Actuellement en kiosque !

GL cover mag Décembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Mort de Charles Manson : pourquoi les médias s’emballent ?

La disparition du mec le plus tordu des 60s aurait dû ne faire qu’un encart dans la page des faits-divers. A la place, elle a fait la une de tous les journaux et les gros titres des infos télévisées. Pourquoi tant d’honneurs ?

On ne parle jamais autant de quelqu’un que le jour de sa mort. Danièle Darrieux, Mireille Darc, Jeanne Moreau ou Jean Rochefort, pour ne citer que les derniers disparus célèbres, n’en savent plus quelque chose. Le 20 novembre 2017, un homme les a tous supplantés en terme de notoriété : Charles Manson, commanditaire de crimes perpétrés sur sept personnes, dont l’actrice Sharon Tate, femme de Roman Polanski, en 1969. Un fait-divers qui, dit-on, a donné un coup d’arrêt à l’hédonisme des 60s. « EVIL DEAD, Satan, garde lui une place à côté de toi. » a titré le New York Post. « Brûle en Enfer ! » a préféré le Daily News. L’acteur Corey Feldman a twitté : « Ding dong, le sorcier est mort » et le blogueur Perez Hilton y est allé de son « Enfin une bonne nouvelle ! »

Journaux ou célébrités ont rivalisé de créativité, et pourquoi pas d’humour, pour commenter la disparition d’un homme qui avait un tel sens de l’autopromotion qu’il s’était gravé une croix gammée sur le front au moment de son procès pour marquer les esprits et susciter la terreur. "Il représentait une sorte de figure mythique, celle du mal absolu, nous a confié au téléphone l’écrivain Simon Liberati qui a décrit les dernières heures de Sharon Tate dans le très bon livre California Girls. C’était le Hitler de la pop. Un garçon qui a eu une vie épouvantable, et dont le personnage médiatique a été construit par la justice américaine. Lui-même a toujours dit pour se défendre qu’il était le fruit pourri de l’Amérique, son miroir déformant."

Pendant ses quarante années de prison, Charles Manson a reçu des tas de lettres d’admiratrices dont l’une, Aftan Burton, aurait pu devenir sa femme si la justice américaine n’avait opposé son veto. Le chanteur Marilyn Manson lui a emprunté son nom. Neil Young a raconté sa cavale dans la chanson On the Beach. La série Aquarius en a fait son personnage principal et la série Mindhunter, actuellement sur Netflix, évoque son nom à plusieurs reprises. Devant la liste interminable des artistes et œuvres qu’il a influencés, on pense à cette chanson du groupe Les Innocents en 1992 "On se souviendra de ceux qui commettent un crime, de tous ces chasseurs de prime, et d’oublier la vie d’un homme extraordinaire."

California Girls, de Simon Liberati, Grasset, 342 pages, 20 euros.


LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.