• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Octobre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

343 salopes, et elle et elle et elle

Margaret Sanger Simone de Beauvoir Lili Brik Gisèle Halimi 11

Il y a 40 ans, 343 femmes, connues et anonymes, signaient un appel pour la liberté d'avorter, plus connu sous le nom du "Manifeste des 343 salopes". Cette année, d'autres "salopes" reprennent le flambeau, rappelant que l'avortement, s'il est autorisé, reste un parcours de la combattante. Comme on ne pouvait pas non plus laisser passer cet anniversaire, voici donc le portrait de quelques autres salopes de la cause féministe qui méritent une bonne dose d'admiration... et un gros merci.

LIRE LA SUITE
1 /11

Margaret Sanger

Margaret Sanger

Née en 1879 dans une famille à l'atmosphère très proche du Sens de la Vie, elle regarde sa mère subir 18 grossesses et mourir prématurément d'un cancer de l'utérus et s’éveille à l’idée que, peut-être, un autre destin est possible en dehors de la reproduction automatique. Militante acharnée pour l’éducation sexuelle de masse et l'accès de toutes à la contraception et, après un passage par la case prison, elle crée le premier centre de planification familiale américain.

Ce qu'on retiendra d'elle : "Nulle femme ne peut se dire libre tant qu’elle ne possède et ne contrôle pas son corps, tant qu’elle ne décide pas, consciemment, d’être ou de ne pas être mère ".

2 /11

Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir

Philosophe, romancière, essayiste, militante, etc. elle fut l'instigatrice du manifeste historique des 343, la co-fondatrice du mouvement féministe « Choisir » et prouva, dans ses écrits et ses actions, qu'aucune fatalité ne pèse sur le destin des femmes, et surtout pas une qui les obligerait à vivre "à genoux" en victimes de la domination masculine.

Ce qu'on retiendra d'elle : "Ce ne sont pas les individus qui sont responsables de l'échec du mariage : c'est l'institution elle-même qui est originellement pervertie."

3 /11

Lili Brik

Lili Brik

George Sand slave, c'est la muse littéraire et artistique de l'avant-garde russe de la première moitié du XXème siècle. Partisane de toutes les révolutions, politique et sexuelle, elle fréquentait ardemment les maisons closes, pratiquait l'amour libre, détestait la jalousie, et forma pendant longtemps un ménage à trois avec son mari, Ossip Brik, et le poète Vladimir Maïakovski (qui eut aussi une liaison avec sa sœur Elsa, future Triolet).

Ce qu'on retiendra d'elle : "J'ai commencé l'année 1905 en menant une révolution dans la quatrième classe du lycée. On nous forçait à attacher nos tresses, les miennes étaient lourdes, j'avais mal à la tête. Un jour, j'ai convaincu les autres filles de venir à l'école cheveux défaits et c'est ainsi coiffées que nous nous sommes présentées à la prière du matin."

4 /11

Gisèle Halimi

Gisèle Halimi

Avocate, elle milite pour l'indépendance de la Tunisie, son pays natal, et dénonce les tortures de l'armée française lors de la guerre d'Algérie. En 1972, elle défend Marie-Claire, une adolescente de 16 ans qui a eu recours à l'avortement, à l'époque interdit, à la suite d'un viol. La mère de Marie-Claire, Michèle, inculpée elle aussi, s'écriera devant la cour " Mais, monsieur le juge, je ne suis pas coupable ! C'est votre loi qui est coupable ! ". Ce « Procès de Bobigny » contribua largement à la légalisation de l'avortement, quelques années plus tard.

Ce qu'on retiendra d'elle : "Pour briser la clôture où l'enferme l'homme, la femme doit aussi dénoncer l'image d'elle-même qu'il lui renvoie"

5 /11

Delphine Seyrig

Delphine Seyrig

Actrice et réalisatrice, la fée des lilas dans Peau d'Âne de Jacques Demy était aussi, souvent aux côtés de Marguerite Duras, une redoutable militante féministe. En 1976, elle tourne Sois belle et tais-toi  où elle s'entretient avec 23 actrices françaises, américaines et anglaises qui dénoncent le traitement réservé aux femmes dans le milieu du cinéma.

Ce qu'on retiendra d'elle : http://www.dailymotion.com/video/xb14ub_sois-belle-et-tais-toi-extrait-de-d_news

6 /11

Virginie Despentes

Virginie Despentes

Écrivain et réalisatrice (elle donne actuellement les dernières retouches à l'adaptation de son roman Bye Bye Blondie, avec Emmanuelle Béart et Béatrice Dalle au casting), elle cultive un féminisme à la fois très direct et éloigné des formes militantes trop dogmatiques. L'an dernier, elle a ainsi réalisé Mutantes, un documentaire sur le féminisme porno punk mettant en scène de nombreuses figures des mouvements queer et pro-sexe.

Ce qu'on retiendra d'elle : "Je suis furieuse contre une société qui m'a éduquée sans jamais m'apprendre à blesser un homme s'il m'écarte les cuisses de force, alors que cette même société m'a inculqué l'idée que c'était un crime dont je ne devais jamais me remettre."

7 /11

Monique Wittig

Monique Wittig

Écrivain et intellectuelle proche de Marguerite Duras, elle participe à la création du MLF (Mouvement de Libération des Femmes) dont l'acte fondateur sera, le 26 août 1970, le dépôt, sous l'Arc de Triomphe, d'une gerbe de fleurs, accompagnée des mots  "Il y a plus inconnu que le soldat inconnu, sa femme." Théoricienne de la lesbienne radicale", elle défend aussi l'abolition des catégories sexuelles binaires et l'avènement d'un individu androgyne aux désirs libérés.

Ce qu'on retiendra d'elle : "Il n’y a pas de littérature féminine pour moi, ça n’existe pas. En littérature, je ne sépare pas les femmes des hommes. On est écrivain, ou pas. On est dans un espace mental où le sexe n’est pas déterminant. Il faut bien qu’on ait un espace de liberté. Le langage le permet. Il s’agit de construire une idée du neutre qui échapperait au sexuel".

8 /11

Valerie Solanas

Valerie Solanas

Célèbre pour avoir tenté d'assassiner Andy Warhol, Valerie Solanas est aussi l'auteur du SCUM Manifesto, un texte hallucinant et halluciné où elle imagine une révolution qui mettra fin à l'existence des hommes. Elle le reniera à la fin de sa vie, après plusieurs passages en prison et en hôpital psychiatrique.

Ce qu'on retiendra d'elle : "Vivre dans cette société, c'est au mieux y mourir d'ennui. Rien dans cette société ne concerne les femmes. Alors, à toutes celles qui ont un brin de civisme, le sens des responsabilités et celui de la rigolade, il ne reste qu'à renverser le gouvernement, en finir avec l'argent, instaurer l'automation à tous les niveaux et supprimer le sexe masculin."

9 /11

Angela Davis

Angela Davis

Universitaire, Angela Davis a toujours associé féminisme, droits de l'homme pacifisme et lutte contre le racisme. Proche des Black Panthers, elle est accusée à tort en 1970 d'avoir participé à une prise d'otages meurtrière qui visait à libérer un militant des droits civiques emprisonné à vie pour un vol de 70$. Condamnée à mort, cette injustice soulève un tollé international (à Paris, 100 000 personnes manifestent, avec Aragon et Sartre en tête de cortège), et elle sera libérée et acquittée en 1972. Aujourd'hui, elle lutte toujours pour les droits des femmes, contre la peine de mort et le système carcéral.

Ce qu'on retiendra d'elle : "Pour comprendre comment n'importe quelle société fonctionne, vous devez comprendre comment fonctionnent les relations entre les hommes et les femmes".

10 /11

Simone Veil

Simone Veil

Ministre de la santé en 1974, elle propose, bravant les menaces et les attaques, une loi visant à dépénaliser l'avortement qui, pratiqué de façon clandestine, tuait à l'époque environ 300 femmes par an. Après des débats houleux, devant une assemblée presque exclusivement masculine, le texte entre finalement en vigueur le 17 janvier 1975.

Ce qu'on retiendra d'elle : http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/CAF88025197/le-senat-et-l-avortement-mme-simone-veil-parle-a-la-tribune.fr.html

11 /11

Grisélidis Réal

Grisélidis Réal

Prostituée et écrivain, Grisélidis Réal mène en 1975 la Révolution des prostituées et occupe, à Paris, avec 500 autres femmes prostituées, la Chapelle Saint-Bernard pour réclamer la reconnaissance de leurs droits. Refusant l'idée selon laquelle une femme ne se prostitue jamais librement, elle est l'inspiratrice du féminisme pute, défendu aujourd'hui, entre autres, par le STRASS.


Ce qu'on retiendra d'elle : "Oui j'ai eu quatre enfants, par hasard car à l'époque la pilule n'existait pas, et j'ai été onze fois enceinte, et toutes les larmes du monde ne ressusciteront pas ces pauvres embryons innocents massacrés à coup d'avortements et de fausses couches plus ou moins officiels et sanglants, le dernier en prison. Qu'on me pardonne: la planète est déjà surpeuplée, 40 000 enfants meurent chaque jour de faim ou de mauvais traitements, sauvez-les donc au nom de Dieu!! Ce Dieu auquel je ne crois plus, il y a trop d'horreurs, de guerres, de tueries... Moi qui ai 70 ans, qui vais donc bientôt crever d'avoir trop crever, et trop vécu sans doute... Trente ans de prostitution, ça marque, ça use le corps et l'âme et vous donne pourtant un immense amour de la vie, et du respect humain des souffrances de l'Autre, de sa solitude, de son désespoir d'être privé de femme et de tendresse, de ses propres échecs qui rejoignent les vôtres, et si l'Au-delà existe, je souhaite y danser sur des musiques tziganes, boire des alcools merveilleux, et retrouver mes hommes, ceux que j'ai aimés, ceux que j'ai haïs, aidés, soulagés, espérés, attendus, refusés, réconfortés et portés par dessus tous les préjugés, les tabous, les hypocrisies de cette morale malade et inhumaine dont je n'ai pas crevé, je m'en suis simplement évadée vers plus de liberté au péril de ma vie. AMEN "

Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.