Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Une hormone contre la dépendance au cannabis

Une hormone contre la dépendance du cannabis

Des chercheurs de l'Inserm ont découvert qu'une hormone pourrait protéger le cerveau de la dépendance au cannabis. Grâce à ces résultats, obtenus chez l'animal et publiés dans la revue Science, ils espèrent mettre au point un traitement.

Des chercheurs français, néo-zélandais et américains de l'Inserm ont découvert que la prégnénolone, une hormone stéroïdienne, inhiberait les effets toxiques du cannabis sur le cerveau. Ces résultats, publiés dans la revue Science datée du 3 janvier, permettraient de trouver un traitement alors qu'aujourd'hui, plus de 20 millions de personnes dans le monde et un peu plus d’un demi-million en France consomment de cette drogue. Depuis quelques années, c'est l'un des premiers motifs de consultation dans les centres spécialisés dans le soin des addictions.

Les équipes, menées par Pier Vincenzo Piazza et Giovanni Marsicano, ont démontré que, chez l’animal, la prégnénolone constitue un mécanisme naturel de défense contre les effets cérébraux nocifs du cannabis. Ainsi, lorsque le cobaye consomme du cannabis, l'un des principes actifs contenus dans la drogue déclenche lui-même la production de prégnénolone, hormone qui permet d'ihniber les effets toxiques du cannabis. Les chercheurs veulent donc isoler cette hormone qui agirait également sur les consommateurs accros depuis longtemps : les animaux à qui les chercheurs ont administré une forte dose de prégnénolone récupèrent des capacités mnésiques normales, sont plus vifs et moins motivés pour s’auto-administrer des cannabinoïdes. Le phénomène semble spécifique au cannabis, comme l’ont montré des expériences effectuées sur des rats soumis à des doses équivalentes de cocaïne, de morphine, de nicotine et d'alcool. Toutefois, Pier Vincenzo Piazza a expliqué à Slate.fr que la prégnénolone ne pouvait pas être utilisée comme médicament tel quel car elle était mal absorbée par l'organisme, mais que l'équipe travaillait sur "des dérivés de la prégnénolone (...) qui pourront être utilisés comme des médicaments."

--> Retrouvez plus de news Glamour !

LIRE LA SUITE
Mélanie Caous
Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.