidence : la vendeuse avait oublié de me faire la réduction. Bilan : une robe que j'adore et 100 $ pas prévus dans ma poche. Banco !"

Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.