Actuellement en kiosque !

GL cover mag Décembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Amitié : ces copines à larguer avant la trentaine

Copines : ces meufs à larguer avant la trentaine

La copine ingérable, jalouse, mauvaise... On les traîne depuis l’adolescence, ou presque, et le constat est difficile mais clair : il est temps de passer en revue ces amies qui ne nous veulent pas toujours du bien, et de faire table rase. Ou pas ?

La jalouse envieuse

Vous ne vous en rendez peut-être pas compte là, tout de suite, mais votre copine jalouse vous cause des soucis depuis longtemps : attitude irrationnelle, disputes qu'elle provoque, cafard inattendu alors que vous êtes en soirée entre potes… En vrai, elle est juste complexée et supporte mal ce que vous dégagez inconsciemment, que ce soit de l'assurance ou tout simplement un physique plus avantageux que le sien - et encore. Comme elle est mal dans sa peau, elle n'attend qu'une chose : votre prochaine embûche, histoire de moins se sentir seule. Sympa.

On la grille : Quand son visage s'éclaire tandis que vous lui racontez votre dernier malheur ou quand elle vous dit que votre short vous va bien, alors qu’en vrai, c'est le festival de la cellulite au niveau des cuissots.

Phrase-type : "Tu ne te rends pas compte, Caro, tout le monde n'est pas comme toi…"

Son rêve : Que vous ayez une balafre au milieu du visage. Genre.

L'équivalent qu'on garde : La copine timide de type "chrysalide", qui s'épanouit avec le temps, et qu'on est heureuse de voir prendre de l'assurance, bienveillante.

La vipère commère

Quand vous étiez au lycée, c’était marrant de chambrer à longueur de temps mais là, en soirée, être à ses côtés vous met clairement mal à l'aise : la vipère critique tout le monde, tout le temps, aveuglée par les apparences des autres et à l'aise dans les clichés sur les gens. Persifleuse en toutes circonstances, c'est peine perdue que de tenter un changement de conversation, son hobbie c'est de passer ses soirées à lorgner sur les gens, impatiente de nous prendre à part pour nous glisser des ragots à l'oreille. Et comme son esprit est aussi étriqué que son slim, pas évident dans ce contexte de lui présenter des nouveaux potes ou son nouveau mec.

On la grille : Quand elle nous appelle, surexcitée, pour nous raconter la dernière rencontre qu'elle a fait avec notre ex et nous parle en trépignant de "la belle rouquine à forte poitrine qui se pavanait avec lui, avec genre une bague de fiançailles au doigt". Trop, c'est trop.

Phrase-type : "T'as vu le pote d'André, celui qui a un mono-sourcil dégueu ? Nan mais attend, le mec porte encore des scratch en 2014 ! Warf warf."

Son rêve : Faire un one woman show où tout le monde rira de bon cœur à ses vannes mesquines.

L'équivalent qu'on garde : La copine vraiment drôle qui envoie quand il faut la bonne vanne ou la bonne répartie, et relance le rythme d'un dîner.

La sans-amis vampirisante

Ok, ça ne se fait pas de dire "sans-amis" mais soyons franche : quand vous l'avez connue, elle n'avait pas de vie sociale, pensait encore que le Silencio, c'était simplement "silence" en espagnol et buvait des panachés légers les grands soirs de fête. Fraîchement débarquée à Paris ou tout simplement timide, vous lui avez tendu la main et sans vous en rendre compte, votre carnet d'adresse, vos bons plans, votre flair, votre bande de potes et vos meilleurs conseils. Désormais, elle a le même style que vous à force de traîner dans les mêmes boutiques, squatte tous vos apéros entre amis et cherche même à louer un appart dans votre rue. Enfer !

On la grille : Quand elle fait un apéro avec notre bande de potes sans nous inviter, quand elle sort en boite avec notre copine Lucie justement le soir où on a trop de taff, puis qu'elle oublie de nous rendre notre perfecto préféré qu'on lui a prêté un jour de grande faiblesse.

Phrase-type : "On part avec Lucie au Maroc cet été, t'es pas au courant ?"

Son rêve : Être enfin la reine du lycée, mais version post-bac 2.0. Bref, avoir plus de 5 likes à sa selfie sur Instagram.

L'équivalent qu'on garde : La copine casanière déconnectée de la vie nocturne qui compte toujours sur nous pour lui montrer les nouveaux lieux cool pour danser jusqu'à l'aube avec notre bande de potes. Avec plaisir !
 

La perdue récidiviste

Depuis que vous la connaissez, vous avez toujours été là pour elle, et vice-versa. Sauf que. Avec le temps, la vie, les soucis, on essaie de prendre sa vie en main, le taureau par les cornes, gérer nos rêves entre deux échéances de loyer pendant qu'elle, elle baroude quatre mois en Inde pour revenir plus fauchée que jamais, limite en cloque d'un guide spirituel charlatan sur les bords (heureusement, c'était juste un retard). Et quand elle a commencé à vous parler de ses "chakras grave désorientés par la vie à Paris et les mecs pas sympas du pôle-emploi", vous êtes restée là, stoïque, à écouter ses problèmes et l'épauler dans ses revers. Sauf qu'à force de la voir faire des conneries qu'on voit arriver à 20 km (non, ce n'est pas une bonne idée de partir en vacances avec ton ex, chérie, et non, c'est vraiment pas une bonne idée de draguer le patron de ton nouveau taf avec des mails à la 50 nuances de Grey), de la prévenir, et de la voir faire des mauvais choix à répétition, vous finissez par vous sentir comme une vieille mère lasse de ne pas être entendue par son insouciante progéniture. Mais bonne nouvelle : cette fille ingrate, ce n'est pas la chair de votre chair, et vous pouvez prendre un peu de distance au lieu de vous sentir, une millième fois, obligée d'arriver à la rescousse pour recoller les morceaux.

On la grille : Quand elle prend mal notre manque d'enthousiasme à la vue de son nouveau tatouage : "Alex", sur le poignet, du nom du mec avec qui elle est depuis... trois semaines.

Phrase-type : "Avec Alex on a décidé de faire un mariage en secret, et après on file dans le sud pour qu'il me présente ses parents. Et t'es chiante à dramatiser, pour une fois que je suis heureuse et que les choses se passent bien !"

Son rêve : Que les choses se passent vraiment bien, histoire de prouver à la Terre entière (et surtout vous) qu'on peut être heureuse jusqu'à la fin de ses jours avec un homme qu'on connait depuis 20 jours.

L'équivalent qu'on garde : La copine baroudeuse qu'on rejoint pour un road trip de deux mois au Cambodge, et qui se tatoue son animal-totem dans le bas du dos. Beatnik free spirit !

La psychorigide relou

Ce n'est pas qu'elle est rabat-joie mais... La psychorigide a toujours des règles bien précises qui finissent par entraver au pire votre liberté, au mieux le fun. Que ce soit un apéro improvisé ("On n'a pas assez de verres !") ou une virée à la campagne en grande bande ("Je prends pas ma voiture, ça me fatigue de conduire et je ne suis pas assurée pour un autre conducteur"), elle ne peut pas s'empêcher de mettre son grain de sel, surtout pour bloquer le déroulement en douceur des opérations, vous infantilisant au passage. Avec elle, rien n'est simple, rien n'est drôle et insouciant, c'est le Jiminy Cricket des causes relous (oui, le criquet de Pinocchio), et vous êtes à peine arrivés en vacances qu'elle brandit déjà son planning des tâches de la maison et sa liste de courses, et que tout le monde doit 24,53€ pour le barbecue d'hier soir. Bières non comprises. Soupirs.

On la grille : Le jour où vous faites bronzette tranquille sur les transats en profitant des rares rayons normands et qu'elle décrète le "quart d'heure crème" où tous ceux qui veulent être au soleil entre 14 et 16h doivent mettre de l'indice 50. L'intention est bonne, mais vous avez franchement envie de la tuer.

Phrase-type : "Je préfère qu'on paie chacun ce qu'on a mangé au restaurant parce que moi je n'ai pas pris d'entrée ni de café gourmand…"

Son rêve : Qu'on l'appelle "chef" et qu'on soit reconnaissante de tout ce qu'elle fait pour nous, tout le temps.

L'équivalent qu'on garde : La copine supra-organisée toujours prête à filer un coup de main, comme venir vous chercher à la gare ou vous filer une recette cool pour nourrir un régiment.

La mytho compulsive

Vous n'avez pas vu le truc venir, et c'est surtout Raoul, votre nouvel amoureux, qui vous l'a fait remarquer un jour : "Ta copine Alice, elle est mytho sur les bords, non ?" Alice ? Quoi ? Jamais ! Et pourtant : vous avez fait du surf à Hossegor, elle a ridé un rouleau de 2 mètres au sud du Chili. Votre grand-père était artiste ? Le sien musicien et il a composé pour un film de Sergio Leone, même. Un jour, vous avez embrassé deux mecs dans la même soirée ? Elle a fait une orgie lors de sa première année de fac avec la bande des bogosses du campus. Bref, elle a tout fait avant vous, et en mieux. Si jusqu'ici, vous ne voyez pas le préjudice à ses mensonges inconséquents, le problème de la copine mytho, c'est qu'elle est vraiment épuisante dans sa quête d’attention. Puis si on pense la connaître, on se leurre ! Elle-même patauge dans ce monde merveilleux où elle fait des trucs trop bien alors qu'en réalité, elle est pucelle, n'a jamais quitté la France et passe ses soirées seule devant la télé. Limite.

On la grille : Le jour où tout votre groupe d'amis se met d'accord pour admettre qu'elle est bizarre, Alice, et que vous grillez en tombant par hasard sur sa carte vitale qu'elle s'appelle Gwendoline, en vrai.

Phrase-type : "Nan mais attend, je t'ai pas raconté le jour où je suis tombée sur Madonna à Buenos Aires…"

Son rêve : Vivre la vie qu'elle se/vous raconte.

L'équivalent qu'on garde : La copine qui a vraiment vécu des trucs dingues, qui exagère à la marseillaise quand elle en parle et qui a le don pour nous tenir en suspense à chaque aventure.

L'overbookée prétentieuse

Amies unies par le sang depuis la quatrième, vous avez fait les 400 coups ensemble mais depuis quelques années, un constat s'impose : vous vous voyez de moins en moins, et c’est souvent vous qui prenez des nouvelles, toujours elle qui décommande à la dernière minute. Depuis qu'elle a quitté son ancien job / ancien mec / ancienne commune, elle ne se sent plus et essaie de surfer la vague du hype tant bien que mal. Nike fluo aux pieds, iPod branché sur London Grammar et inauguration d'obscurs concepts-store aux quatre coins de la capitale, elle court vers sa vie glamour en vous laissant sur le carreau, vous et vos vieilles références musicales (oui, vous dansez toujours comme une folle sur Robin Thicke). Elle se croit over cool parce qu'elle a lu Beigbeder (seriously) et qu'elle utilise Line pour appeler ses nouvelles copines rencontrées à L.A… Le comble, c’est qu’elle vous fait sentir avec mépris que vous n'êtes pas assez bien pour elle alors que quand vos vies se sont croisées, elle écoutait Lorie en boucle et dormait chez vos parents pour échapper à l'autorité des siens.

On la grille : Le jour où elle nous dit qu’elle n’a "pas le temps d’avoir un mec, elle" quand on lui parle de Raoul et qu’elle énumère un tas d’activités somme toutes communes et insipides pour justifier son rythme fou : un travail, des virées piscine et des verres entre copines. Un agenda de ministre, vraiment.

Phrase-type : "Meuf, j’ai tellemeeeent pas le temps en ce moment, si tu savais comment je suis charrette…"

Son rêve : Flirter avec Nicolas Bedos dans entre deux vols Paris-Miami. LOL.

L'équivalent qu'on garde : La copine bosseuse et talentueuse, qu’on est contente de capter entre deux romans/films/projets pour se faire un apéro saucisson à l’ancienne, et savourer le temps en suspens.

L'allumeuse garce

Ce n’est pas forcément le prénom en "A" ou le physique de bombasse qui fait la garce. La garde-robe, à la limite. Mais quand vous avez rencontré Angela, vous avez cru à son cœur gros comme une maison sous le crop top moulant, les rajouts blonds et le gloss qui accroche vos joues quand vous lui faites la bise. Bref, vous n’avez pas voulu juger au physique et avez tenté de forger une amitié relativement saine, malgré quelques hontes (sa phase string fluo quand vous êtes parties en vacances en Sicile) et quelques moments troublants (la fois où elle vous a demandé le numéro de votre divorcé de père en fait partie). Pourtant, à chaque fête ou dîner, elle ne peut pas s'empêcher de répéter vos pires dossiers et twerke sans scrupule le petit ami de votre cousine, tout en pinçant les côtes d’une potentielle rivale de dancefloor qui lui fait de l’ombre. Pas sympa.

On la grille : Quand notre amoureux finit par avouer, gêné, qu’elle le martèle de textos en lui disant qu’il n’y a que le métro qui ne vous ait pas passé dessus et qu’il ferait mieux d’être avec elle et son bonnet D. La garce !

Phrase-type : "Moi j’ai rien contre les filles, mais les filles ne m’aiment pas. C'est la triste rivalité féminine, je leur fais peur, je sais pas pourquoi."

Son rêve : Se faire votre mec, apparemment.

L'équivalent qu'on garde : La copine canon qui ne s’en rend pas compte, et qui vous éblouit de grâce dès le réveil, même après une nuit blanche bien arrosée.

La facho décomplexée

On dit souvent qu’il faut éviter de parler politique à un dîner, mais avec une vieille amie parfois éviter les sujets qui fâchent, ça devient difficile, surtout si ses idées intolérantes et sournoises se glissent sous n’importe quel prétexte dans la conversation. Vous parlez du métro, elle vous parle de vol à la sauvette et de Roms ; vous lui avouez votre amour pour Marseille, ville cosmopolite, elle dévie sur le nombre d’immigrés en France ; vous lui citez le pire de Le Pen père, elle encense sa fille. Excédée, vous songez que si le vote est anonyme, ce n’est pas pour rien et qu’à force, c’est de plus en plus difficile de rester pote avec une extrémiste aux idées globalement limitées.

On la grille : Le jour où elle passe au Petit Journal de Canal+ en scandant des slogans anti-avortements tout en expliquant, au cas où on avait aucune notion de biologie, qu’un bébé ça ne se fait pas "avec deux papas". Sans blague.

Phrase-type : "J’ai plein d’amis issus de l’immigration, je n’ai rien contre eux !"

Son rêve : Que plus personne ne la traite de raciste.

L'équivalent qu'on garde : La pote engagée politiquement qui cherche plus à préserver notre anonymat sur internet et les tribus d’Amazonie que d’expulser les indésirables de France.

La plus-que-parfaite

Vous venez de vous faire plaquer et vous avez raté votre dernière création pâtissière (pauvre tarte aux fraises) et pendant ce temps-là, son mec la demandait en mariage après un repas sans gluten qu’elle lui avait préparé tout en lançant sa start-up. Enfin presque. Depuis le CP, sa vie se note à base de 10/10 avec mention spéciale pour ses cheveux ultra brillants qui ne graissent jamais avant quatre jours sans shampooing et pendant que vous pestez sur le prix excessif de l’épilation définitive, elle vous explique gentiment qu’elle n’a pas besoin de s’épiler, elle, car elle n’a pas de poils, juste un peu de duvet par endroits. Et pour couronner le tout, les soirs de déprime, elle est injoignable, trop occupée à s’aimer avec son fiancé, kiffer sa vie, dépenser ses nouveaux euros dans des chaussures si hautes que vous n’arrivez même pas à monter pour les essayer. Dieu que la vie est cruelle.

On la grille : Le jour où elle vous demande trois fois de lui expliquer comment vous avez fait votre crème pâtissière parce que vraiment, elle ne comprend pas comment vous avez réussi à avoir des grumeaux. C’est pourtant si simple !

Sa phrase-type : "Avec Noé on se dispute jamais, impossible, il me fait trop rire !"

Son rêve : Publier un livre en commun sur la cuisine, la philosophie de vie et le lifestyle avec Gwyneth Paltrow.

L’équivalent qu’on garde : Elle. En entier, avec toutes ses prétendues perfections. Autrement, vous devenez le cas numéro 1, la jalouse envieuse, et c'est bien dommage... Comme quoi, on peut toutes être la mauvaise copine de quelqu’un.
 

LIRE LA SUITE
Bethsabée Krivoshey
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.