• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Violences conjugales : l'OMS alarme sur le sort des femmes

Violences conjugales : l

Vendredi 21 octobre, l’OMS a publié une série d’études qui dévoile les chiffres alarmants sur les violences infligées aux femmes - que ce soit au sein d’un couple ou non. Ainsi, une femme sur trois dans le monde serait victime de violences conjugales.

Malgré la prise de conscience concernant les violences infligées aux femmes autant au sein du couple qu’à l’extérieur et le nombre de mobilisation sur les réseaux sociaux à base de hashtag comme #BeenRapedNeverReported, l’Organisation mondiale de la santé tire la sonnette d’alarme. En effet, aujourd’hui, l’OMS a publié des études sur ce phénomène dans la revue médicale The Lancet et dénonce par la même occasion une insuffisance d’attention de la part des autorités pour ce problème qu'elle juge de santé publique.

Des chiffres alarmants viennent accroître les inquiétudes de l’Organisation puisqu’entre 100 et 140 millions de femmes et filles dans le monde ont subi des mutilations génitales, tandis qu'une femme sur trois a déjà été victime de violences conjugales et environ 70 millions de filles ont été mariées à leur insu avant leurs 18 ans. D’après la professeure à l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres, Charlotte Watts : "Aucune baguette magique ne pourra supprimer les violences contre les femmes. Mais nous avons des preuves que des changements dans les mentalités et les comportements sont possibles et peuvent être réalisés en moins d’une génération". En effet, la prise de conscience passe par le développement de messages de sensibilisation mais malheureusement dans des milieux de conflits ou de crises humanitaires les violences sont accrues.

Pour enrayer ce fléau, l’OMS propose notamment que les États fassent de la lutte contre la violence à l'encontre des femmes l’une de leurs priorités car cela empêche le développement et l’accès à la santé. De même, il faudrait combattre les discriminations, à commencer dans les institutions en favorisant l’égalité et en investissant davantage dans les organismes d’aide : "Les personnels de santé sont souvent les premières personnes que rencontrent les femmes victimes de violence", d’après le docteur Claudia Garcia-Moreno.

En 2010, Amnesty International France avait publié un rapport saisissant : La lutte contre les violences faites aux femmes : La France doit mieux faire dans lequel il était expliqué qu'en 2008, 156 femmes étaient décédées des suites de violences conjugales. En 2014, une femme décèderait tous les 3 jours en France des coups de son compagnon d'après Planetoscope.fr, un site de statistiques mondiales en temps réel. Ainsi en 2013, elles étaient encore 146 femmes à succomber de ces violences. Dix cadavres de moins, c'est encore une baisse trop faible.

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

LIRE LA SUITE
Nolyne Cerda
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.