• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Octobre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

5 choses à savoir sur le blogueur Raif Badawi

Les 5 choses à savoir sur le blogueur Raif Badawi

À 32 ans, Raif Badawi, blogueur saoudien, a été emprisonné et condamné à recevoir 1 000 coups de fouet pour avoir défendu la liberté d'expression. La communauté internationale se mobilise pour le faire libérer.

Mise à jour du 30/01/2015 : Pour la troisième fois, la condamnation de Raif Badawi, 50 coups de fouet tous les vendredis pendant 20 semaines, a été reportée pour des raisons médicales. La mobilisation continue. D'après Amnesty International, 1 million de personnes ont déjà signé la pétition exigeant sa libération dans le monde, (dont 100 000 personnes en France.)

 

Qui est Raif Badawi ?

Âgé de 32 ans, le Saoudien Raif Badawi, marié et père de trois enfants, se fait remarquer pour la première fois en 2006. Le jeune homme lance son blog, et créé un forum militant baptisé Free Saudi Liberals ("Liberez les libéraux saoudiens") sur lequel il invite les citoyens à s'exprimer librement, sur la religion, la société, ou la politique. Fervent défenseur de la laïcité et de la liberté d'expression dans un pays conservateur, dès ses débuts, le blogueur se fait surveiller de près par les instances religieuses de son pays. Raif Badawi reçoit d'abord l’interdiction de quitter l'Arabie Saoudite en 2008, puis fait l'objet d'une fatwa en 2011 (une sentence prononcée par un chef juridique et religieux). Il est finalement emprisonné en 2012, et son site est fermé. Deux ans après, le blogueur remporte le prix Reporters sans frontières pour la liberté de la presse. Une façon pour le jury de récompenser son courage et son combat en faveur des droits de l’homme, dans un pays où ils ne sont pas toujours reconnus.

De quoi est-il accusé ?

Pour avoir "insulté" l'islam (il a remis en cause la place de la religion dans la société saoudienne) et critiqué plusieurs dignitaires religieux de son pays, Raif Badawi, athée convaincu, risque une peine lourde. Après plusieurs procès, le verdict tombe en mai 2014 : il est condamné par la cour d’appel de Riyad à 10 ans de détention, 227 500 euros d’amende et à 1 000 coups de fouet, répartis sur 20 semaines, soit 50 coups donnés chaque vendredi dos à la foule près de la mosquée d’al-Jafali à Jeddah. Les premiers coups lui ont été administrés le 9 janvier, après la prière, devant de nombreux fidèles.

Le monde entier se mobilise pour libérer Raif

Depuis, les mobilisations pour stopper cette torture se multiplient sur les réseaux sociaux. Les ONG aussi se font entendre, comme Human Right Watch ou Amnesty International. Le 14 janvier dernier, le Haut-Commissaire de l’ONU pour les droits de l’homme a appelé l’Arabie Saoudite à suspendre la peine infligée au blogueur, jugée "cruelle, inhumaine et interdite par le droit international".
Cette situation a également indigné les membres du parti Europe-Ecologie-Les Verts, qui sont montés au créneau le 18 janvier : "On ne peut plus se poser de question surtout après ce que nous venons de vivre. Il faut en finir avec cette tolérance - On détourne le regard, on tolère des accointances de l'Arabie Saoudite avec des groupes terroristes" s’alarme Julien Bayou, conseiller régional d’Ile-de-France et porte-parole du parti. J'attends que la France ne refuse pas une marque de soutien à ce blogueur sinon ça ne valait pas le coup de manifester le 11 janvier" a-t-il expliqué. Pour l'instant le gouvernement français ne s'est pas exprimé sur le sujet.
18 lauréats en lice pour le prix Nobel de la Paix se sont également exprimés dans une lettre publiée par le magazine The Independent en faveur du blogueur.
Dernière initiative en date, à l’image du hashtag #JeSuisCharlie créé suite à l'attentat au siège de Charlie Hebdo, #JeSuisRaif est apparu sur le web. Objectif ? Mobiliser un maximum de personnes dans le monde et faire pression sur les autorités saoudiennes pour que Raif soit enfin libéré.

Une pétition et une page Facebook ont également été mises en ligne ce 17 janvier par Amnesty International.

Sa famille expatriée au Canada

Depuis novembre 2013, Ensaf Haider, l’épouse de Raif Badawi et ses trois enfants (âgés de 7 à 11 ans), se sont réfugiés au Canada, à Sherbrooke dans la province du Québec. Elle se dit totalement démunie depuis l’emprisonnement de son mari : "C’est impossible d’exprimer par des mots ce que je ressens.“ Alors que le blogueur fêtait ses 32 ans le 13 janvier dernier, sa femme a voulu montrer au web qu’elle ne l’oubliait pas en lui adressant un message plein d’espoir : "Je te souhaite un bon anniversaire Raif, que cette année soit meilleure que les quatre dernières, que ce soit l’année de ta liberté". Une épouse devenue militante, puisque dès qu’elle le peut, Ensaf lui témoigne son soutien: "J’espère que cela va l'aider, mais le temps file très vite et chaque vendredi, il y a une nouvelle série de coups de fouet...“

Crédits : Twitter

Récemment, avec l’aide de l’organisation Amnesty International, un de ses trois enfants, Doudi, a décidé d’écrire une lettre ouverte à son père : "Papa, crois-moi, je n’ai jamais cru que je vivrais sans toi. Je n’ai jamais cru que tu ne me réveillerais pas chaque matin pour aller à l’école comme d’habitude", pour terminer avec une signature personnelle : "Doudi, ton petit trésor". Une lettre retranscrite à travers une vidéo également réalisée par l'ONG.

Une peine suspendue pour l'instant

Selon RFI, vendredi dernier, sur avis médical, les autorités saoudiennes ont reporté sa deuxième séance de coups de fouet, les blessures dues aux flagellations de la semaine précédente n’étant pas cicatrisées. Une annonce qui n’a provoqué aucune réaction de la part des autorités saoudiennes mais contre toute attente, le cabinet du roi a annoncé que le dossier de Raif Badawi allait être réexaminé par la Cour suprême dans les prochains jours. Une décision qui redonne de l’espoir à tous ceux qui luttent pour la cause du jeune blogueur. Affaire à suivre, donc.

LIRE LA SUITE
Anaëlle Jalef et Céline Puertas
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.