• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Octobre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Témoignages : ma pire gaffe au boulot

travail temoignages femmes

Un mail transféré par erreur, un moment d'inattention qui coûte cher, une folie passagère... Nous avons toutes vécu une expérience embarrassante au boulot. Six filles nous racontent leurs pires hontes.

Clémence, 26 ans : "Mon pot de départ bien gênant"

“Il y a deux ans, j'ai enfin réussi à obtenir un congé sabbatique. J'étais bien décidée à réaliser mon rêve : faire le tour de l'Asie. Mes collègues avaient préparé un super pot de départ. Tout le monde était là, même le big boss. Costard-cravate, tout sourire, il s'est dirigé vers moi et m'a tendu la main. Sauf qu'au lieu de la serrer... j'ai fait une révérence ! Oui, une courbette comme si on était au 18ème siècle. Tous les regards se sont tournés vers moi. Alors que j’avais le cœur serré à l’idée de quitter la boîte, j'étais bien contente de partir à l'autre bout du monde !“

Sophie, 28 ans : ''Un mail parti trop vite''

“Vendredi, 9h30. J'arrive au bureau et découvre un mail de ma chef. Elle nous convie à une réunion improvisée lundi matin. Et qui doit se charger de la présentation du projet ? Moi, évidemment ! Je comprends que mes plans du week-end tombent à l'eau. Furieuse, je fais suivre le message à une collègue, agrémenté d’un cri de détresse : 'JE HAIS CE JOB !'. Le hic ? Au lieu de le transférer, j'ai appuyé sur 'répondre à tous'. Je n’ai jamais eu de commentaires de la part de ma boss… Mais sur l'échelle de la honte, cet incident dépasse largement la fois où j'ai conclu un mail par ’à très bite !'".

Assia, 25 ans, ''Un verre de trop''

“Chaque vendredi avant les vacances de Noël, la tradition veut qu'on organise un apéro dans l'open-space. L'année dernière, les festivités se sont prolongées plus tard que prévu. A 22h, on était encore un petit groupe à partager des coupes de champagne. Tout le monde était sacrément éméché. Mon N+2 s'est mis à me faire du rentre-dedans. Depuis un moment, on se tournait autour sans oser aller plus loin. Je me souviens seulement d'une chose : on a fini par s'embrasser dans son bureau. L'idée était séduisante sur le moment. Le lendemain, quand la nouvelle a circulé, un peu moins..."

Emilie, 26 ans, ''Mon erreur de jeunesse''

“Mon diplôme en poche, je travaille comme hôtesse pour arrondir mes fins de mois. Dans mon horrible tailleur mauve, je gère l'accueil et m'improvise aussi secrétaire. Un matin, le directeur m'appelle pour que je commande un taxi. Un de ses clients doit prendre un vol pour San Francisco. Au retour du déjeuner, mon supérieur m'attend, furieux. J'ai envoyé le chauffeur à l'aéroport d'Orly au lieu de Charles-de-Gaulle... Résultat, son client est coincé à Paris pour les prochaines 24 heures : tous les vols sont complets, l'effet combiné des grèves et des vacances d'été. Et moi je suis coincée avec mon patron rancunier, qui manifestement ne me pardonnera jamais.“

Nadia, 30 ans, ''Mon fail beauté''

“Au quotidien, je suis une adepte du ‘no make-up’. Mais ce jour-là, j'ai rendez-vous avec un potentiel investisseur pour mon e-shop. Après une heure d'essayage, me voilà transformée en parfaite businesswoman. Dans le métro, je claque des talons, m'admire dans le reflet de la vitre. Puis, d'un coup, mes yeux commencent à me démanger. Je frotte, je frotte... Jusqu'à ce que je me rappelle avoir mis du mascara. Une demi-heure plus tard, je me retrouve devant mon ‘business angel’. J'ai beau être convaincante, je ressemble à Courtney Love, en plein bad trip.“

Aude, 32 ans, ''Prise en flagrant délit de mensonges''

“C'est le premier jour des soldes. J'ai prévu le coup en faisant des repérages. Pour une fois, pas question de rater les bonnes affaires ! Alors j'appelle ma chef et, avec ma plus belle voix enrouée, je prétends être malade. Puis, direction le quartier des Grands Magasins pour une virée shopping. Un manteau et une paire de chaussures plus tard, me voilà en caisse. Alors que je dégaine ma carte bleue, je sens un regard sur moi. À quelques mètres, une collègue me fixe. J’essaie de lui faire mon plus beau sourire, pour acheter sa discrétion. Mais bien sûr, ça n'a pas suffit...“

LIRE LA SUITE
Norine Raja
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.