Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Etats-Unis, Cuba : une relation complexe en 5 dates clés

8 janvier 1959 : Fidel Castro au pouvoir 15 avril 1961 : La Baie des Cochons 14 octobre 1962 : La crise des missiles 17 décembre 2014 : "Somos todos Americanos" 5

Aujourd'hui, John Kerry est en visite officielle pour inaugurer l'ouverture de l'ambassade des Etats-Unis à Cuba. Retour sur la relation entre les deux pays dans un conflit économique, diplomatique et surtout politique pendant 50 ans.

LIRE LA SUITE
1 /5

8 janvier 1959 : Fidel Castro au pouvoir

8 janvier 1959 : Fidel Castro au pouvoir

Le révolutionnaire Fidel Castro prend le pouvoir à La Havane à la tête de son Armée Rebelle avec les "barbudos" et met fin à la dictature de Batista. En février, il devient Premier Ministre et impose une nouvelle politique étrangère : se rapprocher des Soviétiques au détriment des liens qu'unissaient Cuba avec les Etats-Unis. Ainsi, Washington décide de rompre ses relations diplomatiques dès 1961. Le lien n'est toutefois pas complètement brisé : l'ambassade de Suisse à la Havane défend les intérêts américains tandis que celle de Tchécoslovaquie défend ceux des Cubains à Washington.

2 /5

15 avril 1961 : La Baie des Cochons

15 avril 1961 : La Baie des Cochons

Voulant récupérer leurs pouvoirs et influences sur Cuba, les Etats-Unis, sous la présidence de John. F Kennedy, montent une tentative d'invasion militaire à Cuba par des exilés cubains. La CIA envoie 8 avions B-26 bombarder les sites des appareils des Forces aériennes révolutionnaires cubaines. C'est un gros échec. 1197 brigadiers ont été fait prisonniers et 114 sont morts.  En février 1962, les Etats-Unis se vengent en appliquant un embargo économique, commercial et financier à l'encontre de Cuba. Le pays se voit donc coupé du monde.

3 /5

14 octobre 1962 : La crise des missiles

14 octobre 1962 : La crise des missiles

Nous sommes en pleine Guerre Froide. Les Etats-Unis et les Soviétiques s'affrontent diplomatiquement. Ce jour-là, un avion espion américain découvre que l'Union Soviétique est en train d'installer des missiles sur des rampes de lancements sur l'île de Cuba. Leur cible ? Les Etats-Unis. Les deux semaines qui suivent seront les plus éprouvantes. La tension est au plus haut niveau, et une Troisième Guerre Mondiale est envisagée. Mais, le 28 octobre, Moscou accepte finalement de retirer ses missiles et Washington s'engage à ne plus agresser Cuba directement. 

4 /5

17 décembre 2014 : "Somos todos Americanos"

17 décembre 2014 : "Somos todos Americanos"

Barack Obama entre une nouvelle fois dans l'Histoire. Le président des Etats-Unis annonce, après 50 ans de conflit entre les deux pays, la reprise des relations diplomatiques entre Cuba et les Etats-Unis. L'idée d'une paix était déjà envisagée depuis plusieurs années. En effet, après la démission de son frère Fidel pour cause d'un état de santé fragile, Raul Castro devient le nouveau président de Cuba en 2008. Très vite, il veut appliquer de nouvelles réformes où les téléphones portables et les ordinateurs sont autorisés, et les hôtels pour touristes sont ouverts aux Cubains. C'est surtout après l'élection de Barack Obama aux Etats-Unis que les choses vont s'accélérer, de plus en plus de politiques réclament un rapprochement entre les deux vieux ennemis. Ainsi, dans ce discours de 2014, le président américain annonce les ouvertures prochaines des ambassades américaines et cubaines dans les deux pays et un assouplissement de l'embargo économique américain.

5 /5

14 août 2015 : ouverture de l'ambassade américaine à Cuba

14 août 2015 : ouverture de l'ambassade américaine à Cuba

Huit mois plus tard, le discours de Barack Obama se concrétise petit à petit. Le secrétaire d'Etat de la Maison Blanche, John Kerry, a officiellement ouvert l'ambassade américaine à Cuba. C'est le premier chef de la diplomatie américaine à entrer sur le territoire cubain. Le drapeau américain flotte maintenant fièrement chez son ancien ennemi. Cette grande avancée ne signe toujours pas la paix parfaite entre les pays, certains points doivent encore être étudiés. Du côté des Américains, John Kerry pointe son doigt sur la protection des droits de l'homme et les dissidences politiques. Fidel Castro, lui, a publié une tribune dans laquelle il rappelle certains sujets pas encore débattus comme les "nombreux millions de dollars" que les Etats-Unis doivent, selon lui, à Cuba. Autre point sensible : afin de supprimer définitivement l'embargo américain contre Cuba, Barack Obama doit convaincre le Congrès de voter la levée de l'embargo. Cependant, les membres du Congrès, dont la majorité est républicaine, ne se sont pas montrés très compatissants envers les Cubains. 

Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.