Actuellement en kiosque !

GL cover mag Novembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Les petits bijoux provoc' d'Alice Hubert

Alice Hubert

Alice Hubert pare nos poitrines de bijoux en bouches pulpeuses et gambettes sexy. Rencontre avec une créatrice qui a de la malice dans les idées et des bijoux au ras du cou.

Made in paris
Vu de l'extérieur, rien ne  transparait : pourtant, c'est derrière deux vitres qui donnent sur rue, à Goncourt, qu'Alice Hubert, 33 ans, cache dans son appartement-atelier toutes sortes de babioles et merveilles dans ses tiroirs. Parisienne pure souche, c'est en sortant de l'école Boule qu'elle commence à créer des bijoux. "J'ai fait une formation de ciselure. Je suis ciseleuse." Ainsi, Alice travaille principalement le métal, depuis environ 10 ans. Mais c'est surtout de bouche à oreille et par hasard qu'elle a progressivement rencontré le succès. Par exemple, elle a à peine choisi le nom de sa marque :" Lors de ma première commande, j'étais chez Frank & Fils, et on m'a demandé comment s'appelait ma marque. Je ne voulais pas utiliser mon propre nom, mais j'avais pas encore décidé quoi, alors j'ai bredouillé mon no et prénom, et c'est resté : Alice Hubert. Bêtement et simplement." Dix ans après, c'est à côté de son chat qu'elle fait ses collections, sur une playlist Youtube avec Cassius ou des clips bollywoodiens. Si au début elle faisait tout elle-même, désormais la créatrice sous-traite pour certaines pièces. Mais, précise-t-elle,  c'est elle qui monte le bijou, y apportant sa touche "fait-main" finale. C'est comme ça que cette petite entreprise, faute de rapidité parfois, se donne de grands airs : dans certaines boutiques, il faut s'inscrire sur une longue file d'attente avant de recevoir son collier fétiche. "Les filles patientent avant de recevoir leur bijou. Même si c'est pas fait exprès, ça entretient une bonne image de la marque !", nous avoue-t-elle.

Une histoire de filles
Les créations d'Alice Hubert, c'est avant tout aussi une histoire de copines : dès le départ, ses premières collections se sont vendues lors de ses ventes privées (chez elle) grâce à la copine qui l'achetait pour une copine, qui l'achetait elle aussi pour une copine... Au final, elles avaient toutes craqué pour le même collier, et aujourd'hui encore l'histoire se réitère, mais à plus grande échelle. Ainsi, lorsque Romane Bohringer, après avoir acheter le collier "la fumeuse" chez Joy, le porte chez Ruquier et sur Canal Plus, c'est le buzz médiatique mais aussi une nouvelle histoire de copine, puisqu'elle finit par en offrir un à son amie Miawenn Le Besco, qui l'a ensuite offert à Karine Viar (qui l'a porté dans sa pièce) qui l'a ensuite offert à Marilou Berry. "Après ça, mes bijoux ont été très relayés, sur des blogs ou autres". Même Mélanie Laurent a porté l'une de ses création au Grand Journal... En bref, c'est la ronde aux bijoux, on les porte avec ou sans la clope, et avec ou sans gros mots. Car depuis cinq ans déjà, Alice Hubert continue ses classiques : elle n'arrête pas ses collections, "Nu look" en bronze émaillé et Les Injurieuses, mais les fait évoluer, passant de 3 modèles par collection à 10 modèles environ. Si les créations gardent la même base et évoluent, le thème, lui, reste le même : l'érotisme, le féminin, la coquetterie dans ce qu'elle a de plus coquine.

Catin and co
Et ses inspirations sont diverses, mais toujours orientées vers son expérience personnelle et les rencontres de sa vie. "Je puise surtout dans mes couples, mes histoires d'amour... Ma collection "Les Injurieuses", c'était juste après une histoire qui avait duré 10 ans. Du coup, j'avais pas mal envie d'insulter la terre entière, et de m'affirmer en tant que femme... Et voilà le résultat." Sulfureuse, raclure, braisarde, emmerdeuse..." Oui, Alice se sentait tout ça à  la fois, et l'a gravé bien profond, avec comme bible un bon dico d'argot. Ainsi, sa dernière collection mêle l'univers hip-hop (influencé par son ex, le graphiste Richard Mvogo, qui a dessiné pour elle la bouche rose qui se mord) et les "bijoux de sentiments" du XIXème siècle, sur lesquels on inscrivait secrètement des mots d'amour. Sa dernière collection, inspirée aussi des Injurieuses, réadapte librement ses fétiches avec des lettres bling-bling des colliers hip-hop : " Mes bijoux sont une communication entre les personnes. Pour lire ce qu'il y a écrit, il faut s'approcher du décolleté, viser la poitrine. Comme le faisait déjà la collection des Injurieuses... Je veux que les gens se rapprochent, une promiscuité sensuelle, un désir de voir et de découvrir. Tout est dans le regard, finalement." De l'érotisme, une attitude franchement sexy , mais ludique,  en interaction avec ce qui nous entoure, c'est pour des femmes sensuelles et affirmées qu'elle aime créer. Dernièrement, elle a travaillé avec les Mesdemoiselles, deux illustratrices amies, Aurélie et Claire, qui ont fait le dessin pour deux bijoux, aux allures encore plus acides et pop, avec le collier "gambettes".

Comblée par ses créations qui continuent à s'écouler comme des petits pains, Alice n'en perd néanmoins pas le nord : elle continue de produire ses bijoux devenus désormais des classiques et d'organiser environ une fois par saison une vente privée à petits prix, directement dans son atelier (elle donne les news via son facebook), avec quelques pièces exclusives en prime. Son but désormais ? Ne faire plus que de la création, qui malgré tout ne représente pour l'instant qu'une infime partie de son travail : "J'aimerais plus ne faire que ça, dessiner des bijoux, et arrêter un peu de mettre la main à la pâte. Enfin, mon rêve absolu, ce que je voulais faire à la base, c'est interpréter l'univers de quelqu'un, créer des collections de bijoux avec comme contrainte l'univers d'un autre... La somme de contrainte et de créativité réunies quand on travaille pour un  client, pour son image, c'est pour moi ce qu'il y a de plus drôle." A bon entendeur...

Les bijoux d'Alice Hubert coûtent entre 50€ et 200€.

Voir le diapo : l'atelier d'Alice Hubert et ses créations.

LIRE LA SUITE
Bethsabée Krivoshey

Dans cet article :

Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.