• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Girl power : “Le Meufisme“, la web-série qui bouscule le féminisme

Girl power : le Meufisme, la web-série qui bouscule le féminisme

Dans leur web-série “Le Meufisme“, Camille Ghanassia et Sophie Garric, 33 ans, s'amusent des clichés sexistes. Mais leur féminisme très second degré ne fait pas toujours l'unanimité.

Des soirées cupcakes au harcèlement de rue... Rien n'échappe à l'humour corrosif de Camille Ghanassia et Sophie Garric, créatrices de la web-série à succès Le Meufisme. Sur YouTube, les deux réalisatrices trentenaires mettent en scène les aventures de JF, une parisienne “lambda“. En deux saisons, leur fiction a rassemblé plus de 113 000 adeptes, remporté un prix au Web Program Festival de la Rochelle et rejoint l'écurie Canal Factory, un label lancé par la chaîne cryptée pour promouvoir les talents de la toile.

Une réalisatrice à deux têtes

Tout est parti d'un coup de foudre amical en 2007 lors d'un cours de théâtre. Sophie “flashe sur les pompes“ de Camille, Camille est séduite par cette “fille tellement drôle“. Elles deviennent inséparables et réalisent, cinq mois après leur rencontre, leur premier court-métrage en duo. S'ensuit une longue période de galères -“l'intermittence, c'est tellement dur“ disent-elles d'une voix, passée à jongler entres les jobs. En 2013, lassées de courir en vain les rendez-vous avec les producteurs, elles décident d'utiliser le web comme laboratoire de création. L'idée du Meufisme leur vient au cours d'une soirée arrosée chez Camille. “Notre envie de départ était de représenter des filles de tous les jours. Dans les films, toutes les actrices, même les soi-disantes 'girls next door', sont canons. Jennifer Aniston, par exemple, est gaulée comme une reine, fait 12h de gym par jour et mange macrobiotique. Pas le genre à dévorer un pot de Nutella à 4h du matin en rentrant d'une fête“, plaisante Sophie.

Tranches de vie parisienne

Dans leurs pastilles, ces cinéphiles de la première heure testent des idées, naviguent entre les genres, évoquent une variété de thèmes avec parfois un ton faussement girly. Il est question de l'amitié entre filles, des soubresauts amoureux, de la sexualité. Sans être un pamphlet militant, Le Meufisme aborde aussi le sexisme ordinaire : “Rocco César“ traite de la place des femmes dans le cinéma, “Romconne“ déglingue les contes de fées vendus par Hollywood, tandis que “Meuf by Night“ parle du harcèlement de rue. “C'est un sujet qui me touche particulièrement, affirme Sophie. J'aimerais rentrer peinarde le soir sans avoir à faire un poing américain avec mes clés, sans avoir peur du premier mec venu. A 33 ans, je suis choquée du nombre d'histoires de viols que j'ai entendues autour de moi.“

Des vidéos critiquées

Salué pour son humour décomplexé, Le Meufisme a aussi ses détracteurs. “On a reçu des mails d'insultes de masculinistes, révèle Camille. Certaines féministes nous ont aussi reproché de desservir le mouvement.“ En cause notamment, la vidéo “Le FMI d'la meuf“ dans laquelle JF se plaint de devoir “raquer“ pour être belle au quotidien. Des dépenses qui justifient, selon l'héroïne, de ne pas payer l'addition au premier rencard. “C'était juste un raisonnement par l'absurde. Une façon de dénoncer le budget astronomique dépensé par les femmes pour correspondre aux critères de beauté imposés par la société. D'ailleurs, les féministes américaines évoquent régulièrement cette woman tax“, se justifie Sophie.

Ces débats ont, en tout cas, poussé les réalisatrices à s'intéresser davantage à l'histoire du féminisme. “On était complètement néophytes sur le sujet. Mais, depuis, j'ai fait mes recherches, étudié les différents courants féministes, suivi des blogs engagés“, poursuit la scénariste en listant les chiffres des inégalités. Et d'ajouter : “d'ailleurs, je trouve incroyable que certaines actrices soient opposées au féminisme sous prétexte que ça divise les hommes et les femmes. Alors qu'il prône, au contraire, une égalité entre les sexes. C'est grave qu'en 2015 il y ait encore une confusion sur le sens de ce mot.

Un projet d'adaptation télé

Loin d'être refroidies par ces polémiques, Sophie et Camille ne s'interdisent aucun sujet pour la saison 3 prévue pour début 2016. “Je voudrais faire un épisode sur l'avortement, confie Sophie. J'ai avorté quand j'avais 20 ans. Je ne regrette pas ma décision, mais c'est une expérience qui m'a marquée.“ Les réalisatrices souhaitent aussi inviter dans chaque épisode des guest-stars pour leur faire jouer des rôles à contre-emploi. Et pourquoi pas, Marion Cotillard ou Lou Doillon, pour “détourner avec humour“ les polémiques suscitées par leurs propos anti-féministes. À cela s'ajoute, un projet d'adaptation télé centré sur la grossesse de JF, nombre d'idées de séries et de films. Aucun doute, Le Meufisme a un bel avenir devant lui !

LIRE LA SUITE
Norine Raja
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.