Actuellement en kiosque !

GL cover mag Novembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Instagram : êtes-vous prêtes pour la vie sans filtre?

Instagram : êtes-vous prêtes pour la vie sans filtre ?

Des photos de fêtes branchées, d’hôtels chic, et de paysages sublimes... On est toutes restées bouche-bée (et envieuses) en parcourant notre fil Instagram. Pourquoi ces images préfabriquées nous fascinent, et quel impact ont-elles sur nous ? Explications.

Avec son avalanche de photos parfaites, Instagram fait figure d'usine à rêves. “Je ne suis pas très réseaux sociaux, mais j'adore celui-là. Toutes ces images glossy, ces animaux mignons, ces fringues, ça me remonte le moral quand il fait gris dehors“, confie Céline, 30 ans.
C’est un fait, le quotidien prend une toute autre saveur agrémenté d’un filtre Nashville ou Amaro. Plus que Facebook ou Twitter, ce réseau social est devenu une fenêtre sur les vies idylliques de milliers de personnes. Tandis qu’une “influençeuse“ pose, un cocktail à la main, dans un décor exotique, une autre poste un cliché de New York avec des hashtags débordants de coolitude : #jetlag #NYCILoveyou #helloBrooklyn...

Impossible de rester insensible à ce déballage de richesse, de beauté et de perfection. “J'ai eu une période où j'étais obsédée par le compte 'Rich kids of Instagram'. Tous ces yachts, ces piscines, ces bouteilles de Dom Perignon... C'était à la fois indécent et complètement fascinant. Je pense que ça titillait mon côté voyeuriste“, raconte Emma, jeune trentenaire.

Fantasmes 2.0

Pour le mannequin britannique Stina Sanders, Instagram est en effet un outil “pour s'évader“ au même titre que le cinéma ou la télévision. “Personne ne veut voir le reflet de ce qu'il vit au quotidien. On y va pour l'inspiration, pas pour des clichés de quelqu'un avec du vernis écaillé sur les orteils“, estime-t-elle. C'est ce que révèle d'ailleurs une expérimentation à laquelle le top s'est prêté pour le Daily Mail. Séance chez le psy, épilation de la moustache, selfie au saut du lit... Elle a décidé de montrer l’envers du décor, des photos d'elle au naturel, pour dénoncer la superficialité des réseaux sociaux, à l'image de la blogueuse Essena O'Neill.

Si elle a reçu de nombreux commentaires féminins positifs, ces clichés lui ont fait perdre 5000 followers. “Rien d'étonnant, souligne le sociologue Michael Stora, ces images sont façonnées pour activer chez nous un désir, un manque, comme la publicité.“

Crédit : Stina Sanders / Instagram

Le piège de la comparaison

Ce stalking serait une échappatoire à notre quotidien, une plongée dans une vie rêvée, qui par les émotions générées, deviendrait addictive. Mais, à force d'être soumis en permanence à ces simulacres, on finirait presque par les prendre pour des reflets de la réalité.
Dans un des posts de son blog, Garance Doré résume assez bien la situation : “On est tous censés (…) prendre la vie Instagram avec des pincettes, mais soyons honnêtes, on oublie tous. On croit vraiment qu’on peut suivre la vie des gens. Ça donne des trucs comme (…) 'Ah, excuse-moi, je t’ai pas trop appelée ces dernières semaines, j’ai vu sur Instagram que tout allait bien et que tu voyageais'“. Le hic ? Pris au pied de la lettre, cet exhibitionnisme sous filtre vient renforcer notre fragilité narcissique“, souligne Michael Stora. D'après une étude réalisée par plusieurs chercheurs de l'université de Pace à New York, il y aurait une corrélation entre le temps passé sur Instagram et les symptômes dépressifs.

Elena, 26 ans, a déjà ressenti ce coup de blues, mélange de jalousie et de frustration : “En général, je me retrouve en mode lose chez moi un weekend d'hiver. Puis, je vois sur mon feed des photos de filles à la plage, en soirée ou dans un resto sympa. A chaque fois, je me demande : comment font ces gens pour toujours s’éclater ? Du coup, j'ai l'impression d'avoir une vie inintéressante et ça me rappelle que je suis complètement fauchée.“
D'où l'importance de se souvenir que ces stars du web n'exposent que les facettes les plus reluisantes de leur quotidien, les soirées hype plutôt que les samedis soir devant Netflix, les brunchs copieux au lieu de la virée au MacDo. Pour vivre heureux, vivons déconnectés ?

Crédit : Instagram / Karlie Kloss

 

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.