Actuellement en kiosque !

GL cover mag Décembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin

Journée de la femme : 10 initiatives féministes qui ont marqué l’année

Le discours d’Emma Watson pour promouvoir l’égalité des sexes La levée de bouclier 2.0 contre le Time magazine Le lancement du site Macholand Emma Sulkowicz et son combat contre le viol sur les campus américains 10

Pour fêter dignement la journée de la femme ce 8 mars, Glamour a eu envie de saluer toutes les initiatives féministes qui ont marqué l’année 2014. En espérant que 2015 soit aussi riche en combats justes, et en prises de positions courageuses.

LIRE LA SUITE
1 /10

Le discours d’Emma Watson pour promouvoir l’égalité des sexes

Le discours d’Emma Watson pour promouvoir l’égalité des sexes

Depuis septembre 2014, l’actrice Emma Watson est ambassadrice des Nations-Unies pour les droits des femmes. Un rôle dans lequel elle excelle. Son premier discours au moment de sa prise de fonction a été tout particulièrement salué. Sous l'œil des caméras du monde entier elle a rappelé que le combat pour l’égalité des sexes devait être mené de front par les hommes et les femmes, main dans la main. Visionné des millions de fois sur YouTube, elle a reçu une standing ovation à la fin de sa prise de parole. En janvier dernier, six mois plus tard, la campagne He For She a été lancée.

2 /10

La levée de bouclier 2.0 contre le Time magazine

La levée de bouclier 2.0 contre le Time magazine

Chaque année, le magazine américain Time propose son classement des mots à bannir pour cause d'usage abusif et de saturation extrême. Pour l'année 2015, au milieu de “Kale“, “Influencer“ ou “Bossy“, se trouvait le mot “Feminist“. Le bad buzz est instantané, et le web s’enflamme à grands coups de tweets, outré par cette suggestion. Pour justifier (maladroitement) son choix, le magazine a rétorqué que ce n’était pas le “vrai“ féminisme qui était visé, mais plutôt l’engagement soudain des people pour défendre une cause jusqu’ici peut évoquée sur les tapis rouge d’Hollywood

3 /10

Le lancement du site Macholand

Le lancement du site Macholand

En octobre dernier, le site Macholand voyait le jour, imaginé par trois militants parisiens : Caroline de Haas, fondatrice d’Osez Le Féminisme, Clara Gonzales, et Eliott Lepers. Comme son nom l’indique, l’objectif de Macholand est de traquer le sexisme dans la société actuelle, dans les médias, ou la pub... La plateforme est participative, les citoyens comme les citoyennes sont les bienvenus pour dénoncer le sexisme ordinaire. Un genre de Kiss Kiss Bank Bank de l’engagement pour résumer, où vous pouvez proposer des actions concrètes, et voter pour que les idées les plus pertinentes à vos yeux soient mises en place (sur les réseaux sociaux notamment, en noyant les responsables sous un tsunami de tweets ou d’emails.)

4 /10

Emma Sulkowicz et son combat contre le viol sur les campus américains

Emma Sulkowicz et son combat contre le viol sur les campus américains

Aux Etats-Unis, les viols sur les campus sont fréquents. Emma Sulkowicz, étudiante à l’Université de Columbia, en a fait les frais. Au départ, la jeune victime reste silencieuse, mais lorsqu’elle découvre que son agresseur (scolarisé à Columbia également) a abusé de plusieurs étudiantes, elle décide d’agir et porte plainte. Une “audience d’arbitrage“ aura lieu sur le campus sept mois plus tard (depuis 1972, ce sont les facs elles-mêmes qui jugent ce genre de cas). L’accusé, qui nie tout en bloc, sera jugé non coupable. Ecœurée par ce verdict, depuis six mois, Emma porte un matelas (le même que dans sa chambre, où a eu lieu le viol) partout où elle va, pour symboliser le poids de son traumatisme. Soutenue par la presse et les associations féministes, elle est devenue une des nouvelles icônes du mouvement anti-viol. Un premier pas pour –enfin, faire évoluer les mentalités Outre-Atlantique.

5 /10

Le prix Nobel de la paix reçu par Malala Yousafzai

Le prix Nobel de la paix reçu par Malala Yousafzai

En décembre dernier, Malala Yousafzai, jeune Pakistanaise de 17 ans et icône du combat pour l’éducation des jeunes filles a reçu le prix Nobel de la paix (avec un co-lauréat engagé pour les mêmes idéaux, Kailash Satyarthi). Dans son discours, la plus jeune lauréate à avoir reçu cette distinction, a promis d’arrêter de se battre le jour où tous les enfants du monde seraient scolarisés. Pourquoi a t-elle choisi cette cause et pas une autre ? Malala avait survécu en 2012 à une attaque de talibans, qui avaient pris pour cible le bus scolaire où elle voyageait avec d’autres élèves. Blessée à la tête, elle avait été soignée en Angleterre. Son premier ouvrage racontant son histoire est sorti quelques mois plus tard : Moi, Malala, je lutte pour l’éducation et je résiste aux talibans.

6 /10

“Paye ton utérus“, le hashtag qui a enflammé Twitter

“Paye ton utérus“, le hashtag qui a enflammé Twitter

En novembre 2014, une jeune étudiante en pharmacie lance le hashtag “Paye ton utérus“ sur Twitter. But de la manœuvre ? Inviter les femmes à raconter leurs déboires avec leurs gynécologues. Les réactions ne se font pas attendre, et l’océan de tweets qui suit met en évidence un mal être partagé par beaucoup de patientes : réflexions sexistes, leçons de morale au sujet d’un avortement, obligation de choisir une marque de pilule sans avoir le choix, douleurs pendant un examen… la liste est longue. Mais la prise de conscience bien réelle. En espérant que du côté des médecins, le message soit passé pour de bon.

7 /10

Le street art engagé de Tatyana Fazlalizadeh

Le street art engagé de Tatyana Fazlalizadeh

Régulièrement victime de harcèlement de rue quand elle se promène chez elle, à Brooklyn, l’artiste Tatyana Fazlalizadeh a décidé d’agir, à sa manière, en choisissant les murs de sa ville comme terrain d’expression. Sur les dessins en noir et blanc qu’elle colle dans les rues de son quartier, des visages de femmes avec des slogans simples mais clairs : “Arrête de m’appeler bébé“, “les femmes ne se promènent pas dans la rue pour vous distraire“. Son initiative est un succès, et Tatyana lance dans la foulée une opération de crowfunding, baptisée Stop Telling Women To Smile. Grace aux fonds récoltés, plus de 30 000 dollars, elle a ensuite voyagé pendant 18 mois aux quatre coins des Etats-Unis, apposant ses œuvres éphémères sur son passage, pour sensibiliser les habitants au harcèlement de rue.

8 /10

Le docu-fiction “Free the nipple“

Le docu-fiction “Free the nipple“

Depuis sa création en 2013, le mouvement Free the nipple (littéralement : “libérez les mamelons“) a fait couler beaucoup d’encre. Et continue encore. Plus qu’une simple invitation à libérer sa poitrine, le mouvement aspire surtout à dénoncer l’oppression dont les femmes sont victimes. Et, un peu à la manière des Femen, mais de manière plus soft, à désexualiser les poitrines. Un docu-fiction “Free The Nipple“ (sélectionné au Festival de Sundance l’année dernière) a également vu le jour, réalisé par l’actrice Lina Esco.
Le mouvement a trouvé beaucoup d’écho du côté des people, Lena Dunham, Rumer Willis ou encore Miley Cyrus ont notamment donné de leur personne pour soutenir cette cause, tout tétons dehors !

9 /10

L'ouvrage d’Anne-Cécile Mailfert, présidente d’“Osez le féminisme“, sur les débats autour de l'IVG dans l'histoire

L'ouvrage d’Anne-Cécile Mailfert, présidente d’“Osez le féminisme“, sur les débats autour de l'IVG dans l'histoire

Parmi les figures du féminisme qui prennent de plus en plus d’ampleur, on trouve la Parisienne Anne-Cécile Mailfert. Son collectif s’illustre souvent en défendant la cause des femmes, mais elle brille en solo également. La présidente d’Osez le féminisme a publié son premier ouvrage à l’occasion des 40 ans de la loi Veil. Dans son livre, Anne-Cécile revient sur les débats qui se sont déroulés en France autour de ce projet de loi, entre 1971 et 1975. Si l’avortement est un droit acquis aujourd’hui, cela n’a pas toujours été le cas en France. Une bonne occasion de se replonger dans la genèse de ces combats passionnants, menés par des femmes courageuses pour les générations futures.

Ils ne décideront plus pour nous (Editions Les Petits Matins)

10 /10

Herself, le site féministe pour accepter son corps

Herself, le site féministe pour accepter son corps

Actrice pour les films Just For Love et Evidence, Caitlin Stasey s’est lancée dans un nouveau projet totalement différent. En effet, l’actrice de 24 ans a créé Herself, un site féministe dans lequel des femmes de tous les horizons témoignent et posent nues : "Herself est un geste de femmes pour les femmes fait par les femmes. C'est une façon d’accepter son corps sans avoir le fardeau du regard des hommes, sans la crainte d’être jugée par n’importe qui " a-t-elle déclarée. " Je voulais tout d'abord, des femmes différentes, dans l'espoir qu'elles puissent se reconnaître sur mon site, ce qui n'est pas toujours le cas dans les médias " a-t-elle ajouté. Caitlin Stasey révèle avoir créé son site après avoir aperçu que les femmes avaient besoin d’un espace sur lequel elles puissent s’exprimer, chose qu'elles peuvent désormais faire sur Herself au travers des interviews, réalisées par l’actrice elle-même, mais aussi par des séries de photos nues, prises par la photographe Jennifer Toole. (Par Anaëlle Jalef)

Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.