• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Dépression post-partum : l'actrice Hayden Panettiere se confie

Hayden Panettiere se confie sur sa dépression post-partum

L’actrice de la série "Nashville" lève le voile sur un tabou qui touche une partie des jeunes mamans : la dépression post-natale. Un mal-être à ne surtout pas prendre à la légère.

Une carrière bien lancée, un mari (le boxeur Wladimir Klitschko) aux petits soins et un bébé (Kaya) depuis 10 mois. Hayden Panettiere avait tout pour être heureuse. Pourtant depuis quelques mois rien ne va plus. L’actrice révélée dans Heroes souffre de ce que l’on appelle la dépression post-partum, ou post-natale. Une pathologie qu’endure également le personnage qu’elle incarne dans la série Nashville. Dans l’émission Live ! with Kelly and Michael, l’actrice s'est confiée : "Quand on vous parle de dépression port-partum, on imagine quelque chose comme 'J’ai des sentiments négatifs envers mon enfant, je veux le blesser'. Je n’ai jamais eu ce genre de sentiments. Certaines femmes, si". Et les people, malgré leur vie de rêve sur le papier, ne sont pas non plus épargnées. Gwyneth Paltrow, Brooke Shields, Alessandra Sublet (qui en a écrit un livre), Courteney Cox... Toutes ont sombré dans la "DPP" quelques mois après la naissance de leur enfant.

Ce mal-être touche entre 10 et 15% des femmes après l’accouchement en France (d'après le site france-depression.org), mais reste encore trop méconnu. "Il y a beaucoup d’incompréhension sur ce sujet", raconte Hayden Panettiere. "La plupart des gens pensent que ce n’est pas réel, que ce n’est pas vrai, que c’est quelque chose qui se passe dans la tête ou que ce sont les hormones ! Ils ne le prennent pas au sérieux".

Les symptômes, à ne pas confondre avec le "baby blues" qui surgit la semaine après l’accouchement, sont pourtant clairs et persistants, des mois après la mise au monde. Tristesse, épuisement permanent, dévalorisation, anxiété, changement d’appétit, incapacité à s’occuper correctement de l’enfant et culpabilité excessive. Et malgré le soutien des proches, le mal persiste. À 26 ans, l’actrice, elle, a décidé de se faire soigner dans un centre de traitement spécialisé. En évoquant ses problèmes, elle espère faire sortir de nombreuses femmes du silence, qui n'osent pas se faire aider.

LIRE LA SUITE
Margaux Steinmyller
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.