Actuellement en kiosque !

GL cover mag Novembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Job : 4 bonnes raisons d’encourager l’entraide entre femmes

Job : 4 bonnes raisons d’encourager l’entraide entre femmes

“Il y a une place réservée en enfer pour les femmes qui n'aident pas leurs consœurs“, disait l'ex-secrétaire d'Etat américaine Madeleine Albright. La solidarité féminine est une arme contre les inégalités, et bien plus encore. La preuve par quatre.

Eviter les rivalités

La femme est-elle un loup pour la femme ? À en croire certaines études, la rivalité au travail est loin d'être un mythe. “C'est un sujet tabou, mais qui relève d'une réalité. De nombreuses femmes que j'ai accompagnées s'en sont plaintes“, explique Gisèle Szczyglak. Selon l'executive coach et fondatrice du cabinet franco-britannique WLC Partners, il s'agit tout simplement d'une stratégie de survie : “Les femmes sont arrivées tard dans cette ère post-industrielle. Elles ont donc intégré des organisations dont elles ne sont pas les architectes. Des organisations faites par les hommes pour les hommes. Les pionnières ont dû s'adapter et surjouer les codes masculins.“

Les femmes étant encore minoritaires dans les hautes sphères, ces comportements ont tendance à persister. Mais cette misogynie intégrée, due à une soumission inconsciente aux diktats, peut exister à tous les niveaux hiérarchiques. Le reconnaître est la première étape vers le changement... et des relations plus apaisées.

Devenir des partenaires

S'allier à ses concurrents pour être plus performants : voilà le principe de la coopétition (contraction de coopération et compétition) plébiscitée par certaines entreprises. Contrairement aux idées reçues, cette stratégie de collaboration peut également, au niveau individuel, booster une carrière. Transmettre les informations, valoriser le travail des autres, donner un coup de main...

Se montrer solidaire est l'assurance de gagner le respect de ses pairs et de nouer des relations déterminantes pour le futur. “La collaboration permet de mieux supporter la compétition inhérente à tous milieux professionnels. Ces relations sont aussi basées sur du donnant-donnant. Ceux qui ne communiquent pas s'excluent tout seul du système“, poursuit Gisèle Szczyglak.
Quand vous éprouvez une pointe d'envie face aux succès d'une collègue, rappelez-vous qu'elle vous profite aussi. “Plus il y aura de femmes au sommet, moins elles subiront de pression pour se conformer aux normes masculines et plus elles agiront en faveur de leurs consœurs“, soulignait Sheryl Sandberg, directrice des opérations de Facebook, dans son livre En avant toutes.

Gagner en confiance grâce aux réseaux féminins

Véritables accélérateurs de carrières, les réseaux féminins sont de plus en plus courus ces dernières années. Rien d'étonnant, ces lieux d'échanges et d'influence permettent aux femmes de faire du networking, d'améliorer leur visibilité, de trouver un mentor, voire même d'agir pour plus de parité. “Ce sont des espaces où elles peuvent discuter des problématiques qui incombent encore aux femmes, comme l'équilibre des temps de vie, ou les discriminations“, explique Gisèle Szczyglak.
Mieux conseillées, davantage armées, les working girls sortent de leur isolement professionnel, gagnent en confiance et apprennent à se sentir plus légitimes.

Apprendre à mieux communiquer

Un des principaux obstacles à la collaboration féminine reste les conflits qui enveniment les relations au travail. “Les hommes sont capables de se disputer en réunion, puis d'aller boire un verre. Les femmes prennent les choses beaucoup plus personnellement“, selon Gisèle Szczyglak. “Elles sont plus habituées à analyser les relations en termes d’affects. Cela ne vient pas de leur nature, mais de leur éducation. Elles ont appris à être attentives à la qualité des relations, à regarder le monde à travers le prisme psychologique. Alors, quand elles sont au travail, elles vivent les choses de manière beaucoup trop passionnelles“, confirme également Annik Houel, professeure de psychologie sociale à Lyon et auteure de Rivalités féminines au travail, au journal suisse Le Temps.
Une seule solution pour résoudre ces différends : aborder les sujets qui fâchent ou échanger pour trouver un terrain d'entente. Mettez aussi un point d'honneur à ne pas colporter des commérages et à rester en dehors des conflits entre vos collègues.

LIRE LA SUITE
Norine Raja
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.