Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Portrait : les 3 fées de Bengale

Les trois fées de Bengale

Lancer une marque éthique et abordable : beaucoup en parle mais elles l'ont vraiment, avec leur marque "Les Fées de Bengale". Portait de 3 entrepreneuses qui ont la foi... et l’énergie.

Jeunes, sexy, elles sont les nouveaux porte-flambeaux d’une mode " équitable ". Habillées en Fées de Bengale de pied en cap, les demoiselles sont les meilleures ambassadrices de leur marque.  Trente ans de moyenne d’âge à elles trois, Elodie Le Derf et Camille et Sophie Dupuy  concèdent une " certaine naïveté ". : " C’est ce qui nous a sauvé. Car si nous avions dû écouter ce que disait notre entourage, nous n’aurions rien entrepris. On nous avait bien mis en garde contre les difficultés du métier ". Ca n’a pas été facile il est vrai. Mais le jeu en valait la chandelle. Elles sortent aujourd’hui la tête de l’eau, cinq ans après leur début dans ce business.

C’est Sophie qui, en mai 2006, en a eu l’idée après deux mois  en Inde. Elle constate sur place les conditions de travail déplorables, l’extrême pauvreté. De retour à Paris, l’aînée du groupe fait part de son envie à ses deux acolytes - dont sa sœur, Camille, la seule brune de la bande - de créer une ligne de vêtements, qui feraient travailler les locaux. Dans la foulée, Sophie décroche au culot un rendez-vous aux Galeries Lafayette. Pas l’ombre d’une collection n’est encore ébauchée mais elles ont, avec elles, la fougue, l’innocence et quelques croquis de tee-shirt sérigraphiés sous le bras. Le grand magasin Haussmann leur prêtre un corner pour trois semaines. C’est le début d’une belle aventure.
Les trois filles font leur valise, direction l’Inde – d’où le choix de " Fées de Bengale ", un joli nom. Avec 6000 euros en poche et la ferme intention d’aller vite, sans perdre de vue l’objectif initial : " fabriquer avec les matières les moins polluantes, naturelles ou issues de l’agriculture biologique, et les usines ayant les normes écologiques les plus poussées (voire un programme de réinsertion) ". Elles choisissent une coopérative des bidonvilles de Bombay, spécialisée notamment dans la soie, qui rémunère décemment ses employés.

Découvrez ici la collection Les Fées de Bengales, disponible en boutique.

Elles ont les mêmes sources d’inspiration (Christian Lacroix, Kenzo, Chloé, Vanessa Bruno…). Leurs parcours sont complémentaires. A Sophie, qui a fait une école de commerce, revient la direction générale adjointe, à Camille et Elodie, qui ont fait leur classe à l’institut supérieur des arts appliqués de Paris, la partie graphisme et accessoires pour l’une et stylisme pour l’autre.
Dans la pratique, tout le monde met la main à la pâte, sans compter ses heures et sans se payer trois ans durant. En mai 2009, Vivarte, une holding qui chapeaute 24 enseignes (Kookaï, André, Minelli…), les rachète, séduite par leur positionnement résolument " féminin et bio ". Ce qui il y a peu, aurait pu paraître antinomique ! La mode qu’elles proposent est  à leur image : " fraîche ", branchée, soucieuse de développement durable. Le groupe les prend sous son aile, leur prête un studio/showroom de 80 m2 à Aubervilliers où elles nous reçoivent avant un prochain déménagement dans le centre de Paris. Le charmant trio a les mains libres pour déployer tout son talent.
Avec plus de 200 modèles par saison, on est loin de la petite entreprise des débuts.  " Notre style n’est pas encore totalement abouti, ça met du temps à mûrir " tempère avec modestie Elodie, qui réalise les dessins. " Cette pièce m’a faite souffrir, je n’ai pas envie de la porter tout de suite ", ajoute-t-elle en la montrant du doigt.
La collection printemps-été est placée sous le signe de " l’acidulé, coquillages et crustacés, un peu années 60 ", nous dit-on.  Sur les portants, se trouvent les très prometteuses pièces de la collection à venir dont certaines, " annulées ", ne verront jamais le jour en boutique. Une adorable robe noire avec plumes d’autruche, des spartiates ultra stylées, de craquants tops en soie, des sacs style cartables en toile… L’offre est large et de bon goût. " Elle est destinée à tous les âges et à toutes les bourses ", s’exclame Sophie avec enthousiasme. 

Dans les faits, tout le monde ne peut s’offrir une tenue Fées de Bengale. Avec des prix allant de 50 (des tee-shirts) à 600 euros (les grosses pièces comme des manteaux), les modèles sans être hors de prix ne sont pas accessibles à toutes, loin de là. Il faut compter en moyenne 250 euros pour une robe. Large ou près du corps, bariolées ou unies… les modèles ne manquent pas, tant dans la collection hiver qu’été d’ailleurs. C’est à la fois ce qui se vend le mieux et ce que les trois filles portent le plus pour aller au boulot comme pour sortir.Elle est leur signature, leur valeur ajoutée : la dimension " éthique " reste au cœur de leur démarche.
Sans être, pour autant, dans leur vie quotidienne des obsédées du bio. " On n’est pas moralisatrices, il faut que le produit plaise avant tout ", souligne Sophie. Seules les étiquettes  viennent rappeler l’ADN de la jeune marque. Car quand on entre dans un des magasins de l’enseigne, la fibre " commerce équitable " n’est  pas mise en avant.  Rien ne l’indique, si ce n’est la " carte d’identité " (matière, provenance, conditions de fabrication, conseil d’entretien) des vêtements eux-mêmes. Les gammes s’étoffent de saison en saison, la société prend son envol bien au-delà des espérances. Ils sont moins de dix employés aujourd’hui. Demain, ils seront une petite vingtaine à s’investir dans son développement.  Pas de doute, des fées se sont penchées, petites, sur leur berceau.

Découvrez ici la collection Les Fées de Bengales, disponible en boutique.

LIRE LA SUITE
Audrey Khalifa
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.