Actuellement en kiosque !

GL cover mag Août 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Une étude prouve que les cyclones de prénom féminin sont plus meurtriers

Après le passage d

Selon une étude menée par des chercheurs américains en sciences de la communication et en statistiques, les ouragans portant un prénom féminin ont eu un bilan humain plus lourd que ceux au prénom masculin.

Les cyclones de prénom féminin feraient plus de dégâts que ceux au prénom masculin. C’est la conclusion d’une étude menée par Kiju Jung et Sharon Shavitt (université de l'Illinois, États-Unis) et leur équipe de chercheurs en sciences de la communication et en statistiques, publiée lundi 2 juin dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) et repris par Le Monde.

94 cyclones tropicaux qui ont sévi entre 1950 et 2012 aux États-Unis ont été étudiés et le constat est sans appel : le bilan humain a été plus lourd lorsque l’ouragan portait un prénom féminin. L’explication ? Les prénoms féminins seraient tout simplement moins pris au sérieux que les prénoms masculins, ce qui altèrerait la perception des risques par la population. "Nous estimons qu'un ouragan avec un nom relativement masculin causera 15,15 morts là où un ouragan avec un nom relativement féminin en causera 41,84", explique ainsi les auteurs.

Selon les propos de l'historien des sciences Robert Proctor (université de Stanford, États-Unis) repris par le Monde, "si le résultat tient, nous avons là l'un des exemples les plus dramatiques montrant l'influence d'un simple mot sur la manière dont nous réagissons aux catastrophes, avec des conséquences mortelles. Cela rappelle ces études qui montrent que la température de la pièce dans laquelle sont interrogés des gens peut affecter la façon dont ils considèrent la gravité du changement climatique, et ce autant que leurs penchants idéologiques". Depuis 1979, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) s’efforce à alterner masculin et féminin lors de l'attribution de prénoms pour les ouragans. Mais selon le quotidien, entre l’après-guerre et les années 1970, les météorologistes américains choisissaient systématiquement des prénoms féminins en clin d’œil à la nature féminine, qui serait "imprévisible et potentiellement destructrice". Le sexisme n’a décidément jamais rien donné de bon.

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

LIRE LA SUITE
Anne-Yasmine Machet

Dans cet article :

Inread
Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.