Actuellement en kiosque !

GL cover mag Novembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Retour sur l'histoire d'Amina, première Femen de Tunisie

amina

Début mars 2013, la jeune Amina, 19 ans, postait des photos d'elle seins nus, portant à même le corps des slogans comme "Mon corps m'appartient et n'est source d'honneur pour personne". Depuis, sa liberté semble sous condition.

Mise à jour du 5.08.2013 :

Jeudi 1er août, la justice tunisienne a ordonné la libération d'Amina Sbouï - aussi connue sous le nom d'Amina Tyler. La jeune femme venait de passer deux mois en prison pour profanation, après avoir taggé le mot FEMEN sur le mur du cimetière de Kairouan, en signe de protestation contre une manifestation salafiste.

"C'est un soulagement, cela prouve qu'une partie de la justice tunisienne au moins est indépendante", a réagit Me Ghazi Mrabet, l'un des avocats de la jeune militante.

De son côté, la mère d'Amina a déclaré à l'AFP : "Je suis heureuse, je vais enfin tenir ma fille dans mes bras, la justice a montré qu'elle était indépendante". Une réaction surprenante, lorsque l'on se souvient que la jeune fille avait accusé ses parents de l'avoir séquestrée après la publication de ses photos dénudées.

Dans une conversation Skype qu'elle a eu peu de temps après sa libération avec Inna Schevchenko (la leader des FEMEN), Amina s'avouait cependant prudente, expliquant n'avoir "aucune confiance en le gouvernement tunisien".

Découvrez ci-dessous la vidéo de la conversation Skype entre Amina et Inna Schevchenko :

Ci-dessous, l'histoire d'Amina, première FEMEN tunisienne :

Qui est Amina Tyler ?
Amina Tyler, jeune lycéenne de 19 ans, n'avait pas froid aux yeux lorsqu'elle a crée une "Femen Tunisian fanpage" le 1er mars, puis envoyé au Femen des photos d'elle seins nus, à l'image des féministes sextrémistes, qui ont d'ailleurs relayé les photos sur leurs réseaux. Portant à même le corps des inscriptions peintes sans équivoque, "Fuck your morals", et en arabe "Mon corps m'appartient et n'est source d'honneur pour personne", Amina a généré un véritable scandale en Tunisie, s'exposant notamment à des poursuites pour "atteinte aux bonnes mœurs", délit passible de six mois de prison dans le pays.



La polémique en Tunisie
Amina a rapidement été la cible de virulentes critiques, de nombreux appels à flagellation et de menaces de mort, recevant peu de soutien même de sa famille la plus proche. Ainsi, une femme qui se présente en français comme la tante d'Amina a posté une vidéo dénonçant sans équivoque l'acte "honteux" d'Amina, sa nudité et son rapprochement du Femen. Dans la longue vidéo, elle insiste sur le fait qu'ils sont "éduqués" mais "conservateurs" et elle raconte le désespoir du père d'Amina, "diminué dans son orgueil d'homme"; la tante n'hésite pas ensuite à traiter sa nièce de "déséquilibrée " mentale et de "psychopathe".

La riposte religieuse non plus ne s'est pas faite attendre : mercredi 20 mars, le pirate islamiste el-3angour a pris quelques jours le contrôle de Femen Tunisia :"Grâce à Dieu nous avons piraté cette page immorale et le meilleur est à venir", a-t-il écrit, remplaçant l'iconographie Femen par des images religieuses, tandis que le portrait d'un homme barbu remplaçait la photo de profil.

femen tunisia

Sur Facebook, les opinions contre l'action d'Amina ou au contraire en soutien à son acte dit courageux se sont affrontées par "groupes" ; contre la page Femen Tunisia (13 000 fans), une réponse au premier degré : No Femen- Tunisian i’m just muslim (860 fans). Si la page facebook Femen Tunisia n'est plus sous le contrôle du hacker, aujourd'hui le site du Femen s'est fait pirater. En pleine page, un message noir sur fond rouge est clairement menaçant : "Sales truies ! Personne ne vous baise, même pas vos mecs ! Venez en Tunisie ! On vous coupera les seins et on les donnera à manger à nos chiens ! Mourez, bande de putes d’Israël !"

 

Pour sa part, la Femen Inna Shevchenko, très impliquée et inquiète pour Amina depuis le début de l'histoire, a écrit sur le site du Huffington Post : "Le cas d'Amina est la voix du printemps arabe qui s'est métamorphosé en hiver de la charria. Ce Printemps arabe peut revenir. Amina représente ceux qui vont briser les traditions moyenâgeuses à l'encontre de l'humain mais toujours pratiquées aujourd'hui. Il est plus facile pour eux de tuer des femmes que de reconnaître qu'elles ont des droits."

Sans nouvelles d'Amina
En attendant, la jeune fille était introuvable depuis le scandale ; on la disait chez des amis, puis chez sa famille. Inna Shevchenko s'inquiétait publiquement : "Son téléphone est éteint depuis trois jours, son compte Facebook est inactif, de même que son compte Skype. On a reçu des messages comme quoi elle est avec sa famille, qu’elle va bien, mais on ne connaît pas ces gens qui nous les ont envoyés". Pourtant, l'avocate d'Amina, Me Bochra Belhaj Hmida, a clarifié la situation ce mardi 26 mars : "Je lui ai parlé hier, Amina m'a dit qu'elle allait bien et qu'elle allait reprendre l'école bientôt. Elle n'a pas disparu, elle n'a pas été internée dans un hôpital", a-t-elle donc déclaré à l'AFP, dissipant les rumeurs d'un supposé internement. Et d’ajouter : "Amina m'a appelée pour me demander de la représenter. J'ai accepté et je lui ai dit de me prévenir si elle reçoit une convocation de la Justice. Pour le moment, il n'y a rien eu." Pourtant, ni les Femen, ni par exemple la journaliste Caroline Fourest ne se disaient rassurées.

"J'ai retrouvé Amina"
Rebondissement hier : la journaliste de Marianne, Martine Gozlan, est parvenue à localiser la jeune fille "quelque part dans le pays profond" et à s'entretenir avec elle, sous l'oeil vigilant de sa mère. La journaliste raconte : "Aujourd’hui, la jeune fille n’est pas libre de ses mouvements et de ses contacts, bien que majeure. La famille plaide sa "fragilité psychologique" pour la couper du monde. On lui donne beaucoup de médicaments. Des antidépresseurs à haute dose." Apparemment même son avocate serait de mèche, tandis que les associations féministes de Tunisie restent très réservées sur le cas d'Amina, prétextant que le Femen n'est pas une solution féministe adaptée à la Tunisie. Lasse et traitée comme une enfant, Amina a fini par déclarer à Gozlan : "Non, je ne peux pas communiquer avec l’extérieur. Ma famille m’accepte, moi, mais pas mon acte. Je suis fatiguée, on me donne des antidépresseurs. Je veux dire aux Femen bon courage. Restez toujours les plus fortes féministes du monde. Pour moi, la réaction de la société n’est pas encourageante. Je veux reprendre mes études, je ne me sens pas libre. Je souhaite pouvoir retéléphoner librement à mes amis. Me connecter à Internet. Retourner au lycée." Sa famille rétorque qu'elle pourra téléphoner et avoir internet dans un mois, ou deux...

"Free Amina", un soutien mondial
Mais pour les Femen et d'autres féministes de tous bords, le combat continue pour celle désormais surnommée "la guerrière tunisienne aux seins nus". Si au départ, des photos d'hommes et de femmes ont éclos partout sur la toile en signe de soutien à Amina, depuis, une pétition exigeant de protéger Amina et sa liberté d'expression a été lancée par l'opposante iranienne Maryam Namazie, signée par la cinéaste franco-tunisienne Nadia El Fani ou encore la blogueuse égyptienne Aliaa El Mahdy et le blogueur égyptien Kareem Amer. Car si la jeune fille est finalement localisée, rien ne garantit sa sécurité ou plus largement, sa liberté. La pétition a dépassé les 100 000 signatures. Un blog FreeAmina a également été lancé et une journée de mobilisation internationale a été décrétée : la journée internationale du Jihad Topless, le jeudi 4 avril prochain.



Nacer de Tunisie


Nadia El Fani, la réalisatrice de Laïcité, Inch’Allah !


Marta et Rodriguez du Portugal


Lubna Azabal, actrice belge d'origine espagnole et marocaine

--> Pour envoyer vos photos : joinfemenfrance@gmail.com
--> Suivez l'actualité du mouvement sur http://www.facebook.com/francefemen
--> Pour signer la pétition, cliquez ici

LIRE LA SUITE
Bethsabée Krivoshey
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.