• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Octobre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Hommage : les femmes qui nous inspirent

Julie Delpy,"loin des clichés" Victoria Beckham, "la plus cool de toutes les snobs" Anne-Sophie Lapix Beyoncé, "la meuf du XXIème siècle" 10

Aujourd'hui 8 mars, c'est la journée internationale des droits des femmes. Pour fêter la féminité, la rédaction dévoile son héroïne fétiche.

LIRE LA SUITE
1 /10

Julie Delpy,"loin des clichés"

Julie Delpy,"loin des clichés"

"Pour moi, Julie Delpy offre dans son cinéma ce que l'on peut trouver de plus juste dans la représentation de la femme. Dans ses films, elle parvient à parler des femmes avec autant de légèreté que de gravité, et avec une justesse que l'on trouve trop rarement dans la représentation des personnages féminins au cinéma. Julie Delpy montre la condition féminine dans toute sa complexité en refusant les clichés et en gardant toujours une liberté de ton totale, ce qui lui permet de traiter des angoisses des femmes sans jamais en faire des victimes. Elle peut donc raconter nos névroses sur autant de registres que l'on a d'humeurs : dramatiquement comme dans Comtesse où elle raconte l'histoire d’Erzsebet Bathory qui sombre dans la folie pour conserver l’amour d’un homme de quinze ans son cadet, ou encore futilement comme dans la comédie Two days in Paris où elle aborde la difficulté d'être en couple. Son boulot, sa vision des choses et son indépendance font d'elle l'une des artistes féminines les plus modernes et talentueuses du cinéma, autant réalisatrice qu'actrice." Nora, journaliste à Glamour.fr

2 /10

Victoria Beckham, "la plus cool de toutes les snobs"

Victoria Beckham, "la plus cool de toutes les snobs"

"Ça fait plusieurs années déjà que Victoria Beckham s’est rachetée une "fashion credibility", ce n’est donc pas nouveau. Mais je continue à rester assez admirative à la fois de son parcours (passer des Spice Girls à une marque de prêt-à-porter qui cartonne et que tout le monde salue, le milieu de la mode et la fille de la rue) et de sa réussite (elle a gagné un British Fashion Awards en 2011, mini consécration professionnelle). Et surtout, au-delà de la réussite de son business qu’elle gère de main de maître(sse), ce que je trouve encore plus cool chez elle est qu’elle est hyper drôle et pleine de second degré. Ce n’est pas forcément visible sur les tapis rouges où on la voit rarement très souriante, plutôt super sérieuse voire carrément snob (on ne l’appelait pas "Posh spice" pour rien), mais si on regarde la première pub pour sa collection de robe, la série de télé-réalité qu’elle a tournée quand elle s’est installée aux Etats-Unis ("Victoria Beckham Coming to America", à voir) ou la photo d’elle récemment postée par son mari sur Facebook, cette vision éclate. Bref, c’est une fille que j’aimerais vraiment bien connaître, et qui m’inspire parce qu’elle prouve qu’on peut jouer avec son image, et être plus forte que ce que le catalogage médiatique impose parfois. Sans parler de son excellent choix en matière de couple, évidemment…" Alicia, journaliste à Glamour.fr

3 /10

Anne-Sophie Lapix

Anne-Sophie Lapix

"J'ai beaucoup d'admiration pour Anne-Sophie Lapix, journaliste à forte tête et au capital glamour élevé. Chaque dimanche, en face de l'invité politique de Dimanche + (sur Canal +), je la trouve bluffante. Elle ne perd jamais son calme, pose des questions pertinentes et n'hésite pas à couper la parole à son interlocuteur pour le titiller avec des questions qui fâchent. Le tout toujours avec le sourire, s'il-vous-plaît. Elle est aussi belle qu'autoritaire en face des politiques les plus tenaces (et souvent les plus machos). Bref, elle rappelle à n'importe quel misogyne qu'une femme peut-être belle, brillante, et avoir plus d'éloquence que la plupart des énarques." Marine, journaliste à Glamour.fr

4 /10

Beyoncé, "la meuf du XXIème siècle"

Beyoncé, "la meuf du XXIème siècle"

"Beyoncé, c'est plus qu'une chanteuse, et plus encore qu'un simple phénomène pop : c'est la revanche de la modernité clinquante sur les vieilles idées. D'abord, avec son groupe de nanas les Destiny's child, elle a chanté haut et fort qu'on doit être des Independant Women, et que les losers qui se prennent pour des chauds parce qu'ils payent l'addition, c'est out. Puis, c'est une femme noire qui est à la tête de l'une plus grande fortune des États-Unis, avec son mec, dont elle égale la notoriété sans complexe. Puis le jour historique où elle a fait dansé les Obama lors de sa cérémonie d'investiture sur le tube At Last, j'ai versé une larme avec elle, j'avoue. Enfin, elle a changé la mode : avant, des maigrelettes qui sortaient péniblement des années 90, Kate Moss en tête, depuis, une ribambelle de filles métissées bien dans leur peau et leur posture (on pense à Rihanna) qui ne rougissent plus de leurs courbes et leurs cuisses charnelles. Bref, Beyoncé me donne vraiment envie de croire que les girls run the world ! " Bethsabée, journaliste à Glamour.fr

5 /10

Elisabeth Badinter, "la femme nécessaire"

Elisabeth Badinter, "la femme nécessaire"

"Vivant dans une société relativement privilégiée et évoluant dans un milieu plutôt moderne et ouvert, je n’ai jamais souffert d’être une femme, ce qui fait de moi une privilégiée consciente de l’être, pas forcément proche des mouvements type Chiennes de gardes ou Osons le féminisme. Pour autant, je me suis sentie assez agressée quand, en congé maternité avec mon bébé, je me suis retrouvée régulièrement arrêtée dans la rue par des femmes pro-allaitement me demandant si mon fils était bien nourri au lait maternel. Oui, j’allaitais, mais je n’ai pas aimé cette pression de la "bonne" mère par opposition à la mauvaise, celle qui n’allaite pas, choix que je comprends par ailleurs très bien. C’est dans cet état d’esprit que je suis allée m’acheter Le conflit, la femme ou la mère d’Elisabeth Badinter, et que j’ai découvert cette philosophe porteuse d’un féminisme proche de Simone de Beauvoir, prônant un antiféminisme républicain et laïque qui n’oppose pas la femme à l’homme. Un combat qui me parle, comme celui du Laboratoire de l’égalité d’ailleurs. Badinter nécessaire ? Je dis oui." Laurence, rédactrice en chef du Glamour.fr

6 /10

Kate Middleton, "princesse malgré tout"

Kate Middleton, "princesse malgré tout"

"J'avoue, j'ai un rapport presque obsessionnel à Kate Middleton. J'ai un brin tendance à scruter chacune de ses tenues tout en sirotant mon thé dans ma tasse estampillée d'une photo de son mariage avec William... Mais au-delà des rumeurs récurrentes sur sa possible grossesse, ses cheveux glossy ou sa dernière robe Alexander McQueen, j'aime bien savoir que cette petite nana de tout juste 30 ans a creusé son trou depuis presque 8 ans dans cette famille royale plus qu'austère et tient bon quand tout le monde y va de son commentaire sur ses origines familiales, le fait qu'elle ne soit pas à la hauteur de Diana ou qu'elle n'en fasse pas grand-chose de sa vie. Kate n'a pas une place facile, mais elle continue à essayer de garder une ligne droite, entre les associations caritatives dans lesquelles elle essaye de gagner une place légitime, et la vie quotidienne. Je reste persuadée qu'elle en a dans le pantalon, la Kate." Anne-Sophie, journaliste à Vogue.fr

7 /10

Grace Jones, "une muse fascinante"

Grace Jones, "une muse fascinante"

"J'ai découvert Grace Jones toute petite, à l'époque où ma grande sœur relisait de vieilles revues comme V ou Playboy, qui était alors à mille lieues du Playboy actuel. On y trouvait des tas de portraits artistiques, d'interviews de photographes, d'articles de mode... Plus tard, j'ai vraiment pris conscience de la capacité que Grace Jones avait eue d'inspirer les artistes que j'aime : Andy Warhol, Jean-Paul Goude, Azzedine Alaïa... Elle n'a pas simplement été un visage (ou une incroyable paire de fesses), elle a aussi permis à toute une génération de découvrir l’art contemporain en le démocratisant. En disant ça, je pense plus particulièrement aux pubs qu'elle a faites, comme avec la super promo de la Citroën CX2. Grace Jones, c'était un peu un décodeur génial venu filtrer l'art contemporain brut pour le rendre un peu plus mainstream. On voulait Grace Jones ! Elle a vraiment permis à des artistes ultra talentueux de s’exprimer à grande échelle. Et puis, au moment où elle a vraiment explosé, c'était aussi une fierté de voir un mannequin très loin de ce qu'on pensait alors des femmes noires. Elle était belle, incontrôlable, différente : une muse empirique et fascinante." Laurianne, stagiaire à Glamour.fr

8 /10

Jane Birkin, "mon éternelle icône"

Jane Birkin, "mon éternelle icône"

"Incarnation même du style bohème-chic, femme-enfant à l'accent chantant et à la silhouette ultra-slim, Jane Birkin est et restera toujours mon éternelle icône. J'aime cet esprit androgyne qu'elle dégage, ce petit truc masculin, assez indéfinissable, qui mine de rien confère toute sa personnalité. La quintessence des sixties." Eugénie, journaliste à Vogue.fr

9 /10

Nan Goldin, "la photographe des rejetés"

Nan Goldin, "la photographe des rejetés"

"Les photographies de Nan Goldin sont comme des caresses, elle effleure la vie et les émotions vives de tous ceux qu’elle approche. Et ce que j'aime par-dessus tout, c'est la façon qu'elle a d'immortaliser les marginaux, les rejetés, les différents : des punks, des travestis, des drogués, des femmes battues... Tout un pan de la société qui, malgré les apparences, mérite largement le coup d'œil." Sarah, directrice des activités digitales des Publications Condé Nast

10 /10

Stella McCartney, "bien plus qu'une fille de"

Stella McCartney, "bien plus qu'une fille de"

"Stella McCartney m'inspire non pour sa famille rock'n'roll, ni ses copines top models, mais pour le fait qu'elle soit devenue bien plus que la fille de Paul et Linda, en créant de vrais fringues pour de vrais femmes, qui vivent leurs vies de maman, de copine, de "career girl" et d'épouse à la fois, tous les jours. Elle a également réussi a imposer sa façon de voir le monde au grand public, à travers ses collections qui sont fabriquées sans aucun produit animal. Une vraie personnalité au sein de la mode !" Kate, chef d'édition à Vogue.fr

 

Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.